Nature et bonheur au XVIIIe siècle

Question : 

Bonjour,

Je suis à la recherche des ouvrages concernant « nature et bonheur », en particulier au XVIIIe siècle.

Merci.

Réponse : 

Bonjour,

Je vous recommande en premier lieu de consulter les articles « nature » et « bonheur » dans les ouvrages de référence car la présentation des concepts comporte en général un volet historique. Voyez par exemple « bonheur » et « nature » dans l’Encyclopédie philosophique universelle, publiée au Presses universitaires de France, le volume 2 intitulé Les Notions philosophiques, ainsi que dans le Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, également aux Presses universitaire de France, sous la direction de Monique Canto-Sperber. Vous trouverez une même approche, à la fois historique et conceptuelle dans des manuels comme Le Bonheur, sous la direction d’Alexander Schnell, chez Vrin en 2006, dans la collection Thema.
Pour contextualiser les deux termes, vous pouvez consulter par ailleurs les articles « bonheur » et « nature » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Sur votre sujet précisément, deux études classiques :
L’Idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, par Jean Ehrard, chez Albin Michel en 1994, dans la collection Bibliothèque de l’évolution de l’humanité.
L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée française au XVIIIe siècle, par Robert Mauzi, chez Albin Michel en 1994, dans la collection Bibliothèque de l’évolution de l’humanité.
Voyez aussi :
Les Lumières et l’idée de nature, sous la direction de Gérard Chazal, aux Editions universitaires de Dijon en 2011.
Le Sentiment de la nature en France, par Daniel Mornet, réimprimé chez Slatkine en 2000.
La Nature, dossier thématique publié par la revue Dix-huitième siècle dans son n°45 en 2013.

Vous devriez vous intéresser aux deux thématiques suivantes :
– « L’état de nature » et les polémiques qu’il soulève au XVIIIe siècle, voyez la question dans Anthropologie et politique : les principes du système de Rousseau, par Victor Goldschmidt, chez Vrin en 1974.
– Le « bon sauvage » et l’usage qui est fait de cette construction au XVIIIe siècle, voyez par exemple Louis-Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontant : l’inventeur du bon sauvage, par Christian Desplat, chez Gascogne en 2012.

Trois auteurs peuvent retenir particulièrement votre attention :
– Rousseau, à la fois pour son anthropologie, voyez le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes et pour ses réflexions sur une éducation naturelle, voyez Rousseau, nature, and the problem of the good life, par Laurence D. Cooper, chez Pennsylvania State University Press en 1999, ou Eduquer selon la nature : seize études sur « Emile » de Rousseau, sous la direction de Claude Habib, chez Desjonquères en 2012.
– Bernardin de Saint-Pierre, voyez ses Etudes de la nature, éditées par Colas Duflo, aux Publications de l’Université de Saint-Etienne en 2007, ou le dossier que lui a consacré la Revue d’histoire littéraire de la France, dans son n°5 de 1989.
– Diderot, tant pour son recours à l’image du bon sauvage que pour sa vision matérialiste du bonheur humain, voyez l’introduction au Supplément au voyage de Bougainville, 1773, publiée par Laurence Rauline, chez Hatier en 2013, dans la collection Classiques et Cie, voyez ses Eléments de physiologie, publié par Paolo Quintili, chez Champion en 2004.

Vous recueillerez d’autres références en consultant le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, et FRANCIS, bibliographie en sciences humaines du CNRS, si vous recherchez par la combinaison des termes suivants : « nature » ET « bonheur », « nature » ET « lumières », « nature » ET « XVIIIe » (18e, dix-huitième), « bonheur » ET « lumières », « bonheur » ET « XVIIIe » (18e, dix-huitième), « état de nature » ET « bonheur », « bon sauvage ».

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/