L’anglais constitue-t-il un impérialisme linguistique ?

Question : 

L’anglais constitue-t-il un impérialisme linguistique ?

Réponse :

Anglospeak (wikicommons)

Bonjour,

► Je vous conseille de lire l’article « langue anglaise » dans l’Encyclopédie Universalis qui vous apportera des informations sur l’anglais en Amérique.
Vous pourrez également lire l’article « colonialisme et anticolonialisme » dans la même encyclopédie.

► Le Monde diplomatique a consacré plusieurs articles sur votre sujet. Vous pourrez les consulter sur la base CAIRN à la bibliothèque Sainte Barbe ou à la Bibliothèque des Grands Moulins :

– Contre le « tout anglais » août 2007, par Bernard Cassen.
– Le mur de l’anglais mai 1995, par Bernard Cassen.
– Parler français ou la « langue des maîtres » ? avril 1994, par Bernard Cassen.
– Le tout-anglais n’est pas une fatalité mai 1996, par Bernard Cassen.
– Les élites sacrifient la langue française décembre 2010, par Gaston Pellet.
– Un monde polyglotte pour échapper à la dictature de l’anglais janvier 2005, par Bernard Cassen
– Contre la langue unique juin 2013, par Serge Halimi.
– Plusieurs langues pour un autre monde octobre 2013, par Julie Boéri.
Un langage vivant à vocation universelle août 1966.

► Outre Le monde diplomatique, voici une bibliographie que vous pourrez compléter en allant sur le site de la Bibliothèque Nationale de France en tapant « impérialisme »  :

– « La bataille des langues », Manière de voir, n° 97, février-mars 2008.
– Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Seuil, coll. « Points », Paris, 1997.
– Claude Hagège a su toucher de très larges publics par ses travaux de vulgarisation exigeante : Le Français et les siècles (1987), L’Enfant aux deux langues (1996) et Halte à la mort des langues (2000), tous publiés chez Odile Jacob (Paris).
– Hermès, « Francophonie et mondialisation », n° 40, CNRS éditions, Paris
– Culture et impérialisme Edward W. Said ; traduit de l’anglais par Paul Chemla.
– Commonwealth / Michael Hardt, Antonio Negri ; traduit de l’anglais (États-Unis) par Elsa Boyer.
– Les origines du totalitarisme [2], l’impérialisme [Texte imprimé] / Hannah Arendt ; traduit de l’anglais par Martine Leiris.

► Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :
Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir » http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).
Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Pour le service Rue des facs

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/