Obsolescence de l’information scientifique et technique

Question :

Jacques Ellul, dans Le bluff technologique, Hachette littérature, 2004, en note de bas de page, p. 262 écrit:
« Les exemples d’obsolescence sont nombreux, cinq ans pour périmer la moitié des connaissances médicales. Dix à douze pour cent de publications techno-scientifiques en plus chaque année. Le savoir humain, estime-t-on, double à peu près tous les cinq ans, et l’on a évalué qu’en 1985 il y aura autant d’informations scientifiques diffusées qu’entre 1550 et 1950. »
Est-ce que ces affirmations sont encore valides aujourd’hui? Quelles sont les sources (en français de préférence) qui permettent de corroborer et de mettre à jour cette citation?

Réponse :

Bonjour,

Il me semble que votre question  porte sur des considérations scientométriques voire bibliométriques qui sont, par ailleurs, liées.

  • Définition de la scientométrie :

Voici une présentation actuelle et critique de la scientométrie qui retrace l’histoire de la discipline, ses principaux auteurs, ses enjeux et controverses mais présente également des outils scientométriques récents, notamment, Google Scholar et Scholarometer.

BANEY Audrey, Introduction à la scientométrie (direction scientifique de Sciences Po), 2011 :

  • Définition de la bibliométrie :

Elle peut être définie comme « l’application des mathématiques et des méthodes statistiques aux livres, articles et autres moyens de communication. »

Source : Pritchard A., « Statistical Bibliography or Bibliometrics », Journal of Documentation, 25, 4, p. 348-349, 1969.

  • Instances de mesure et d’évaluation de la production scientifique :

– Le dernier rapport de l’Observatoire des Sciences et Techniques, l’OST (2010)

Extrait du dossier de presse de ce rapport :

« Le Rapport de l’OST – édition 2010 est une source d’informations quantitatives pour analyser et évaluer en détail la dynamique actuelle de la recherche française, de ses régions, des pays de l’Union européenne, de 25 régions européennes, des grandes zones du monde et des principaux pays de R&D. Cette année, le Rapport propose 250 tableaux d’indicateurs et plus de 100 figures.»

Blog scientifique spécialisé dans l’évaluation de la recherche en SHS, sur la plateforme Hypothèses d’Openedition

– Rubrique du même blog sur les instances d’évaluation de la recherche en SHS

  • Bibliographie sélective :

– voici un site Internet très détaillé et précis, réalisé par la Direction Groupe Infométrique de l’INIST-CNRS de Nancy que vous pourrez retrouver aussi dans « Les sciences de l’information : bibliométrie, scientométrie, infométrie ». In Solaris, nº 2, Presses Universitaires de Rennes, 1995. Ci-dessous la présentation générale du document :
« Cet essai se propose à travers l’analyse du travail fondateur de Derek John de Solla Price (1922-1983), de montrer la constitution de ce champ intitulé postérieurement scientométrie.
Dans l’introduction, on tâche de cerner le domaine de la scientométrie dans ses relations avec la bibliométrie et l’infométrie.
Dans la première partie, on présente d’abord le contexte dans lequel la scientométrie de Price s’est constituée : un réductionnisme bibliométrique ; une vision cumulative de la science ; l’idée d’une science de la science. Ensuite, on analyse les hypothèses de base et les règles méthodologiques de son dispositif scientométrique, ainsi que les cinq hypothèses fondamentales définissant la théorie scientométrique de Price :
• la loi de croissance exponentielle (qui serait à son avis la loi fondamentale de toute analyse de la science) ;
• la nature logistique ultime de la croissance scientifique ;
• la forme hyperbolique des distributions bibliométriques (en particulier les lois de Lotka et de la racine carrée de Price) ;
• le modèle fondamental de la distribution d’avantages cumulatifs (DAC) ;
• la théorie sociométrique des collèges invisibles.
[…]
La seconde partie expose le modèle bibliométrique de Price. […] On montre de quelle manière ce modèle établit la distinction entre « archive » et « front de recherche » (research front) dans un domaine scientifique, et il trace une ligne de démarcation empirique entre la science et les autres formes de connaissance. On montre également que la technique que Price utilise pour relever le réseau constitutif de la science (son structure socio-cognitive), lui permettant de concevoir par ailleurs le projet d’une cartographie de la science, est l’analyse des citations.
Dans les conclusions, cet essai propose une nouvelle orientation, ou si l’on préfère, un changement de paradigme : le projet d’une ingénierie de la connaissance utilisant des méthodes infométriques. […]»

Extraits choisis de cet article :
« [On peut en déduire comme Courtial que ] cet indicateur permet de mettre en évidence des fronts de recherche très actifs ; comparé d’un domaine à un autre, il indique la rapidité d’utilisation des articles publiés [197]. »
« Or, ce taux de vieillissement est conséquence de la croissance exponentielle de la littérature scientifique qui, comme le rappelle Price, double tous les dix ans à peu près [202]. »
« Ce n’est pas que les articles plus anciens perdent de la valeur scientifique. Le fait est que les articles plus récents reçoivent un surplus de citations [203]. »
« [En conclusion] On trouve donc deux populations d’articles dans un fonds documentaire, d’une part l’archive c’est-à-dire l’ensemble de la littérature intéressant un domaine scientifique, et d’autre part le front de recherche qui est la littérature soumise à l’effet d’immédiateté, et par conséquent où un surnombre de citations est observable et mesurable [204]. »
« Encore un mot à propos de l’obsolescence, étant définie en 1974 par Line et Sandison comme le déclin en validité ou utilité de l’information au cours du temps (decline over time in validity or utility of information), elle est un sujet intéressant la bibliothéconomie […] »
« Si le cas était susceptible d’être généralisé, il représenterait un modèle du développement des disciplines scientifiques. Si l’on dispose de références bibliographiques suffisantes de manière à qu’il soit possible de procéder à une analyse de cette espèce, l’hypothèse de Price est que l’on peut démontrer que le développement passe par un certain nombre de phases :
Phase 1 : celle des précurseurs ;
Phase 2 : l’étape de la croissance exponentielle ;
Phase 3 : le passage à une croissance linéaire ;
Phase 4 : le collapsus du domaine, ce qui est indiqué par le fait que l’on publie peu d’articles scientifiques et occasionnellement ; ou bien une alternative se produit et elle relance le domaine redéfinissant son contenu et son mode d’opérer [68].
«la croissance est exponentielle au départ et se maintient à ce rythme jusqu’à presque mi-chemin entre base et plafond, puis elle s’infléchit. Après quoi le taux de croissance diminue, si bien que la courbe continue vers le plafond avec une allure symétrique à celle qu’elle a entre la base et le point médian.» (D. Price, Science et Suprascience, p. 21).

– Je porte aussi à votre connaissance un outil bibliothéconomique construit afin de déterminer l’obsolescence des ouvrages, et ce, en vue de procéder à leur désherbage, la méthode IOUPI :
I : incorrect, fausse information
O : ordinaire, superficiel, médiocre
U : usé, délabré, laid
P : périmé
I : inapproprié, ne correspond pas au fond

– Dans une perspective plus philosophique sur l’évaluation scientifique et la vérité scientifique je vous propose de vous pencher sur l’ouvrage de Georges Canguilhem : Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Vrin, 1988 – 144 pages, p.20 à 24 dont voici quelques extraits :
« Ce que Gaston Bachelard distinguait comme une histoire des sciences périmée et histoire des sciences sanctionnée doit être à la fois séparé et entrelacé. La sanction de vérité ou d’objectivité porte d’elle-même condamnation du périmé. Mais si ce qui doit plus tard être périmé ne s’offre pas d’abord à la sanction, la vérification n’a pas lieu de faire apparaître la vérité. […]
L’historien des sciences doit travailler et présenter son travail sur deux registres. Faute d’être ainsi travaillée et présentée, faute de ne pas reconnaître la spécificité de l’idéologie, au sens cette fois, de fausse conscience de son objet. En ce sens, l’idéologie c’est la connaissance d’autant plus éloignée de son objet donné qu’elle croit lui coller à lui ; c’est la méconnaissance du fait qu’une connaissance critique de son projet et de son problème se sait d’abord à distance de son objet opératoirement construit.
À ne vouloir faire que l’histoire de la vérité on fait une histoire illusoire. »

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.