La confiance dans les institutions politiques au Maroc

Question : 

Bonjour,

Je travaille sur la question de la confiance dans les institutions politiques au Maroc. Pouvez-vous m’orienter bibliographiquement ?

Merci.

Réponse :

Bonjour,

Vous recherchez des documents sur le sujet : la question de la confiance dans les institutions politiques au Maroc.
Cette recherche très générale pourrait être affinée en fonction de votre cadre de travail (exposé, mémoire, travail en groupe ?) et des limites du sujet (doit-on prendre en compte le sentiment de la communauté internationale ou uniquement celui du peuple marocain?).

■ 1. Pour trouver des livres dans les bibliothèques universitaires ou interuniversitaires à votre disposition, vous pouvez rechercher dans le Sudoc, http://www.sudoc.abes.fr
Un catalogue collectif qui vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents

Ci-dessous quelques références (les bibliothèques où vous pourrez consulter ces documents sont indiquées):

– Changement institutionnel et transition politique [Microforme] : la démocratisation au Maroc / Hassan Zouaoui ; sous la direction de Daniel Bourmaud
Université Panthéon-Sorbonne (Paris). Organisme de soutenance 2010
résumé:
Notre thèse étudie l’expérience marocaine de démocratisation. Celle-ci est marquée par un mariage arrangé entre démocratie libérale et héritage islamique de pouvoir. Ainsi, on voit que la constitution marocaine de 1996 a maintenu la prévalence de cet héritage en préservant la place centrale occupée par le roi en tant que commandeur des croyants. Il en découle la marginalisation du rôle institutionnel joué par le gouvernement et le parlement en considérant la prévalence des valeurs islamiques de commandement. On souligne que la démocratisation sous les deux rois (Hassan II et Mohamed VI) semble osciller entre changement et continuité. C’est ainsi que notre travail cherche à fournir une interprétation de la démocratie marocaine.
PARIS1-BU Pierre Mendès-France
Cote : D 09 : 35

– La transition démocratique au Maroc : Réflexions sur la signification des changements politico-constitutionnels, 1990-1998 / Hassan Zouaoui ; sous la dir. du le Professeur Michel Lesage
Paris Cujas Droit
Cote : S/24.421 2002-624

– La problématique de la démocratisation au Maroc depuis l’indépendance / Abdeljalil Oujjate ; sous la direction de Hugues Portelli
Université Panthéon-Assas (Paris). Organisme de soutenance
Ecole doctorale Georges Vedel Droit public interne, science administrative et science politique (Paris). Organisme de soutenance 2011
Résumé:
Depuis l’indépendance du Maroc (2 mai 1956), la monarchie va réussir à instaurer un régime absolu de droit divin. En concomitance, elle va amorcer plusieurs processus qui visent, selon elle, à démocratiser les institutions politiques du Royaume. Le successeur du Roi Mohamed V son fils aîné le Roi Hassan II va aider à l’affirmation de cette monarchie absolue. Cette consolidation va apparaître dans la Constitution de 1962, puis à partir des pratiques institutionnelles qui donnent l’impression que tout marche selon l’ordre donné par l’institution monarchique ou par le Roi/l’Emir des croyants. L’instauration de l’état d’exception en 1965, après une courte expérience constitutionnelle, va plonger le Maroc dans une dictature qui n’a fait autre chose que dégrader les liens entre l’Etat/makhzen et le peuple. A l’issue du consensus national autour du Sahara occidental, le Roi amorce un processus d’ouverture limité qui ne va rien changer aux équilibres politiques du pays et qui était largement éclaboussé par le trucage électoral. Or, plusieurs facteurs d’ordre national et international vont pousser le régime à se libéraliser – et pas forcément à se démocratiser – à partir des années 1990. L’arrivée du Roi Mohamed VI au pouvoir va donner un nouveau souffle à cette politique de libéralisation. Toutefois, aucune diminution des pouvoirs du Roi n’a été réalisée, et ce jusqu’au 1er juillet 2011 qui marque un changement important après l’adoption de la nouvelle Constitution du Royaume. A travers ce qui précède, l’étude cherche à éclaircir la réalité politique complexe du Maroc, cerne les obstacles qui empêchent celui-ci de faire son entrée dans le monde démocratique, et cela avant d’aborder les solutions à la problématique posée.
Paris Cujas Droit
Cote : R/T2011-100

– Le Maroc à la croisée des chemins / Ahmed B. Berkani
Paris ; Budapest ; Torino [etc.] : l’Harmattan, DL 2005
Paris Bibliothèque Sainte Geneviève

– Culture politique au Maroc : à l’épreuve des mutations / Rahma Bourqia
Paris : L’Harmattan, impr. 2011
Paris Bibliothèque Sainte Geneviève
Réflexion portant sur la culture et les valeurs politiques au Maroc, en particulier le processus de démocratisation. Analyse de la réception des changements générés, tant au sein de la classe politique qu’au sein de la société marocaine, partagée entre confiance et défiance. Etude de la modification des rapports entre la sphère religieuse et politique, et au cœur même de la cellule familiale

– Tunisie, Algérie, Maroc : la colère des peuples / Martine Gozlan
Paris : l’Archipel, impr. 2011
Paris BULAC
Résumé:
Enquête sur la situation politique au Maghreb depuis l’accession au trône de Mohammed VI au Maroc, l’élection de Bouteflika en 1999 en Algérie, et l’arrivée au pouvoir de Ben Ali en Tunisie. Analyse la réaction des populations face aux espoirs déçus de démocratisation

– Les jeunes et l’engagement : désenchantement et espoir / Driss Guerraoui, Noureddine Affaya
Saint Denis BU Paris 8

– L’ exception marocaine / sous la dir. de Charles Saint-Prot et Frédéric Rouvillois
Paris : Ellipses, impr. 2013, cop. 2013
Paris Bibliothèque Sainte Geneviève

– Maroc, quel projet démocratique ? / Abdellatif Laâbi
Casablanca (Maroc) : Éd. la Croisée des chemins, DL 2011
Paris BULAC
Résumé:
L’écrivain et journaliste réunit des articles dans la presse marocaine et internationale et contributions à des manifestations, qu’il a consacrés de 2004 à 2011 à la question démocratique au Maroc. Avec en fin d’ouvrage des articles plus anciens réunis dans le recueil Les rêves sont têtus.

– La notion de démocratie au Maroc : essai d’analyse des discours du Trône, 1962-1995 / Mohammed Fouad El Achouri ; sous la direction de Jacques Poumarède
Mémoire ou thèse (version d’origine)
Résumé:
Le but de cette étude est de mettre en relief les conséquences juridiques, politiques et sociales de la conciliation entre deux types de légitimités d’origines distinctes voire opposées, à savoir la légitimité monarchique et la légitimité démocratique. Pour réussir la conciliation de ces deux types de légitimités, religieuse et laïque, le roi Hassan II va user de tous les moyens qu’il possède pour vider les principes fondateurs, les moyens de contrôles entre autres, de l’une et de l’autre de toute leur substance. Le roi se lance, d’abord, en quête des moyens lui permettant de légitimer ses comportements et de les ériger, ensuite, en institution. Il en résulte une notion particulière de démocratie. La séparation des pouvoirs, l’opposition, les élections, l’alternance, la monarchie constitutionnelle, etc… Prendront une notion propre au particularisme marocain, au dépend de l’idéal démocratique et de la connotation d’origine. Le souci de conserver la suprématie de l’institution monarchique et la domination, la récupération voire la création des élites a contrarie considérablement tout projet de développement politique, social et économique. Les graphiques, qui représentent l’évolution des différentes dimensions de la démocratie dans le discours du Trône, nous permettent d’illustrer et de suivre l’évolution du processus démocratique au Maroc. Notre étude ne se limite pas a l’analyse des discours royaux, mais elle essaie de les confronter a la réalité quotidienne.
FNSP (Bibliothèque de Sciences Po)

■ 2. Pour trouver des publications plus pointues, je vous recommande de rechercher dans la base de données CAIRN, disponible également à la bibliothèque Sainte-Barbe. Cette base de données francophone propose un accès au texte intégral d’importants magazines et revues scientifiques, ainsi qu’à certaines encyclopédies de poche (Que-sais-je, Repère). Dans CAIRN, vous pouvez utiliser des mots-clés en français pour formuler votre recherche, vous obtiendrez beaucoup de réponses.
Je vous fais suivre ci-dessous quelques références d’articles en rapport à votre sujet, obtenues en associant dans le catalogue de Cairn les termes de recherches « Maroc » et « Institutions politiques » et en limitant la recherche à la Discipline «Sciences politiques » :

– Mohammed Hachemaoui « Institutions autoritaires et corruption politique. L’Algerie et le Maroc en perspective comparée »,
Revue internationale de politique comparée 2/2012 (Vol. 19), p. 141-164.
Paris Cujas Droit
Cote : 49.169
1er magasin
Fonds spécifique : Périodiques
Résumé :
Si la science politique enregistre depuis ces deux dernières décennies d’appréciables avancées dans la compréhension du phénomène de la corruption, son application au monde arabe reste en revanche bien à la traîne. Cet article ambitionne de comparer la corruption systémique dans les deux sous-types dominants d’autoritarisme dans la région: les régimes prétorien en Algérie et monarchique au Maroc. Le texte, partant des dissemblances existant entre les communautés politiques de ces deux pays, entend démontrer ce qui suit : 1) la corruption politique s’est posée dès les fondations institutionnelles des régimes comme le pendant de l’ordre autoritaire ; 2) contractés dans des « situations critiques », les arrangements institutionnels sous-jacents à l’autoritarisme et à la corruption structurent l’organisation de l’état et de l’économie politique par-delà les métamorphoses formelles et discursives du système politique ; 3) les trajets institutionnels façonnés depuis les fondations étant très difficiles à changer, les réformes promises par les élites dirigeantes au lendemain des soulèvements populaires survenus dans la région depuis 2011 seront jugées à l’aune du démantèlement des accommodements institutionnels liant institutions politiques et corruption systémique.
PLAN DE L’ARTICLE
La corruption comme problème politique
Analyse comparée de la corruption politique au Maroc et en Algérie
La corruption politique comme fondation institutionnelle des régimes : les trajectoires prétorienne et monarchique
La corruption à l’ombre des monopoles
La corruption à l’ombre des oligopoles privés
Le système de corruption : le point aveugle des « réformes »

– Le Maroc : changements et faux-semblants
Confluences Méditerranée 2011/3 (N° 78). 220 pages.
PARIS-Bib. Sainte Geneviève
Cote : Consultable en ligne à la bibliothèque, à partir de 2001
Résumé:
Programmé il y a un an, ce dossier de Confluences Méditerranée consacré au Maroc paraît, plus de 10 ans après le numéro spécial précédent*, à un moment particulier de l’actualité sociale et politique du royaume. Celle-ci est marquée, depuis février 2011, par une politisation et une coordination, inédite à l’échelle nationale, des expressions publiques de protestation, à l’issue de la vague contestataire partie de Tunisie puis d’Egypte durant l’hiver 2010-2011. Avec quelques semaines de décalage, le pouvoir central marocain a, à son tour, été affecté par le vent de révolte et, sans renoncer à l’usage de la force répressive contre les manifestants, il a vite réagi par une série de mesures destinées à apaiser la gronde : relèvement des subventions sur les produits essentiels, création d’emplois publics, discours royal du 9 mars 2011 annonçant des réformes institutionnelles, mise sur pied d’une Commission Consultative de Révision de la Constitution (mars), organisation d’un référendum sur ledit projet de réforme constitutionnelle (approuvé à 99 % en juin) et tenue d’élections législatives anticipées à l’automne 2011. Miroir aux alouettes destiné à rassurer la communauté internationale, les touristes et les investisseurs, ou bien poursuite d’un processus de réformes et de libéralisation politique 2 amorcé dans les années 1990 3 avec la sortie des « années de plomb » ? Comme le révèlent les diverses contributions de ce numéro, le débat reste ouvert sur le « double désamorçage de 2011 » (J.-N. Ferrié et B. Dupret) ou « l’appropriation et la neutralisation des revendications de la société civile » (J. M. Gonzáles Riera). Seul l’avenir permettra d’évaluer l’inflexion de l’Etat marocain et d’apprécier l’efficacité des stratégies à l’oeuvre pour désamorcer la contestation.

– Politique africaine 2010/4 (N° 120) 240 pages
Le dossier : Le Maroc de Mohammed VI : mobilisations et action publique
Question sociale et développement : les territoires de l’action publique et de la contestation au Maroc
Le « Maroc inutile » redécouvert par l’action publique : les cas de Sidi Ifni et Bouarfa
Auteurs : Karine Bennafla Montserrat Emperador
Résumé:
Depuis dix ans, le Maroc connaît une multiplication des mouvements de protestation sociale dans les bourgs et les villes moyennes. En étudiant les cas des mobilisations à Sidi Ifni (à l’orée du « Sahara occidental ») et à Bouarfa (près de la frontière algérienne), cet article se propose d’éclairer les relations entre l’État marocain et ses périphéries. L’article analyse ainsi la variété des interactions entre mobilisations, appartenances nationales et politiques d’aménagement. Il montre que le pouvoir central, confronté depuis des siècles à des épisodes de dissidence tribale, perpétue des pratiques anciennes pour gérer ces mobilisations des périphéries en alternant mesures de répression et octroi de concessions.
Leaders associatifs et élus locaux au Maroc : épreuves de face-à-face et controverses dans les arènes du développement Auteur : Mohammed Benidir

– Maghreb – Machrek 2009/4 (N° 202)
Jean-Yves Moisseron
Gouvernance en Méditerranée : intérêt et limites d’un concept

– Politix 2007/4 (nº 80 )
Frédéric Vairel
La transitologie, langage du pouvoir au Maroc

– Politique étrangère 2005/1 (Printemps)
Khadija Mohsen-Finan
Maroc : l’émergence de l’islamisme sur la scène politique

– Outre-Terre 2011/3 (n° 29)
Karine Bennafla et Haoues Seniguer
Le Maroc à l’épreuve du printemps arabe : une contestation désamorcée ?

– L’exception marocaine / sous la direction de Charles Saint-Prot et Frédéric Rouvillois
http://www.etudes-geopolitiques.com/sites/default/files/pdf/livre_l_exception_marocaine.pdf
Paris Bibliothèque Sainte Geneviève Cote : 8 F SUP 62794

■ 3. Pour aller plus loin, vous pouvez également lancer une recherche sur d’autres bases de données :
Persée (http://www.persee.fr/) un portail en ligne et en libre accès d’articles de 60 revues scientifiques francophones en texte intégral, dans le domaine des sciences humaines et sociales.

J’espère que ces conseils pourront vous être utiles.

Bien cordialement,

Bibliothèque de Sciences Po
http://www.sciencespo.fr/bibliotheque/
Pour le service Rue des Facs
http://www.ruedesfacs.fr/