Peut-on vouloir le mal ?

Question : 

Bonjour,

Pouvez-vous me guide autour de ce sujet : Peut-on vouloir le mal ?

Merci.

Réponse :

John_Henry_Fuseli_-_The_Nightmare

Bonjour,

Pour aborder votre sujet, je vous suggère en premier lieu de consulter quelques dictionnaires qui vous fourniront d’une part une vision structurée des problématiques en présence, d’autre part les références bibliographiques usuelles.

Voyez :

  • Encyclopédie philosophique universelle. II, Les Notions philosophiques, sous la direction de Sylvain Auroux, aux PUF, article « Mal » dans le tome 2, p. 1529.
  • Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, sous la direction de Monique Canto-Sperber, aux PUF, article « Mal » dans le volume 2, p. 1165 et p. 1175.
  • Notions de philosophie, sous la direction de Denis Kambouchner, chez Gallimard, article « Mal » dans le tome III, p. 151, par Francis Wolff.

Toujours pour une approche synthétique, vous pouvez vous tourner vers les manuels, comme Qu’est-ce que le mal ?, par Hélène Bouchilloux, chez Vrin dans la collection Chemins philosophiques. La notion était au programme des classes préparatoires en 2001, vous trouverez plusieurs manuels rédigés à cette occasion, par exemple Leçon philosophique sur le mal, par Frédéric Laupies, aux PUF dans la collection Major, ou Le Mal, par Guy Palayret et Frédérique Ildefonse chez SEDES dans la collection Théma-Prépas.

Voici quelques repères classiques dans l’histoire de la philosophie pour traiter le sujet. Si vous souhaitez avoir rapidement un choix de textes, vous pouvez vous référer à des anthologies, comme Le Mal, par Claire Crignon, chez Flammarion dans la collection GF. Corpus.

  • Ménon et Protagoras de Platon, autour de « nul n’est méchant volontairement », un commentaire dans La Doctrine platonicienne de la liberté, par Robert Muller, chez Vrin en 1997.
  • Questions disputées sur le mal (De malo) de Thomas d’Aquin, notamment autour de la notion de péché, un commentaire dans Thomas d’Aquin, Du mal, par Martin Kuolt chez l’Harmattan en 2009.
  • Les lettres à Mesland de Descartes, notamment celle du 9 février 1645 autour du libre arbitre et de la relation entre la volonté et l’entendement, un commentaire dans Descartes et la philosophie morale, par Denis Kambouchner, chez Hermann en 2009.
  • Essai sur le mal de Jean Nabert, avec un commentaire dans Jean Nabert, l’affirmation éthique, sous la direction de Stéphane Robilliard et Frédéric Worms, chez Beauchesne en 2010, ou Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal de Hannah Arendt, avec un commentaire dans Hannah Arendt : totalitarisme et banalité du mal, sous la direction d’Annabel Herzog, aux PUF en 2011.

Ce ne sont que quelques suggestions parmi bien d’autres, les réflexions sur la bonté naturelle de l’homme, voyez le mythe du « bon sauvage », voyez Rousseau dans le Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, la littérature de Sade, voyez les analyses du sadisme et du masochisme dans l’Etre et le néant de Sartre, ou encore les réflexions de Nietzsche dans Par-delà le bien et le mal.

Vous pourrez compléter votre recherche, si nécessaire, en consultant le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France (www.abes.sudoc.fr), en utilisant dans la recherche avancée les critères « titre » ou « sujet », avec les termes « mal », «méchanceté », « cruauté », « péché » + « philosophie ». Les résultats étant fort nombreux, vous avez tout intérêt à les limiter par les filtres proposés, livres uniquement, langue française uniquement, date de publication récente. Vous identifierez par ce moyen, outre les références classiques, des essais qui peuvent retenir votre attention. Par exemple, La Cruauté : essai sur la passion du mal, par Michel Erman, aux PUF en 2009, ou L’Inhumain, par Nicolas Grimaldi, aux PUF en 2011.

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

 



Citer ce billet
ruedesfacs (2015, 27 novembre). Peut-on vouloir le mal ? Le carnet de Rue des facs. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ttgm