Thérapie et échec électif en mathématiques

Question :

En quoi un dispositif thérapeutique peut-il pallier une défaillance parentale pour les élèves se trouvant en échec électif en mathématiques ?

Réponse :
Bonjour,
Votre question comporte plusieurs assertions qui sont autant d’hypothèses qui méritent d’être traitées chacune en soi. Car le croisement de toutes ces variables ne donne aucun résultat au niveau de la recherche bibliographique.

1) La première, c’est l’incidence d’une « défaillance parentale », qu’il vous faut définir(educative, sociale, psychologique et/ou intellectuelle,…), sur les apprentissages en général et les mathématiques en particulier. En sachant que l’essentiel des travaux de recherche porte sur la dyscalculie.
2) la deuxième, concerne la remédiation à ce trouble de l’apprentissage par une psychothérapie.

Néanmoins l’essentiel de la question porte sur la possibilité de remédier aux troubles de l’apprentissage par la psychothérapie.
Donc en croisant les mots clefs suivants:
Thérapeutique* AND apprentissage* AND enfan*

Et en interrogeant le Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr/).
Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

On obtient les résultats suivants :

Albanèse, X., & Boulandet, A. (2001b). Analyse des effets thérapeutiques d’une méthode type P.E.I. chez 13 enfants dysorthographiques en C.L.A.D. Tours, France.

Berger, M. (2006). Les troubles du développement cognitif: approche thérapeutique chez l’enfant et l’adolescent (Vols. 1-1). Paris, France: Dunod.

Berthommé, E. (1999b). “Ecris-moi un mouton”: Education thérapeutique à l’écriture manuelle de Kévin, enfant IMC âgé de 6 ans. (Vols. 1-1). France.

Darlon, C. (2003b). Le trouble du lire chez l’enfant: repères nosographiques, compréhension psychopathologique, démarches diagnostique et thérapeutique (exclusion de l’autisme et de la psychose) (Thèse d’exercice). Université de Nantes, France.

Gibello, B., & Lebovici, S. (2006). L’enfant à l’intelligence troublée: nouvelles perspectives cliniques et thérapeutiques en psychopathologie cognitive (Vols. 1-1). Paris, France: Bayard Ed.
Joffre, C. (2002a). L’apprentissage du clavier informatique: Une proposition thérapeutique pour le maintien scolaire d’un enfant souffrant de dyspraxie visuo-spatiale (Vols. 1-1). France.
Leynaud, A., & Habib, M. (2002a). Mise en évidence d’un déficit de la boucle audio-phonatoire chez l’enfant dyslexique et application thérapeutique. 1969-2011, France.

Marciano, P., & Hochmann, J. (2011). L’étude thérapeutique: un médiateur de soin pour les enfants en échec scolaire (Vols. 1-1). Paris, France: Erès.

Mazeau, M., Le Lostec, C., & Lirondière, S. (2010a). L’enfant dyspraxique et les apprentissages: coordonner les actions thérapeutiques et scolaires (Vols. 1-1). Issy-les-Moulineaux, France: Elsevier Masson.

Concernant les troubles de l’apprentissage en mathématique vous trouverez essentiellement des articles scientifiques sur la dyscalculie.
Vous pouvez aller plus loin sur la question de la dyscalculie en interrogeant la base de données Psychinfo, produite par l’American Psychological Society (Etats-Unis) : http://www.apa.org/pubs/databases/psycarticles/index.aspx.
Avec les mots clefs suivants: dyscalculi* AND thérap*
vous obtenez les 4 articles (en modulant vos mots clefs vous pouvez obtenir d’autres résultats) :

Cullard, P. (1984b). De la débilité comme d’une névrose précoce. A propos de la débilité mentale ou psycho-motrice de la dyslexie comme de névroses précoces et de la dyscalculie. Pratique des Mots, 48, 9-26.
Huc-Chabrolle, M., Barthez, M.-A., Tripi, G., Barthélémy, C., & Bonnet-Brilhault, F. (2010b). Les troubles psychiatriques et psychocognitifs associés à la dyslexie de développement: Un enjeu clinique et scientifique. L’Encéphale: Revue de psychiatrie clinique biologique et thérapeutique, 36(2), 172-179. doi:10.1016/j.encep.2009.02.005
Piérart, B., & Thuvelle-Delahaye, I. (1985b). Les modalités de la compréhension des descripteurs de quantités entre trois et sept ans. Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence, 33(8-9), 393-399.
Roux, M.-O. (2009b). À propos de la dyscalculie spatiale: Une contribution clinique. La Psychiatrie de l’Enfant, 52(2), 495-516. doi:10.3917/psye.522.0495

Pour finir, toujours sur la dyscalculie, vous trouverez dans les archives ouvertes deux articles intéressants qui comportent une bibliographie assez exhaustive sur la question.

Les archives ouvertes sont des plateformes d’auto-archivage, généralement d’articles scientifiques et de travaux universitaires, par leurs auteurs eux-mêmes ou des institutions (de recherche, patrimoniale, pédagogique, administrative…). Il en existe dans toutes les diciplines. Le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche en propose la liste :
https://www.sup.adc.education.fr/bib/Acti/ao/ao.htm#table

Voici les deux articles :
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00483149/
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00582614/

Cordialement,

Service commun de la documentation de l’université Paris-Descartes
Bibliothèque Henri-Piéron
http://www.bu.univ-paris5.fr/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *