La posture de la femme : chez Charles Baudelaire et Helmut Newton

Question :

En quoi la posture physique de la femme inspire-elle à la fois Baudelaire dans son poème “Le Serpent Qui Danse” et l’artiste Helmut Newton?
Ce sujet est choisi dans le cadre des TPE.

Réponse :

Bonjour,

Dans votre sujet il faudrait comparer le poème de Baudelaire et les photographies de Helmut Newton sur les femmes.

Pour le poème de Baudelaire, il s’agit de saisir l’orchestration rythmique du texte, ses ondulations, sa plasticité, puis de voir en quoi le photographe de mode montre une vision stylisée de la femme, différente certes, mais aussi travaillée que celle de Baudelaire.

Si vous êtes sur Paris, consultez le catalogue des bibliothèques de la ville de Paris, je vous mets ci-dessous le lien (à copier/coller dans votre navigateur internet) :

http://b14-sigbermes.apps.paris.fr/ClientBookLine/recherche/executerRechercheprogress.asp?bNewSearch=true&strTypeRecherche=pr_multicritere&txtANY=helmut+newton+&cboIndexFormatANY=touslesmots&cboIndexFormatLOCMULTI=phraseexacte&CodeDocBaseList=VPCO&USEMULTIINDEXMODE=FALSE&BackUrl=http%3A%2F%2Fb14-sigbermes.apps.paris.fr%2FClientBookLine%2Frecherche%2FexecuterRechercheprogress.asp%3FbNewSearch%3Dtrue%26strTypeRecherche%3Dpr_multicritere%26txtANY%3Dhelmut+newton+photopoche%26cboIndexFormatANY%3Dtouslesmots%26cboIndexFormatLOCMULTI%3Dphraseexacte%26CodeDocBaseList%3DVPCO%26USEMULTIINDEXMODE%3DFALSE%26INSTANCE%3DEXPLOITATION%26output%3DPORTAL%26BACKURL%3D%2F%3Finstance%3DEXPLOITATION&INSTANCE=EXPLOITATION&output=PORTAL

Si vous cherchez Helmut Newton, vous aurez 20 résultats : ensuite regardez quelle bibliothèque possède l’ouvrage et vous pourrez le ou les emprunter chez vous.

Regardez les photos de femmes de Newton : sont-elles naturelles ? Stylisées ? De quelle façon ? Quelles impressions dégagent ces photos ? Qu’est-ce que Helmut Newton veut montrer ? Qu’est-ce que Baudelaire veut montrer par le travail particulièrement précis de ses mots ? On est davantage dans la précision de l’orfèvrerie avec ces deux artistes.

Vous pouvez également aller au Centre Pompidou, à Beaubourg, à la Bibliothèque Publique d’information, là vous aurez des livres sur Helmut Newton et la matière pour traiter votre sujet.
http://www.bpi.fr/fr/index.html

Je vous mets ci-dessous un copier/coller de l’article Helmut Newton tiré de l’Encyclopedia Universalis :

“NEWTON HELMUT (1920-2004)

Célèbre pour ses sulfureuses images de mode, ses portraits et ses nus, initiateur de ce que l’on a appelé le « porno chic », Helmut Newton, photographe australien d’origine allemande, a fait l’objet d’une reconnaissance artistique tardive. En 1984, le musée d’Art moderne de la Ville de Paris lui offre sa première grande exposition, à soixante-quatre ans, et en 2000, il bénéficie pour ses quatre-vingts ans d’une rétrospective à Berlin, sa ville natale, où, deux ans plus tard, une fondation Newton voit le jour.

Né le 31 octobre 1920 dans une famille de commerçants juifs aisés, Helmut Neustaedter aura saisi comme personne les fantasmes de la bourgeoise parisienne « qui a trop d’argent, trop de temps et cherche l’aventure ». Dans un Autoportrait-recueil de souvenirs, Newton dévoile ses obsessions depuis l’enfance : les femmes, le désir. Il est un gamin auquel on passe tous ses caprices, y compris celui d’être mauvais à l’école. De ses lectures (Andersen et Grimm, puis Schnitzler et Zweig), il retiendra qu’une image doit suggérer le sexe et non le montrer.

À douze ans, il voit son père photographier. Avec son argent de poche, il achète un appareil et prend des instantanés dans la rue. Quatre ans plus tard, il devient apprenti chez la photographe de mode Yva, toujours à Berlin. Le 5 décembre 1938, il fuit les persécutions nazies et décide de gagner la Chine. Il reste deux ans à Singapour où, après une expérience malheureuse comme photographe de presse, il ouvre un studio de portraits.

En 1940, Helmut Newton est extradé en Australie. Il y demeurera seize ans. D’abord prisonnier de guerre, puis soldat dans l’armée australienne, il ouvre un studio de photographie en 1946. À Melbourne, il rencontre l’actrice June Browne, qui devient sa femme en 1948, et sera connue comme photographe sous le nom d’Alice Springs. Le couple exposera ensemble, à la Maison européenne de la photographie à Paris, en 1999, sous le titre Us and Them, puis à Berlin, pour l’ouverture de la fondation Newton.
[…]

Michel GUERRIN, « NEWTON HELMUT – (1920-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 janvier 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/helmut-newton/
Bibliographie

H. Newton, Femmes secrètes, introduction de P. Garnier, Filipacchi, Paris, 1976

Helmut Newton, essai de B. Lamarche-Vadel, éditions du Regard, Paris, 1981

Helmut Newton, introduction de K. Lagerfeld, coll. Photo Poche, no 26, Centre national de la photographie, Paris, 1986

SUMO. Helmut Newton Photographs, June Newton éd., Taschen, Cologne-Londres-Paris, 1999

Work, texte de F. Marquet, M. Heiting éd., catal. expos., Neue Nationalgalerie, Berlin, 2000

Autoportrait, traduit de l’anglais par A. Muchnik, Robert Laffont, Paris, 2004.”

En espérant que ces pistes vous aideront, n’hésitez pas à nous recontacter si besoin.

Bibliothèque Michelet
Service commun de la documentation de l’université Paris-Sorbonne

http://www.paris-sorbonne.fr/les-bibliotheques/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.