Littérature du Maghreb, théorie de l’indicible

Question :

J’aurais voulu obtenir une documentation pour faire un dossier sur la problématique de la modernité dans la littérature en sachant que je travaille sur un corpus de littérature maghrébine (Mohamed DIB). Je cherche des ouvrages traitant de la théorie de l’indicible et faisant appel à la phénoménologie et aussi aux travaux de Derrida.
Merci.

Réponse :

Bonjour,

J’ai interrogé les bases bibliographiques Francis, MLA (Modern language association), Répertoire bibliographique de la philosophie et Philosopher’s index en utilisant le terme « indicible » (et ses équivalents anglais : « unexpressible », « unsayable »), de façon générale, ou croisée avec « phénomélogie » (« phenomenology ») et « Derrida ».
Peu de références concernent précisément votre sujet :
– “L’Universalité de l’herméneutique et les limites du langage : contribution à une phénoménologie de l’inapparent”, par J. Grondin, dans Laval théologique et philosophique 53/1 (1997), p. 181-194
– “Nothing to be said : on the inexpressible in modern philosophy and literature”, par Shane Weller, dans Angelaki 8/1 (2003), p. 91-108
– “Expressing the inexpressible : Lyotard and the differend”, par Jacob Held, dans Journal of the British Society for Phenomenology 36/1 (2005), p. 76-89
– “Assaulting the border : Kabbalistic traces in the margins of Derrida”, par Elliot R. Wolfson, dans Journal of the American Academy of Religion 70/3 (2002), p. 475-514
Languages of the unsayable : the play of negativity in literature and literary theory, par Sanford Budick et Wolfgang Iser, chez Columbia University Press en 1989, dans la collection “Irvine studies in the humanities” (contient en particulier : “Endings, continued”, par Frank Kermode, et “How to avoid speaking : denials”, par Jacques Derrida)

Dans une perspective plus large, sur la littérature et la phénoménologie :
– “Littérature et phénoménologie”, dans Littérature 132 (2003) chez Larousse [0047-4800]
Merleau-Ponty et le littéraire, par Anne Simon et Nicolas Castin, aux Presses de l’Ecole normale supérieure en 1998
Phenomenology and literature : historical perspectives and systematic accounts, par Pol Vandevelde, chez Königshausen & Neumann en 2010, dans la collection Orbis phaenomenologicus

Vous trouverez dans la biographie de Derrida publiée par Benoît Peeters (Derrida, par Benoît Peeters, chez Flammarion en 2010, dans la collection Grandes biographies) de nombreux éléments sur sa relation à la littérature et aux écrivains.
Puis-je vous suggérer d’explorer chez Derrida la notion de « secret », plus présente que celle d’indicible (voyez notamment Circonfession, dans Derrida, par Geoffrey Bennington, au Seuil en 2008), et de prendre chez Maurice Blanchot compte tenu de sa proximité de pensée avec Derrida (voyez par exemple Essai sur l’indicible : Jabès, Blanchot, Duras, par Marie-Chantal Killeen, aux Presses universitaires de Vincennes en 2004, dans la collection L’Imaginaire du texte) ?

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
https://www.biu.sorbonne.fr/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.