Edward Hopper et le polar

Question :

Bonjour, j’organise une animation sur Edward Hopper et le polar. Auriez-vous des références bibliographiques à me proposer? Merci.

Réponse :

Bonjour,
Veuillez trouver quelques éléments de réponse ci-dessous. Ce sont des points de vue subjectifs sur votre question.

Hopper est fréquemment associé à la solitude et à l’errance dans les villes modernes américaines. Sa peinture donne le sentiment d’un moment arrêté, comme si elle isolait des photogrammes de cinéma. On peut y croiser les stéréotypes du détective au bar, feutre mou et cigarette aux lèvres, la mystérieuse jeune fille livrée aux dangers de la nuit, toute une galerie de personnages secondaires au fort potentiel narratif. D’où viennent-ils, que font-ils? Sur le plan littéraire on notera que des écrivains tels que Ben Hecht et William Irish ont contribué à forger le mythe du film noir en devenant de célèbres scénaristes pour Hollywood. Il existe probablement une porosité d’influences entre écriture, peinture et cinéma dans la description de cette modernité urbaine. Hopper lui-même était un habitué des salles obscures, qu’il a peintes à plusieurs reprises.

Pourtant, la peinture de Hopper est pour beaucoup un travail de coloriste, jouant sur les nuances des tons apportés par les éclairages de la ville nocturne, lesquels font écho aux nuances de la psyché humaine. Le cinéma quant à lui, encore en noir et blanc dans les années 30 et 40 (l’âge d’or du polar américain) doit jouer sur le clair-obscur, approfondir les noirs pour plus de romantisme et rendre les blancs plus éblouissants dans la clarté des réverbères et des coups de feu. On est donc finalement éloigné chez Hopper des figures classique du film noir : silhouettes découpées sur le pavé mouillé, réverbères et phares de voiture sous la pluie, lames et revolvers luisant dans un reflet de lune.

C’est bien plutôt avec l’arrivée de la couleur qu’un cinéaste tel qu’Hitchcock va utiliser de façon picturale l’héritage d’Hopper, prenant à contrepied les codes du genre policier. Il place son héros solitaire au bord d’une route, en plein soleil, fumant une cigarette près d’une maison vide de bord de mer, ou dans une gare anonyme. La tension entre l’intérieur du personnage et son environnement extérieur s’en trouve exacerbé. L’attente et le danger apparaissent de façon plus nette dans une nature débarrassée de présence humaine et en plein jour. Pour les décors inspirés d’Hopper on peut notamment citer la fameuse maison de psychose, l’hôtel de Vertigo, l’école des Oiseaux. L’école des oiseaux Hitchcock a également revisité dans Fenêtre sur Cour certains tableaux de Hopper, dans des jeux de cadrages et d’intérieur/extérieur.

On peut sans doute étendre l’héritage d’Hopper à bien d’autres auteurs, Chandler, Hemingway, (on peut citer plus récemment Patrick Modiano), et cinéastes, Preminger, Siodmak, et plus récemment Wenders, Polanski, Lynch. Cette réponse n’est donc pas exhaustive, et nous espérons qu’elle trouvera matière à enrichir votre propos.

Bibliographie sélective:

Dehors est la ville [Texte imprimé] : Edward Hopper / François Bon
Hopper et l’art américain [Texte imprimé] / Laurence Debecque-Michel
Edward Hopper [Texte imprimé] : lumière et obscurité / Gerry Souter

William Irish, La mariée était en noir, 1940; Fenêtre sur cour, 1942
Ben Hecht, La corde,1948

Hitchcock et l’art [Texte imprimé] : coïncidences fatales : [exposition présentée au Musée des beaux-arts de Montréal du 16 novembre 2000 au 18 mars 2001 [puis au] Centre Pompidou, Paris du 6 juin au 24 septembre 2001] / sous la direction de Dominique Païni, Guy Cogeval

Cordialement,

Service commun de la documentation de l’université Paris-Sorbonne
http://www.paris-sorbonne.fr/les-bibliotheques/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr



Citer ce billet
ruedesfacs (2013, 27 mars). Edward Hopper et le polar. Le carnet de Rue des facs. Consulté le 14 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tt9f