Les Clérouques en Egypte

Question :

Bonjour,
je travaille sur les Clérouques en Égypte vers le milieu du IIIe siècle av. J.C, plus précisément sur les conflits provoqués par leur présence dans le Fayoum ainsi que sur la question de leur logement (stathmos). Auriez-vous, s’il vous plait, quelques indications bibliographiques afin d’orienter mes recherches vers les bons ouvrages.
Merci d’avance.
Cordialement.

Réponse :

Bonjour,

Sur le contexte, vous pouvez commencer par l’ouvrage suivant :
– LEGRAS Bernard, L’Egypte grecque et romaine, Paris, Armand Colin, 2004. [Vous y trouverez une bibliographie plus complète sur la colonisation de la terre, les clérouques et les conflits]

Voir aussi :
– ANAGNOSTOU-CANAS Barbara, « La colonisation du sol dans l’Egypte ptolémaïque », dans Grund und Boden in Altägypten, Tübingen, Sch. Allam, 1994, p. 355-374.
– MANNING Joseph G., Land and power in Ptolemaic Egypt. The structure of land tenure, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

Pour des articles plus spécialisés, une recherche sur la base de données L’Année Philologique (consultable notamment à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) donne les résultats suivants, avec les mots clés « clerouqu* » et « egypt*» :

– HOLLEAUX Maurice, « Ceux qui sont dans le bagage ». Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et Belles Lettres 70, 1926, p. 61. [Cette expression trouvée sur plusieurs papyrus désigne sous les Lagides la famille du soldat égyptien cantonné comme clérouque ; souvenir du temps où la femme et les esclaves accompagnaient le soldat à l’arrière.] Disponible en ligne sur Persée : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_1926_num_70_1_75247
– BINGEN J, « Présence grecque et milieu rural ptolémaïque », dans FINLEY Moses I. (dir.), Problèmes de la terre en Grèce ancienne, Paris, Mouton, 1973, p. 215-222. [A côté de l’existence de quelques villageois grecs, la présence des Grecs en milieu rural n’était souvent qu’épisodique, qu’il s’agît de clérouques, de leurs sous-traitants ou de fonctionnaires royaux. En cas de conflit, les Égyptiens qui étaient sur place se trouvaient souvent avantagé par cette absence. D’autre part, la langue grecque donnait implicitement à qui la connaissait un droit de participer à l’exploitation du pays à partir des centres urbains ou semi-urbains.]
– LITVINENKO Ju. N., « Les clérouques d’après les archives de Zénon (le caractère de la colonisation gréco-macédonienne de la chora égyptienne au milieu du IIIe s. av. n.è.) », dans La Dixième conférence des auteurs et lecteurs du Vestnik Drevnej Istorii de l’Académie des Sciences de l’URSS, Moskva, Inst. vseob. ist., 1987 p. 100-102. [plus largement, vous pouvez consulter d’autres ouvrages sur les archives de Zénon, papyrus d’un haut fonctionnaire ptolémaïque, notamment ORRIEUX Claude, Les papyrus de Zénon, l’horizon d’un Grec en Égypte au IIIe siècle av. J.-C., Paris, Macula, 1983.]

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
https://www.biu.sorbonne.fr/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.