Préparer une épreuve d’admission au concours ITRF de technicien (BAP F)

Question :

Bonsoir,

Etant admissible au concours ITRF de la BAP F, pour le corps des Techniciens de classe normale externe, pour l’emploi-type « technicien d’informations documentaires et de collections patrimoniales », j’aurais aimé savoir quel type d’épreuve je serais susceptible de rencontrer pour l’admissibilité. Je crois savoir qu’il y a une épreuve dite professionnelle : en quoi consiste-t-elle? Auriez-vous des conseils à me donner afin de me préparer le mieux possible? Je tiens à préciser que je n’ai jamais travaillé en bibliothèques et que, de fait, je suis un « vrai externe ».

Vous remerciant par avance de votre réponse, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes sincères salutations.

Réponse :

Bonjour,

Puisque vous avez été admissible, votre question doit porter sur l’épreuve d’admission. Elle se compose ainsi :

« – Épreuve professionnelle : elle consiste en un travail pratique ou des travaux pratiques relevant de l’emploi-type.
Sa durée est de 3 heures maximum. Son coefficient est de 4.
– Épreuve orale : elle consiste en un entretien avec le jury, qui débute par un exposé du candidat sur son parcours et son expérience professionnelle.
Sa durée est de 25 minutes dont 5 minutes au maximum pour l’exposé du candidat. Son coefficient est de 3.
Toute note inférieure à 5 sur 20 à l’une des épreuves d’admission, avant l’application du coefficient s’y rapportant, est éliminatoire. »
[source : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) sur http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid23275/les-c
oncours-i.t.r.f.-categorie-b.html
(consulté le 23/05/2012)]

  • La fiche de cet emploi

– du MESR, REFérentiel des Emplois-types de la Recherche et de l’ENseignement Supérieur (REFERENS) disponible sur http://referens.univ-poitiers.fr/version/men/emploi.asp?ID=
F4A21&BAP=FF&F=08
(consulté le 23/05/2012) ;
– du CNRS disponible sur
http://metiersit.dsi.cnrs.fr/index.php?page=ficheemploitype
&codeEmploi=F4A21&idFamillePro=20&codeBAP=F&codeFamille=A
(consulté le 23/05/2012).

Le programme
issu du MESR et disponible sur http://media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/Nouveau
x_programmes_2012_BAP_F/49/1/Programmes_complet_BAP_F_210491.pdf
(consulté le 23/05/2012)

Un « guide pratique du candidat »
disponible sur http://www.utc.fr/guide-concours-itrf/co/_prepaConcours_ITR
F.html
(consulté le 23/05/2012)

Annales des concours ITRF
par l’université de Lyon disponibles sur http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid23348/annal
es-des-concours-i.t.r.f.html
et
http://www.univ-lyon1.fr/annales-bap-f-technicien-131229.kj
sp?RH=CON-BAPF
(consulté le 23/05/2012)

Pour la préparation,

Aspects biblioéconomiques, administratifs,… je vous recommande fortement la lecture de :

MOUREN R., PEIGNET D., ASSOCIATION DES BIBLIOTHÉCAIRES FRANÇAIS. Le métier de bibliothécaire. [Paris] : Éd. du Cercle de la librairie, 2007. 452 p. ISBN : 978-2-7654-0957-1 ;

Vous pouvez compléter par les publications de

– l’ABF, notamment la Collection Médiathème : Des guides pratiques et des manuels pédagogiques. http://www.abf.asso.fr , (page « publications »).

– ADBS : Ouvrages de réflexion, manuels, guides pratiques, référentiels, outils de travail. Ces ouvrages se rapportent aux techniques documentaires, aux technologies de l’information, aux métiers de l’information-documentation, à la société de l’information. http://www.adbs.fr/ouvrages-adbs-5951.htm

– Les éditions du CERCLE DE LA LIBRAIRIE :
Des Ouvrages de référence et de réflexion, manuels pratiques, …

Pour lister, localiser ces documents, obtenir des informations sur les établissements proches de vous (adresses, horaires,…) Je vous conseille également d’interroger le SUDOC.
Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.
http://www.sudoc.abes.fr
Pour le localiser cliquer sur « où trouver ce document » à partir de sa notice.

Pour vous entraîner :

vous pourriez avec profit travailler sur les manuels de préparation aux concours de Assistant territorial de conservation du patrimoine et des bibliothèques et (ex)Assistant des bibliothèques ;
de cat. B également ; les épreuves sont assez similaires, en tout cas de même niveau.

– BRUNET J. Assistant des bibliothèques : épreuves écrites et orale : catégorie B. Paris : Vuibert, 2011. 264 p.(Admis. Concours de la fonction publique, ISSN 2114-9305 ; 20) ;
– CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Assistant et assistant qualifié territorial de conservation du patrimoine et des bibliothèques : concours interne et externe : sujets 1996-1999-2000. Paris : CNFPT, 2001 ;
– THIÉBAULT J.-Y., THIÉBAULT-ROGER F. Assistant territorial (qualifié) de conservation du patrimoine et des bibliothèques : catégorie B, filière culturelle [En ligne]. Paris : Vuibert, 2010. 365 p.(Collection Annales des concours, ISSN 1285-2953 ; 67).

Vous y trouverez : infos pratiques, méthodologie, entraînements, annales corrigées

Aspect patrimoine, voire muséale du métier :

Pour vous documenter sur le patrimoine scientifique dans
l’Enseignement supérieur et la Recherche
la lettre de l’ OCIM
http://ocim.revues.org/

A propos de la mission nationale de sauvegarde du patrimoine scientifique et technique contemporain :
« Transférer la méthodologie sous forme de conseils et d’expertises, proposer des outils communs aux partenaires du réseau national, une base de données et un site Internet (http://www.patstec.fr) pour un inventaire commun »
source http://www.arts-et-metiers.net/musee.php?P=325&lang=fra (consulté le 23/05/2012) ;
Un exemple régional : le Pôle Patrimoine scientifique
http://www.univ-montp2.fr/index.php?option=com_content&view
=article&id=1023&Itemid=799

un ouvrage :
MOTTIN S., FRÉDOC. Conservation et valorisation du patrimoine des organismes de recherche : FRéDoc 2006, 3e formation des réseaux de la documentation, Chaumont-sur-Tharonne, 10-11-12 octobre 2006. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2007. 38 p.(Intégrations (Saint-Étienne), ISSN 1628-5999 ; [11]).
Cet ouvrage présente la politique de plusieurs organismes scientifiques français (CNRS, Institut Pasteur, Inserm, CEA, Inra), européen (Cern) et hors Union européenne.

Vous pouvez également explorer les ressources numériques de centres de formation aux carrières des bibliothèques :

Mediadix, centre de l’Ile de France
http://mediadix.u-paris10.fr
Vous y trouverez bibliographies, glossaire, cours,..

Les URFIST ‘Unité Régionale de Formation à l’Information Scientifique et Technique
de Paris http://urfist.enc.sorbonne.fr/
de Lyon http://urfist.univ-lyon1.fr

En espérant que ces références vous seront utiles. N’hésitez pas à nous recontacter si ce n’était pas le cas.
Bon courage pour la préparation !

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

 

Analyser la fréquence de citation d’un ouvrage de Daniel Gaxie

Question :

Bonjour,

Dans le cadre d’un module de recherche bibliographique, le professeur chargé de mon travail m’a demandé de mentionner le nombre de fois que le livre de Daniel Gaxie : Le cens caché a été utilisé par des auteurs dans la Revue française de science politique. Quand j’ai effectué des recherches pour connaitre le nombre de fois, au niveau des résultats, ce n’est pas trop clair. Par exemple, il mentionne 15 articles où les auteurs ont fait référence à ce livre-là. Mais en lisant les articles on note des fois qu’il parle juste de l’auteur, mais non de son ouvrage en question, ou ils utilisent le terme « cens caché » sans faire référence à D.Gaxie. En réalité, si je ne me suis pas trompé sur la base de données Cairn j’en ai trouvé 8. Pourriez-vous s’il vous plaît me confirmer ce chiffre, ou me suggérer une autre méthode de recherche plus facile et plus efficace ?

Bien cordialement

Réponse :

Bonjour,

A notre connaissance, il n’existe pas de base de données de citation, ou facteur d’impact en droit ou science politique.La méthode que vous avez utilisé semble être la bonne, mais elle est cependant incomplète. En effet, l’ouvrage de Gaxie étant paru en 1978, nous vous invitons à consulter le portail Persée http://www.persee.fr. En effet, la revue française de science politique est en ligne sur Cairn depuis 1991 uniquement ; mais sur Persée de 1951 à 2002.
Vous pouvez également utiliser la recherche avancée surGoogle Scholar http://scholar.google.fr/advanced_scholar_search?hl=fr&as_s
dt=0,5
.
Par ailleurs, nous vous invitons à faire une recherche avancée : d’utiliser les guillemets pour l’expression « cens caché » et d’utiliser l’opérateur booléen ET, et d’indiquer l’auteur de l’ouvrage.
Ainsi en consultant les trois bases vous trouverez l’exhaustivité des articles, parus dans la Revue française de science politique, qui citent l’ouvrage de Daniel Gaxie. Il vous faudra confronter les listes de résultat, afin d ‘éviter les doublons.
En espérant avoir répondu à votre question.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Rechercher efficacement sur le net

Question :

Bonjour, je recherche souvent de l’information pour mes besoins personnel (culture générale, plusieurs projets de vulgarisation scientifique en sciences exacte, humaine, sociale, technologie,médecine…, actualité, loisirs, société…) et hélas je suis rarement efficace ; trop de résultats scientifiquement peu fiable… Donc, je recherche une bibliographie, webographie (sitographie ?)…, sur la recherche documentaire, d’information et sur internet. Pas de problèmes pour les documents écrits pour les professionnels, scientifiques, étudiants… si ceux-ci peuvent m’être utiles. Cordialement.
Réponse :

Bonjour ,

De nombreux sites vous proposent une méthodologie afin de réaliser une recherche d’information efficace sur le net :

1-Webographie : des sites pour apprendre à rechercher de l’information scientifique et technique : conseils, méthodes, comment éviter les écueils… définir ses mots clés, trouver les bons outils de recherche :

• ABCdoc : Guide méthodologique de recherche et de traitement de l’information scientifique et technique proposé par le Service Universitaire Pédagogique de l’Université Toulouse 3. http://sup.ups-tlse.fr/abcdoc/rechercher-traiter-information/index.html
• CERISE : Conseil aux Etudiants pour une Recherche d’Information Spécialisée Efficace ; guide d’initiation aux méthodologies de l’information documentaire. Souvent utilisé par des enseignants assurant des UE de Méthodologie du Travail Universitaire, il sert aussi comme outil d’auto-formation.http://urfist.enc.sorbonne.fr/anciensite/cerise/index.htm
• Infosphere : (pluridisciplainaire) : est un outil de formation qui a pour objectif d’aider à développer les habiletés de base nécessaires pour réussir une recherche d’information efficace. http://www.bibliotheques.uqam.ca/InfoSphere/
• REPERE : Ressources Electroniques Pour les Etudiants, la Recherche et l’Enseignement.
Brochure REPERE (Ressources Electroniques Pour les Etudiants, la Recherche et l’Enseignement) réalisée par l’ENSSIB (Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques). http://repere.enssib.fr/REPERE2011.pdf
• SAPRISTI : Sentiers d’Accès et des Pistes de Recherche d’Informations Scientifiques et Techniques sur Internet, produit documentaire de Doc’INSA de Lyon.http://sapristi-docinsa.insa-lyon.fr/
• Méthodologie de recherche documentaire par Cibelle. Pearltrees. http://www.pearltrees.com/#/N-f=1_2890991&N-fa=2842089&N-p=
21264430&N-play=0&N-s=1_2890991&N-u=1_289892

• Des les liens proposés par Sciences-Po Lyon : WebDoc IEP : internet et outils de recherche.http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Liens/liens.html?t
h=7

• Outils Internet. Recherche d’information proposée par SUPELEC : http://www.supelec.fr/362_p_9872/recherche-documentaire-sur
-internet.html

2-Quelques moteurs de recherche incontournables pour trouver des informations scientifiques sur internet :
Google : fonction avancée http://www.google.fr/
Scirus : moteur spécialisé dans la recherche de l’information scientifique (Elsevier) http://www.scirus.com/
Google Scholar : littérature scientifique gratuite http://scholar.google.com/

3-Recherches bibliographiques par type de publications
http://biblio-n.oca.eu/biblioca/bases%20de%20donnees.htm

4-Autres Vecteurs de l’information scientifique, « d’actualité scientifique » : Des ressources concernant la Vulgarisation scientifique

Des revues de vulgarisation, des émissions télévisées et radiophoniques : voir l’article « vulgarisation – wikipedia [en ligne] http://fr.wikipedia.org/wiki/Vulgarisation

4.1. Les télévisions : offrent des émissions de culture scientifique
Canal u https://www.canal-u.tv/
Canalc2 tvhttp://www.canalc2.tv/index.asp
Collège de France http://www.college-de-france.fr/default/EN/all/audio_video/
index.htm

Tv5 monde ,http://www.tv5.org/TV5Site/sciences/page-18-contenu.htm
Universcience.tv http://www.universcience.tv : est la webTV scientifique hebdomadaire de la Cité des sciences et de l’industrie et du Palais de la découverte réunis. Aux actualités : histoires et images de sciences, débats, innovations, etc.

4.2 Les Réservoirs de revues scientifiques en libre accès :
isidore ( cairn, revue.org, persee)
Erudit : portail canadien ( 66 revues)
Scitopia.org : portail dédié aux publications scientifiques

Choix de revues pluridisciplinaires en libre accès :
• Aldébaran – Lire et repérer les sciences humaines sur Internet : propose une sélection des ressources documentaires en sciences humaines à travers des notices de sites, des conseils de recherche documentaire et des revues d’ouvrages. http://aldebaran.revues.org/
• Index savant : cette « revue-wiki » recense et décrit à l’aide de métadonnées les revues scientifiques francophones. Lancée par Huguette Rigot, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication à l’INALCO, son objectif est de mettre en relation les savoirs scientifiques et amateurs ». http://www.indexsavant.com/index.php?title=Accueil
• Mir@bel : La base Mir@bel (Mutualisation d’Informations sur les Revues et leurs Accès dans les Bases En Ligne), réalisée par Sciences Po Lyon, Sciences Po Grenoble et l’ENS de Lyon, est un réservoir d’informations qui, pour chaque revue recensée, indique où trouver en ligne le texte intégral des articles, les sommaires des numéros, les résumés des articles et les références bibliographiques.http://www.reseau-mirabel.info/
• Le kiosque des sciences humaines : http://www.sciencepresse.qc.ca/kiosquehum/kiosqueh2.html
• Revues.org : Revues.org est une plateforme de revues en sciences humaines et sociales, ouverte. http://www.revues.org/
voir notamment Lectures : cette revue en libre accès, diffusée par Revues.org, publie des comptes rendus et des notes de lecture critiques des publications récentes dans les différents domaines des sciences sociales, et se fait le relais de l’actualité de l’édition en sciences sociales, en rendant compte de la création de nouvelles revues, de l’apparition de nouvelles collections, des colloques, des événements et des manifestations scientifiques en rapport avec les questions et les débats dans ce domaine.http://lectures.revues.org/

5.Pour rechercher des blogs scientifiques- voir guides Formadoc : http://guides-formadoct.ueb.eu/content.php?pid=93609&sid=72
6231

Par exemple : Google Blogsearch,

La blogosphère scientifique : guides Formadoc.bibliographie
Quelques adresses de blogs scientifiques : http://guides-formadoct.ueb.eu/content.php?pid=93609&sid=69
8516

6-Vulgarisation scientifique et Actualité scientifique : Webographie : quelques liens (parmi de nombreuses références)

-Actualité science.com : http://www.actualite-sciences.com/
L’actualité.com (canada) http://www.lactualite.com/science
–Agence Science-Presse -Montréal : Agence Science-Presse. [En ligne] http://www.sciencepresse.qc.ca/
-Biomagazine – Paris : Cité des sciences et de l’industrie. [En ligne] http://www.cite-sciences.fr/
-Infoscience -Société : Info Science. [En ligne] http://www.infoscience.fr/
-CCSTI : Centre de culture scientifique, technique et industrielle. Un CCSTI est une structure ayant pour mission de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le public.Exemple : nef des sciences –CCSTI de Mulhouse http://www.ccsti.fr/index.php?option=com_content&task=view&
id=32&Itemid=177

maxisciences.com : actualité des sciences et de l’environnement : http://www.maxisciences.com/
netguide.fr : Les sites internet d’actualité scientifique permettent de suivre ces évolutions permanentes et de compléter sa compréhension du monde en matière de biologie, d’astronomie, de médecine ou encore ‘électronique.http://www.netguide.fr/Actualite_Scientifique/
-Public understanding of science. http://pus.sagepub.com
Publication anglophone consacrée exclusivement à la culture scientifique.
-Science Actualités. Cité des sciences et de l’industrie. [En ligne] http://www.cite-sciences.fr/
-Science actualités.fr (Universcience) http://www.universcience.fr/fr/science-actualites/
Science.gouv.fr – Le portail officiel de l’internet scientifique : des dossiers, actualités et débats scientifiques, veille documentaire. Possibilité de recherche thématique ou par types de ressource. [En ligne] http://www.science.gouv.fr/
-Futurascience-[En ligne] http://www.futura-sciences.com/ : Site de vulgarisation scientifique soutenu par des organismes officiels de recherche et une équipe de scientifiques. Actualité scientifique, débats sur des thèmes d’actualité, dossiers
-Science-citoyen : s’informer, débattre, interroger. Des dossiers entre science et société .Jardin des sciences – Université de Strasbourg. Dossiers thématiques pour s’informer, débattre, interroger sur les science et technique, l’univers, l’environnement, la santé publique proposé par la Mission culture scientifique et technique de l’Université Louis Pasteur de Strasbourg
technoscience.net : découvrez l’actualité des sciences et techniques : http://www.techno-science.net/
-La sélection de liens proposés par Docs pour Docs (portillon 507 -vulgarisation scientifique : http://docsdocs.free.fr/spip.php?rubrique169

Et enfin pour vous aider à constituer une base de travail : réservoir de signets, de liens, de documents concernant vos centres d’intérêts :

7-Mettre en place une veille documentaire : des outils gratuits
http://blog.mysciencework.com/2011/09/05/linformation-scientifique-et-technique-en-libre-acces-recherche-et-veille.html

Bibliographie :
-Foenix-Rioux, Béatrice. (2011). Recherche éveillée sur Internet mode d’emploi : outils et méthodes pour explorer le Web.web visible, web invisible, web social, web temps réel. Paris : Lavoisier, 367 p.
-Lenormand, Patrick. (2007) Internet : techniques de recherche pour les professionnels. St Herblian : Eni, 315 p.
-Lapointe, Pascal , Drouin, José Nadia. (2007) Science, on blogue ! Le nouveau monde d’Internet. Québec : Editions MultiMondes, 295 p.
-Mesguich, Véronique ; Thomas, Armelle. (2010). Net recherche 2010 : le guide pratique pour mieux trouver l’information utile et surveiller le Web. ADBS éditions, 341 p.
-Pochet, Bernard. (2005). Méthodologie documentaire : rechercher, consulter à l’Heure d’Internet. 2 e ed. Bruxelles : De Boeck, 200 p.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Obsolescence de l’information scientifique et technique

Question :

Jacques Ellul, dans Le bluff technologique, Hachette littérature, 2004, en note de bas de page, p. 262 écrit:
« Les exemples d’obsolescence sont nombreux, cinq ans pour périmer la moitié des connaissances médicales. Dix à douze pour cent de publications techno-scientifiques en plus chaque année. Le savoir humain, estime-t-on, double à peu près tous les cinq ans, et l’on a évalué qu’en 1985 il y aura autant d’informations scientifiques diffusées qu’entre 1550 et 1950. »
Est-ce que ces affirmations sont encore valides aujourd’hui? Quelles sont les sources (en français de préférence) qui permettent de corroborer et de mettre à jour cette citation?

Réponse :

Bonjour,

Il me semble que votre question  porte sur des considérations scientométriques voire bibliométriques qui sont, par ailleurs, liées.

  • Définition de la scientométrie :

Voici une présentation actuelle et critique de la scientométrie qui retrace l’histoire de la discipline, ses principaux auteurs, ses enjeux et controverses mais présente également des outils scientométriques récents, notamment, Google Scholar et Scholarometer.

BANEY Audrey, Introduction à la scientométrie (direction scientifique de Sciences Po), 2011 :

  • Définition de la bibliométrie :

Elle peut être définie comme « l’application des mathématiques et des méthodes statistiques aux livres, articles et autres moyens de communication. »

Source : Pritchard A., « Statistical Bibliography or Bibliometrics », Journal of Documentation, 25, 4, p. 348-349, 1969.

  • Instances de mesure et d’évaluation de la production scientifique :

– Le dernier rapport de l’Observatoire des Sciences et Techniques, l’OST (2010)

Extrait du dossier de presse de ce rapport :

« Le Rapport de l’OST – édition 2010 est une source d’informations quantitatives pour analyser et évaluer en détail la dynamique actuelle de la recherche française, de ses régions, des pays de l’Union européenne, de 25 régions européennes, des grandes zones du monde et des principaux pays de R&D. Cette année, le Rapport propose 250 tableaux d’indicateurs et plus de 100 figures.»

Blog scientifique spécialisé dans l’évaluation de la recherche en SHS, sur la plateforme Hypothèses d’Openedition

– Rubrique du même blog sur les instances d’évaluation de la recherche en SHS

  • Bibliographie sélective :

– voici un site Internet très détaillé et précis, réalisé par la Direction Groupe Infométrique de l’INIST-CNRS de Nancy que vous pourrez retrouver aussi dans « Les sciences de l’information : bibliométrie, scientométrie, infométrie ». In Solaris, nº 2, Presses Universitaires de Rennes, 1995. Ci-dessous la présentation générale du document :
« Cet essai se propose à travers l’analyse du travail fondateur de Derek John de Solla Price (1922-1983), de montrer la constitution de ce champ intitulé postérieurement scientométrie.
Dans l’introduction, on tâche de cerner le domaine de la scientométrie dans ses relations avec la bibliométrie et l’infométrie.
Dans la première partie, on présente d’abord le contexte dans lequel la scientométrie de Price s’est constituée : un réductionnisme bibliométrique ; une vision cumulative de la science ; l’idée d’une science de la science. Ensuite, on analyse les hypothèses de base et les règles méthodologiques de son dispositif scientométrique, ainsi que les cinq hypothèses fondamentales définissant la théorie scientométrique de Price :
• la loi de croissance exponentielle (qui serait à son avis la loi fondamentale de toute analyse de la science) ;
• la nature logistique ultime de la croissance scientifique ;
• la forme hyperbolique des distributions bibliométriques (en particulier les lois de Lotka et de la racine carrée de Price) ;
• le modèle fondamental de la distribution d’avantages cumulatifs (DAC) ;
• la théorie sociométrique des collèges invisibles.
[…]
La seconde partie expose le modèle bibliométrique de Price. […] On montre de quelle manière ce modèle établit la distinction entre « archive » et « front de recherche » (research front) dans un domaine scientifique, et il trace une ligne de démarcation empirique entre la science et les autres formes de connaissance. On montre également que la technique que Price utilise pour relever le réseau constitutif de la science (son structure socio-cognitive), lui permettant de concevoir par ailleurs le projet d’une cartographie de la science, est l’analyse des citations.
Dans les conclusions, cet essai propose une nouvelle orientation, ou si l’on préfère, un changement de paradigme : le projet d’une ingénierie de la connaissance utilisant des méthodes infométriques. […]»

Extraits choisis de cet article :
« [On peut en déduire comme Courtial que ] cet indicateur permet de mettre en évidence des fronts de recherche très actifs ; comparé d’un domaine à un autre, il indique la rapidité d’utilisation des articles publiés [197]. »
« Or, ce taux de vieillissement est conséquence de la croissance exponentielle de la littérature scientifique qui, comme le rappelle Price, double tous les dix ans à peu près [202]. »
« Ce n’est pas que les articles plus anciens perdent de la valeur scientifique. Le fait est que les articles plus récents reçoivent un surplus de citations [203]. »
« [En conclusion] On trouve donc deux populations d’articles dans un fonds documentaire, d’une part l’archive c’est-à-dire l’ensemble de la littérature intéressant un domaine scientifique, et d’autre part le front de recherche qui est la littérature soumise à l’effet d’immédiateté, et par conséquent où un surnombre de citations est observable et mesurable [204]. »
« Encore un mot à propos de l’obsolescence, étant définie en 1974 par Line et Sandison comme le déclin en validité ou utilité de l’information au cours du temps (decline over time in validity or utility of information), elle est un sujet intéressant la bibliothéconomie […] »
« Si le cas était susceptible d’être généralisé, il représenterait un modèle du développement des disciplines scientifiques. Si l’on dispose de références bibliographiques suffisantes de manière à qu’il soit possible de procéder à une analyse de cette espèce, l’hypothèse de Price est que l’on peut démontrer que le développement passe par un certain nombre de phases :
Phase 1 : celle des précurseurs ;
Phase 2 : l’étape de la croissance exponentielle ;
Phase 3 : le passage à une croissance linéaire ;
Phase 4 : le collapsus du domaine, ce qui est indiqué par le fait que l’on publie peu d’articles scientifiques et occasionnellement ; ou bien une alternative se produit et elle relance le domaine redéfinissant son contenu et son mode d’opérer [68].
«la croissance est exponentielle au départ et se maintient à ce rythme jusqu’à presque mi-chemin entre base et plafond, puis elle s’infléchit. Après quoi le taux de croissance diminue, si bien que la courbe continue vers le plafond avec une allure symétrique à celle qu’elle a entre la base et le point médian.» (D. Price, Science et Suprascience, p. 21).

– Je porte aussi à votre connaissance un outil bibliothéconomique construit afin de déterminer l’obsolescence des ouvrages, et ce, en vue de procéder à leur désherbage, la méthode IOUPI :
I : incorrect, fausse information
O : ordinaire, superficiel, médiocre
U : usé, délabré, laid
P : périmé
I : inapproprié, ne correspond pas au fond

– Dans une perspective plus philosophique sur l’évaluation scientifique et la vérité scientifique je vous propose de vous pencher sur l’ouvrage de Georges Canguilhem : Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Vrin, 1988 – 144 pages, p.20 à 24 dont voici quelques extraits :
« Ce que Gaston Bachelard distinguait comme une histoire des sciences périmée et histoire des sciences sanctionnée doit être à la fois séparé et entrelacé. La sanction de vérité ou d’objectivité porte d’elle-même condamnation du périmé. Mais si ce qui doit plus tard être périmé ne s’offre pas d’abord à la sanction, la vérification n’a pas lieu de faire apparaître la vérité. […]
L’historien des sciences doit travailler et présenter son travail sur deux registres. Faute d’être ainsi travaillée et présentée, faute de ne pas reconnaître la spécificité de l’idéologie, au sens cette fois, de fausse conscience de son objet. En ce sens, l’idéologie c’est la connaissance d’autant plus éloignée de son objet donné qu’elle croit lui coller à lui ; c’est la méconnaissance du fait qu’une connaissance critique de son projet et de son problème se sait d’abord à distance de son objet opératoirement construit.
À ne vouloir faire que l’histoire de la vérité on fait une histoire illusoire. »

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr