Le Génocide rwandais, quel témoignage pour les Hutu ?

Question :

Bonjour, je sollicite votre aide concernant une problématique que je souhaiterais intégrer dans mon mémoire de m1 littérature, qui porte sur le génocide rwandais de 1994. La question est la suivante: peut-on écrire sur le génocide quand on est Hutu ou fils de Hutu? Le roman de Gilbert Gatore,le passé devant soi s’intègre dans cette problématique (père au passé trouble), mais j’aimerais élargir la question en dépassant le génocide pour aller plus loin (littérature de la Shoah par exemple, Guerres). J’éprouve cependant quelques difficultés à trouver des témoignages de meurtriers (le cheval blême par exemple)ou encore des fictions rédigées par des « fils de » mécréants, des écrivains dont le passé trouble se retrouve dans leurs écrits et posent des problèmes éthiques pour leurs lecteurs. Pourriez-vous m’aider à définir un corpus clair, ou peut être à élargir ma problématique de départ?
En vous remerciant d’avance pour votre réponse

Réponse : 

Nyanza Genocide Memorial Site by Adam Jones, Ph.D.

Bonjour,

■ Pour une connaissance approfondie du génocide, je vous conseille d’aller sur la base CAIRN. Vous y trouverez des dossiers :

– Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2014/2 (N° 122) Dossier : Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après
– Le Débat 2011/5 (n° 167) Le génocide des Tutsi rwandais, 1994 : revenir à l’histoire
– Les Temps Modernes n° 680-681, 2014/4-5 Le génocide des Tutsi, 1994-2014 Quelle histoire ? Quelle mémoire ?
– Afrique contemporaine 2011/2 (n° 238) Espaces de la mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda : Trop souvent décrite sous l’angle exclusif de son instrumentalisation politique, la mémoire du génocide des Tutsis relève pourtant d’une histoire complexe. Fondé sur l’exploration d’archives rwandaises et d’entretiens, cet article revisite l’histoire de la mémoire du génocide à travers les lieux dans lesquels elle s’incarne. Marqués par l’hybridité, les mémoriaux rwandais inscrivent dans le paysage des volontés de mémoire diverses. Cet essai de reconstitution de l’archéologie mémorielle rwandaise témoigne de la difficulté à articuler deuil personnel et collectif dans un pays où les politiques de réconciliation nationale tendent aujourd’hui à occulter la violence du passé.

■ Pour l’aspect littéraire des témoignages sur les génocides, il y a cette revue sur CAIRN :
– Revue d’histoire littéraire de la France 2003/2 (Vol. 103)
et un article : Questions de communication 2008/2 (n° 14) Pierre Halen, Jacques Walter, dirs, Les langages de la mémoire. Littérature, médias et génocide au Rwanda.
– Esprit 2010/5 (Mai) Banalisation, révision et négation: la « réécriture » de l’histoire du génocide des Tutsi : Les événements dramatiques ne sont plus que des mots, et même des mots de basse espèce, puisqu’il s’agit de propagande, de rumeurs, de mythes.Pierre Vidal-NaquetQuinze ans après, le génocide des Tutsi rwandais (1994) ne laisse pas de susciter des polémiques de tous ordres : universitaire, judiciaire et médiatique. Au sein de l’abondante littérature consacrée au sujet, on ne compte plus les « révélations »,…
– Questions de communication 2012/2 (n° 22) Catalina Sagarra Martin, dir., Le Génocide des Tutsi. Rwanda, 1994. Lectures et écritures :
– Revue de littérature comparée 2011/4 (n° 340) Scholastique Mukasonga : le « témoignage de l’absent » : Dans ses « Réflexions sur les récits et écrits du génocide rwandais » [1]  In Littérature, fiction, témoignage, vérité, sous la… , Tumba Shango Lokoho, pose la question de « l’esthétique du génocide » et s’interroge plus précisément sur une possible définition de « la littérature de témoignage » du génocide au Rwanda.

■ Vous trouverez des thèses sur le Rwanda dans le SUDOC :
– Un « Nazisme tropical » [Texte imprimé] : le génocide des Rwandais tutsi / John Francis Mbala ; sous la direction de Cao-Huy Thuan et Enzo Traverso :
– « Plus jamais ça » ! Ce slogan qui émerge au lendemain de la Seconde guerre mondiale suite à la Shoah fait-il encore sens eu égard à l’incapacité de la communauté internationale à prévenir une série de drame dont un génocide à la fin du xxème siècle. En effet, en dépit de la Convention du 9 décembre 1948 sur la prévention et la répression du crime de génocide entré le 6 avril et juin 1994 plus de 800 000 Tutsi furent atrocement massacrés du fait d’être né Tutsi lors d’une guerre civile. Cet aspect parmi tant d’autres ouvre une brèche à l’approche comparative dès lors que les Juifs furent victimes du nazisme, Hitler leur reprochant d’être né Juif. Or, peut-on comparer les génocides? Mais déjà qu’est-ce qu’un génocide ? Quelle différence entre crime contre l’humanité et génocide ? En tentant de répondre à la question, dans quel cadre théorique insérer le génocide des Rwandais tutsi par rapport aux précédents génocides les recherches vont au-delà d’un certain « dogme de l’unicité de la Shoah ». Durant plus d’une décennie un déséquilibre régional dans l’Afrique des Grands lacs du fait du génocide au Rwanda participe à une redistribution des cartes sur le plan géopolitique et ce au prix de graves violation de droits de l’homme telle qu’en République démocratique du Congo
– Le pardon à l’épreuve d’un génocide [Texte imprimé] : discours et pratiques du pardon au Rwanda (1994-2006) / Benoît Guillou ; sous la direction d’Elisabeth Claverie :
En introduction, nous sommes parti d’un constat banal, celui de la difficulté de définir la notion de pardon. Cette notion recouvre en effet un ensemble hétérogène de pratiques et peut prendre des acceptions morales, juridiques et religieuses multiples. L’enquête effectuée au Rwanda sur la période comprise entre 1994 et 2006 nous a permis de mettre en lumière des acteurs de plus en plus nombreux à s’emparer constamment du vocabulaire du pardon dans la perspective d’une réconciliation nationale. Après avoir examiné des discours et des pratiques du pardon -en prison, à l’échelle d’une paroisse catholique rurale, sur une cellule (la plus petite entité administrative) et à Detmold en Allemagne -nous avons caractérisé et distingué les formes principales du pardon selon les acteurs en présence et les dispositifs mis en œuvre. La notion de pardon après le génocide donne lieu, au Rwanda, à des configurations radicalement différentes. La pratique du pardon suppose de prendre la parole pour mettre en récit une réalité négative. Si le pardon accordé ou demandé peut devenir un instrument de contrainte et de défense d’intérêts particuliers, un acte que l’on cherche à extorquer, il ne se limite pas à la défense de prérogatives individuelles ou collectives. Pardonner offre la possibilité de «faire du neuf », de devenir source d’inspiration et parfois de créer une ressource personnelle et collective pour renoncer à la surenchère dans la violence
– Fictions, témoignages et autres genres littéraires du génocide dans le champ littéraire rwandais après 1994 [Texte imprimé] / Augustin Rudacogora ; sous la dir. de Xavier Garnier : Fictions, témoignages et autres genres littéraires du génocide dans le champ littéraire rwandais après 1994 » est une étude diachronique du champ littéraire rwandais sur un période de 10 ans (1994-2004). Elle se penche essentiellement sur les ouvrages littéraires de fiction et les témoignages traitant du génocide perpétré d’avril à juillet 1994 contre les Tutsi du Rwanda. Elle se subdivise en trois parties. La première partie est une description du champ littéraire et une approche anthologique de la période cible. La seconde est une analyse du rapport entre la fiction et le génocide du point de vue thématique et sociocritique. La dernière partie étudie les témoignages, les poèmes de commémoration et les sites mémoriels du point de vue scriptural et de l’analyse du discours social.

■ Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

► Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
► le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
► Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
► Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
► Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir » http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
►Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).
Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.
►Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.
►La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/