Aspect théâtral des rituels funéraires

Question :

Bonjour, je suis étudiante en scénographie et j’écris un mémoire sur le rituel mortuaire et sa théâtralité. Je cherche des informations sur :
– la nuit des morts au Mexique, entre autre un documentaire de Julian Pastor qui porte le même nom.
– les indiens Kuarup
– les indiens Xingus
– les rituels malgaches
– la fête d’Obon au Japon

L’idée est de comprendre quelles histoires se racontent les hommes par rapport à la mort, quels signes ils inventent, et ce que cela comporte de théâtral. Par exemple, le banquet, la procession, le cercle, la danse.

Je cherche aussi des informations sur les processions au Moyen Age et plus largement sur l’utilisation des cimetières en France à cette époque. Entre autre à la période de mardi gras , le carnaval, la période où l’on se joue de la mort.

Réponse :

Bonjour,
Votre problématique étant très vaste et vos questions multiples, je ne vous propose ici que le résultat d’une première enquête bibliographique qui pourra être complétée si vous le souhaitez.

Votre sujet porte donc sur l’aspect théâtral des rituels funéraires. Il ne semble pas qu’il y ait de documentation traitant directement de cette question. Néanmoins, la théâtralité étant inhérente à tout rituel (voir, à ce propos les ouvrages généralistes sur la mort, entre autres, de Louis-Vincent Thomas et de Paul Ariès), on peut définir en langage documentaire le sujet de la manière suivante : rites et cérémonies funéraires.

Concernant le Mexique, le film de Julian Pastor, La noche de los muertos, ne semble pas être disponible en France. Attention, il s’agit, contrairement à ce que laisse penser le titre de ce film, du Jour des morts (Día de los muertos) ou de la Fête des morts et non de la nuit des morts. Il existe un autre documentaire sur ce sujet : La fête des morts au Mexique, de Mauricio Peredo (DVD, 1997). Le reste de la documentation est en langue étrangère, en espagnol ou en anglais.

Kuarup n’est pas un nom d’ethnie mais précisément le nom d’un rituel. Il semble qu’il soit le fait des indiens qui vivent dans le Xingu, une région du Brésil. La documentation sur ces indiens est en langue étrangère : Xingu, los indios, sus mitos, de Orlando Villas Bôas (existe également en anglais). Il existe aussi un documentaire en français : Xingu : le corps, les esprits, de Mari Corrêa (DVD, 1996). Voyez aussi le petit catalogue d’exposition : Kuarup : a ultima viagem de Orlando Villas Bôas, de Renato Soares (2010).

Concernant Madagascar, consultez : Mariage et deuil dans l’extrême-sud de Madagascar, Georges Heurtebize, L’Harmattan, 1998 ; Vie et mort chez les Betsimisaraka de Madagascar, Eugène Régis Mangalaza, L’Harmattan, 1999 ; La mort et coutumes funéraires à Madagascar, de Raymond Decary, Maisonneuve et Larose, 1962.

Concernant le Japon, il ne semble pas y avoir de documentation consacrée à la fête d’Obon. Consultez : La mort et les funérailles dans le Japon ancien, de François Macé, Publications orientalises de France, 1986

Concernant la France au Moyen âge, voici quelques références parmi les nombreuses monographies spécialisées : Archéologie du cimetière médiéval au sud-est de l’Oise du VIIème au XVIème siècle : relations avec l’habitat, évolution des rites et des pratiques funéraires, paléodémographie, Marc Durand, 1988 ; La mort et l’au-delà en France méridionale: XIIe-XVe siècle, Colloque de Fanjeaux, 1998 ; L’homme et la mort en Bretagne de l’An mil au XIVème siècle, Le Ven, Catherine, 1994 ; Lieux de pèlerinage et grandes processions: du Moyen âge à nos jours, Dominique Lormier, Ed. Trajectoires, 2007 ; Fêtes des fous et carnavals, Heers, Jacques, Fayard, 1984 ; Carnaval de Binche, sociétés de fantaisie du mardi gras d’antan, conception et réalisation, Guergana Kostadinova, Michel Revelard, Eliane Vanderhaegen, Binche : Musée international du carnaval et du masque, 2006.

Songez aussi à rechercher des articles dans les bases de données, à commencer par JSTOR.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.