L’absence de raison peut-elle être un principe ?

Question : 

Bonjour,

Étudiante en L2 Philosophie/Science Politique, il m’a été donnée une dissertation dont l’intitulé est le suivant : « l’absence de raison peut-elle être un principe ? », en philosophie générale.

Auriez vous une idée de la documentation sur laquelle je pourrais m’appuyer, des auteurs, hormis Heidegger, qui ont traité le sujet ?

Merci d’avance pour votre réponse,

Cordialement,

Réponse : 

Adam Jones (CC)

Bonjour,

► Je vous engage en premier lieu à consulter dans les dictionnaires et manuels de philosophie les articles « raison », « rationalité », « rationalisation », « rationalisme », « irrationnel », ainsi que les bibliographies qui les accompagnent.

■ Voyez par exemple L’Encyclopédie philosophique universelle. II, Les Notions philosophiques ou le Vocabulaire technique et critique de la philosophie, dirigé par André Lalande, ou le Dictionnaire de la philosophie extrait de l’Encyclopaedia universalis, publié chez Albin Michel.

■ Voyez dans la collection Que sais-je ? aux Presses universitaires de France,
L’Irrationnel par Françoise Bonardel,
La Raison par Bertrand Saint-Sernin,
La Rationalité par Raymond Boudon,
Notions de philosophie, dirigé par Denis Kambouchner chez Gallimard, au tome II, l’article d’Alain Petit « La rationalité ».

► Vous trouverez nombre d’autres références en interrogeant le SUDOC (www.sudoc.abes.fr), catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, en employant les mêmes termes en mot du titre ou en mot sujet.

► Pour le reste,  le service Rue des facs n’a pas vocation à traiter des sujets de dissertation. Il vous revient de dégager de la question qui vous est posée des problématiques pour obtenir en retour des références bibliographiques circonscrites.

Voici quelques pistes, à titre d’exemples :

  • Le tragique. La raison opposée au caractère fondamentalement irrationnel de l’être et de l’existence. Relisez par exemple Œdipe de Sophocle, voyez Nietzsche, La Naissance de la tragédie, voyez Clément Rosset, La Philosophie tragique, aux Presses universitaires de France.
  • Le calcul. Critique de la raison comme calcul qui aveugle ou corrompt, corruption de l’instinct, ou de la vertu, ou des sentiments, ou de la foi, donnés droits et vrais par nature. Relisez par exemple Les Déracinés de Maurice Barrès, voyez Rousseau, Le Discours sur les sciences et les arts ou la Nouvelle Héloïse, voyez La Docte ignorance de Nicolas de Cues, voyez Nietzsche, La Généalogie de la morale, voyez Pascal et son célèbre « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ».
  • L’acte gratuit. La gratuité conçue comme forme suprême de la liberté, manifestation extrême du libre arbitre. Relisez par exemple Les Caves du Vatican d’André Gide, voyez chez Descartes les subtiles relations entre volonté et entendement (commentaires dans Descartes et la philosophie morale, par Denis Kambouchner chez Hermann) ou le fameux argument de l’âne de Buridan.

Cordialement

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/