La nudité des femmes africaines comme forme de protestation

Question : 

Bonjour,

Je cherche des informations précises et des exemples concernant une pratique ancestrale : l’utilisation de la nudité par les femmes en Afrique occidentale pour maudire ou faire honte, pour protester.

Pourriez-vous m’aider ?

Merci,

Cordialement,

Réponse : 

Naked protest in Nigeria

Bonjour,

Je vous conseille d’interroger le Sudoc (<http://www.sudoc.abes.fr/>). Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Avec par exemple les mots clés « Femmes – Afrique – Contestation » / « Femmes – Afrique — Activité politique » / « Femmes — Afrique noire — 20e siècle » / « Femmes — Afrique noire — Conditions sociales » / « Femmes et politique — Afrique noire »

Par exemple, un ouvrage de référence sur les femmes en Afrique, par exemple, celui de Catherine Coquery Vidrovitch « Histoire des femmes d’Afrique subsaharienne du XIXe au XXe siècle », La Découverte Poche / Sciences humaines et sociales n°381, 2013.
Disponible Médiathèque d’étude et de recherche du musée du quai Branly. Localisation Magasin (N-A-028530)

Cette question de la nudité des femmes en Afrique comme arme de protestation est compliquée.
Il existe peu de travaux car si c’est une pratique couramment évoquée, les témoignages précis ont souvent été difficiles à trouver. Parler de pratiques « ancestrales » est d’autant plus délicat que les faits ou écrits sur le sujet sont quasi unanimement contemporains.
Les pays les plus concernés sont l’Afrique du Sud (ou l’on parle de « manifestations de rue », pratique courante durant les années de l’Apartheid, le « setshwetla ») et le Nigéria. On trouve des exemples ailleurs, au Mali, en Guinée ou au Kenya pour n’en citer que quelques-uns.

Les articles suivants vous donneront une bonne idée de l’état des lieux fait sur cette question :
http://www.rfi.fr/hebdo/20150403-africaines-utilisent-leur-nudite-comme-arme-politique-setshwetla
– http://blog.mondediplo.net/2008-12-05-Face-aux-armes-l-ame-nue

Suite à une discussion avec Ophélie Rillon, chercheuse au CNRS en Science-Politique, notamment spécialiste de la question du genre en Afrique, je vous fais suivre une note de bas de page issue de sa thèse avec quelques références sur la question des femmes qui se dénudent. Elle avait identifié cette pratique à l’occasion d’un mouvement social d’étudiants qui a eu lieu à la fin des années 1970 au Mali. Voici ce qu’elle écrit :

« Se dénuder en public signifie montrer ses parties génitales. Cet acte constitue un mode de protestation extrêmement fort dans de nombreux pays d’Afrique, lorsqu’il est effectué par des femmes adultes. Au Mali, cette transgression grave est une manière pour les femmes de signifier que les règles de cohésions sociales sont en train d’éclater et de maudire les dirigeants masculins qui en sont normalement les garants. Si l’acte de se dénuder est mentionné dans de nombreux travaux, il n’a encore jamais fait l’objet d’une recherche spécifique.

Bibliographie :
TIBETTS Alexandra, « Mamas Fighting for Freedom in Kenya », Africa Today , vol. 41, n° 4, 1994, pp. 27-48 ; ANDRADE Susan Z., « Rioting Women and Writing Women: Gender, Class and the Public Sphere in Africa », COLE Catherine M., MANUH Takyiwaa, MIESCHER Stephan F. (dir.), Africa after Gender ?, Bloomington – Indianapolis, Indiana University Press, 2007, pp. 85-107. »

En espérant que ces éléments vous aideront pour votre recherche, et en nous excusant pour le délai de cette réponse.

Bien cordialement,

Médiathèque du Musée du Quai Branly
http://www.quaibranly.fr/fr/enseignement/la-mediatheque.html
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/