La maison close dans la littérature française du XIXe siècle

Question : 

Madame, Monsieur, je m’adresse à Rue des facs afin de trouver une aide à mes recherches bibliographiques en vue de mon mémoire. Je travaille sur la mise en place du stéréotype de la maison close par la littérature française du 19e et travaille plus particulièrement sur Maupassant, Lorrain et Caze. Je cherche des critiques de leurs oeuvres notamment La Maison Tellier ou La Maison Philibert, ou de la manière dont est traité le sujet de la maison close et de la prostitution. Merci beaucoup pour votre aide

Réponse :

Au Salon de la rue des Moulins de Toulouse Lautrec

Bonjour,

Votre sujet est riche et vous trouverez beaucoup d’articles dans la presse universitaire.

► En allant sur la base CAIRN, j’ai trouvé :

Un numéro de la revue Clio n° 26 (2007) dont voici le résumé : Clôture et maison close : les mots des écrivains. La consultation informatisée d?un corpus de textes permet de repérer quand et à quel propos les écrivains emploient les mots clôture et maison close. En ce qui concerne les femmes, la religieuse retirée dans un monastère et la prostituée assignée à une maison de tolérance représentent deux figures opposées de l’enfermement. Les formes de ségrégation ainsi (d)écrites, non symétriques pour chaque sexe, interrogent les relations entre hommes et femmes dans les sociétés qui les produisent.

Un article dans la revue d’histoire littéraire de la France (2009/3, vol. 109) : « Littérature publique. L’exemple de Nana » : Au XIXe siècle l’émergence de la presse et les nouvelles médiations de l’œuvre littéraireentraînent une modification profonde du rapport de l’écrivain à la littérature en même tempsque le statut, la forme et le sens de la pratique littéraire se transforment radicalement. La littérature devient publique. La publication en feuilletons de Nana dans Le Voltaire d’octobre1879 à février 1880 permet d’observer les stratégies publicitaires et commerciales du romancier qui met la presse au service de ses visées esthétique et éthique. Les personnages de lafille de joie et du chroniqueur renvoient, à l’intérieur de l’œuvre, à cette « littérature industrielle », autrefois dénoncée par Sainte-Beuve : la « prostitution littéraire », qui hante déjàl’écrivain romantique, trouve ainsi, allégoriquement, des figures dans lesquelles s’incarner.

La revue Clio ((2010 n° 32) aborde un aspect sociologique de votre thème : « Folles et vagabondes  dans les asiles de la Seine-Inférieure (1880-1914) » : L’article étudie le mouvement vers un « grand renfermement » des « folles », notamment des « hystériques », qui culmina au tournant des xixe et xxe siècles. Les mesures de placement étaient de la responsabilité des maires et du préfet qui les confiaient aux aliénistes des asiles rouennais. La psychiatrisation des « vagabondes » contribuait ainsi au maintien de l’ordre à l’intérieur de la ville de Rouen mais aussi à atténuer la « nocivité » des migrations des femmes aliénées indigentes, journalières ou ouvrières du textile, autour de la capitale de la Haute-Normandie. De renommée régionale ou nationale, les aliénistes qui se succédèrent à la tête de ces asiles produisirent des études statistiques et des observations qui confortaient l’hypothèse que les pathologies féminines avaient des causes sociales et ne pouvaient trouver d’autre solution que l’isolement.

Saviez-vous que Guy de Maupassant, comme bien d’autres écrivains, se passionnait pour les affaires criminelles ? Si cela vous intéresse, je vous conseille de lire l’article de Myriam Tsikounas dans Sociétés & Représentations 2004/1 (n° 17) .

► Sur la base Persée vous trouverez un article sur la prostitution vue par Maupassanthttp://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1987_num_17_58_4902

► Sur google, j’ai trouvé cet article http://www.gallia.jp/texte/44/44adachi.pdf

► En 2008, le philosophe Raphaël Enthoven avait consacré son émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » à Maupassant. Elle n’est plus podcastable mais, vous pouvez peut-être écrire à France Culture pour en obtenir une copie https://www.franceculture.fr/emission-maupassant-la-b%C3%AAte-humaine-15-une-vie-2008-01-28.html

Enfin, voici une bibliographie :

Filles, prostitutées et courtisanes dans l’oeuvre de Guy de Maupassant: représentation de l’amour vénal, Noëlle Benhamou ; Presses universitaires du Septentrion, 24 févr. 1997 – 531 pages.

Les contes et nouvelles réalistes de Maupassant, apôtre du marché Dieu : lecture sociogénétique, Charles Castella, L’Age d’homme.

G. de Maupassant, Œuvres complètes, 29 vol., Préf. P. Neveux, Paris, 1907-1910

Œuvres complètes, 15 vol., éd. R. Dumesnil et J. Loize, Paris, 1934-1938

Œuvres complètes, 16 vol., éd. G. Sigaux, Lausanne, 1961-1962

Œuvres complètes, 16 vol., éd. P. Pia et G. Sigaux, Paris, 1969-1973

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. A.-M. Schmidt, Paris, 1957

Romans, éd. L. Forestier, coll. La Pléiade, Gallimard, Paris, 1959, rééd. 1991

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. L. Forestier, ibid., 1974-1979

Chroniques, 3 vol., Préf. H. Juin, Paris, 1980.ÉtudesM. Besnard-Coursodon, Le Piège : étude thématique et structurale de l’œuvre de Maupassant, Paris, 1973

C. Castella, Structures romanesques et vision sociale chez Maupassant, Lausanne, 1972

G. Delaisement, Guy de Maupassant journaliste et chroniqueur, 2 vol., C.R.D.P., Orléans, 1984

R. Dumesnil, Guy de Maupassant, Paris, 1947, rééd. 1979

A. Fónyi, Maupassant, Kiné, Paris, 1993

A. Lanoux, Maupassant le Bel-Ami, Paris, 1967, rééd. 1983

A. Lumbroso, Souvenirs sur Maupassant, Rome, 1905

A.-M. Schmidt, Maupassant par lui-même, Paris, 1962

Maupassant et l’écriture, colloque, Nathan, Paris, 1993

A. Vial, Guy de Maupassant et l’art du roman, Paris, 1954.

► Je vous suggère une méthodologie :

Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

  • Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
  • Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
  • le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
  • Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
  • Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
  • Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
  • Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir »http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
  • Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

► Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

► La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).

Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

► La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/



Citer ce billet
ruedesfacs (2014, 31 octobre). La maison close dans la littérature française du XIXe siècle. Le carnet de Rue des facs. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tteo