Commentaire du prologue d’Ainsi parlait Zarathoustra

Question :

Bonjour,
Je recherche une explication/commentaire du prologue de Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche. Pouvez-vous me conseiller des ouvrages?

Réponse :

Bonjour,

Du commentaire introductif à l’exégèse érudite, les ouvrages et articles consacrés au Zarathoustra de Nietzsche sont nombreux. En l’absence d’un niveau d’étude qui m’aurait permis de vous indiquer les documents susceptibles de vous convenir au mieux, vous trouverez ci-après un choix de références. N’hésitez pas à préciser la nature de votrerecherche si la réponse ne s’avérait pas pertinente.

  •  En premier lieu, le commentaire suivi le plus récent, Lecture d’Ainsi parlait Zarathoustra, en 4 volumes, par Pierre Héber-Suffrin, chez Kimé en 2012, dans la collection Philosophie en cours. Du même auteur, Le « Zarathoustra » de Nietzsche, avec une traduction du « Prologue de Zarathoustra » par Chantal Sautier et Laurent Valette, aux Presses universitaires de France en 1992, dans la collection Philosophies.
  • Also sprach Zarathustra, Friedrich Nietzsche : lectures d’une œuvre, sous la direction de Gilbert Merlio, aux Editions du temps en 2000, dans la collection Lectures d’une œuvre.
  • La Performance philosophique de Nietzsche, par Serge Botet, aux Presses universitaires de Strasbourg en 2011. Du même auteur, La Philosophie de Nietzsche, une philosophie en actes : analyse de la structure illocutoire du Zarathoustra, chez l’Harmattan en 2007, dans la collection Ouverture philosophique, et Le Zarathoustra de Nietzsche : une refonte du discours philosophique ?, chez Klincksieck en 2006, dans la collection Germanistique.
  • La Forme musicale dans le prologue de « Ainsi parlait Zarathoustra » de Friedrich Nietzsche, par Erika Lauroz, thèse de 3e cycle en Philosophie à Lyon 3, sous la direction de Claude Gaudin en 1986.
  • Ecritures nietzschéennes de la montagne, par F. Monneyron, dans Montagnes imaginées, montagnes représentées, sous la direction d’André Siganos et Simone Vierne, p. 277-291, chez Ellug en 2000, dans la collection Ateliers de l’Imaginaire
  • Négation de la négativité : structure et problématique du prologue de « Zarathoustra », réflexion sur Nietzsche, par Norman Palma, chez Ediciones hispano-americanas en 1971.
  • Nietzsche’s Thus spoke Zarathustra, par Douglas Burnham et Martin Jesinghausen, chez Indiana University Press en 2010, dans la collection Indiana philosophical guides.
  • Returning to Sils-Maria : a commentary to Nietsche’s Also sprach Zarathustra, par Greg Whitlock, chez P. Lang en 1990.

Vous trouverez des références supplémentaires en consultant les bibliographies Francis (152 résultats pour « Zarathoustra » en terme générique), ou Philosopher’s index et Philosophy research index (respectivement 349 et 279 résultats pour « Zarathustra » en terme générique, vous pouvez préciser en ajoutant par exemple « introduction » ou « commentary », ou le thème qui vous intéresse, ainsi « superman » ou « overman »). Ces bibliographies sont disponibles sur le site de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne dans la rubrique Ressources électroniques, à la page Philosophie. Elles sont accessibles pour une interrogation à distance aux lecteurs inscrits à la bibliothèque.
Vous y trouverez également The Cambridge companion to Nietzsche, par Bernd Magnus et Kathleen Higgins, chez Cambridge University Press en 1996 (voir en particulier dans la bibliographie la section « individual works »), comme la version numérisée des Nietzsche-Studien (http://www.degruyter.com/view/j/niet.2011.40.issue-1/issue-files/niet.2011.40.issue-1.xml) avec possibilité de recherche dans l’ensemble de la publication.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Le livre mystérieux dans le « Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde

Question :

Bonjour,

Je profite de votre service pour vous poser une question littéraire que je me pose depuis un certain temps sur le livre Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde.
Dans ce livre, le personnage, brisé par le suicide de la femme qu’il aime, se voit prêter un livre par son ami et mentor. Ce livre est décrit en ces termes :

« C’était un roman sans intrigue, avec un seul personnage, la simple étude psychologique d’un jeune Parisien qui occupait sa vie en essayant de réaliser, au dix-neuvième siècle, toutes les passions et les modes de penser des autres siècles, et de résumer en lui les états d’esprit par lequel le monde avait passé, aimant pour leur simple artificialité ces renonciations que les hommes avaient follement appelées Vertus, aussi bien que ces révoltes naturelles que les hommes sages appellent encore Pêchés. Le style en était curieusement ciselé, vivant et obscur tout à la fois, plein d’argot et d’archaïsmes, d’expressions techniques et de phrases travaillées, comme celui qui caractérise les ouvrages de ces fins artistes de l’école française : les Symbolistes. Il s’y trouvait des métaphores aussi monstrueuses que des orchidées et aussi subtiles de couleurs. La vie des sens y était décrite dans des termes de philosophie mystique. On ne savait plus par instants si on lisait les extases spirituelles d’un saint du moyen âge ou les confessions morbides d’un pécheur moderne. C’était un livre empoisonné. De lourdes vapeurs d’encens se dégageaient de ses pages, obscurcissant le cerveau. La simple cadence des phrases, l’étrange monotonie de leur musique toute pleine de refrains compliqués et de mouvements savamment répétés, évoquaient dans l’esprit du jeune homme, à mesure que les chapitres se succédaient, une sorte de rêverie, un songe maladif, le rendant inconscient de la chute du jour et de l’envahissement des ombres. Un ciel vert-de-grisé sans nuages, piqué d’une étoile solitaire, éclairait les fenêtres. Il lut à cette blême lumière tant qu’il lui fut possible de lire. Enfin, après que son domestique lui eut plusieurs fois rappelé l’heure tardive, il se leva, alla dans la chambre voisine déposer le livre sur la petite table florentine qu’il avait toujours près de son lit, et s’habilla pour dîner. »
P. 170-171 de Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray, consulté à l’adresse http://www.diogene.ch/IMG/pdf/wilde_portrait_dorian_gray.pdf

Ce livre a une importance pour ce personnage et influence tout le reste de l’intrigue, sans toutefois en préciser la référence. J’ai fait quelques recherches sans résultat sur internet.
Je me demande s’il s’agit d’un livre existant ou si l’auteur l’invente de toute pièce pour nous laisser le soin d’en imaginer à notre guise la teneur, ou encore s’il s’agit d’une métaphore du livre du portrait de Dorian Gray lui-même, mettant alors le lecteur dans la position du personnage (peut-être aussi que je n’ai rien compris et qu’il s’agit de toute autre chose).

Si vous avez une réponse à cela, ce sera un grand soulagement pour moi, cet ouvrage me fascine depuis quelques années déjà !

N’y passez pas non plus trop de temps, il s’agit d’un intérêt personnel qui ne presse pas du tout.

Avec mes meilleures salutations et mes remerciements.

Réponse :

Bonjour,

D’après mes recherches, il semble bien qu’Oscar Wilde se soit inspiré pour son livre jaune d’un vrai livre.

J’ai pu feuilleter une édition du Portrait de Dorian Gray qui propose, en plus du texte, un dossier historique et littéraire :

Le portrait de Dorian Gray / Oscar Wilde ; trad. de Michel Étienne, revue par Daniel Mortier ; préf. et comment. de Daniel Mortier, Paris : Pocket, 1991.
Le dossier mentionne « Joris-Karl Huysmans, l’auteur de « A rebours », auquel le « livre jaune » lu par Dorian fait irrésistiblement penser ».

L’Encyclopaedia Universalis présente ce livre, publié en 1884 et devenu un livre culte pour les générations de la décadence et du symbolisme, comme la mise en scène de « l’ultime rejeton d’une famille noble, le duc Jean Floressas Des Esseintes – où l’on reconnut vite quelques traits de Robert de Montesquiou. Tout ou presque se déroule dans la demeure où il s’est installé, à Fontenay-aux-Roses, et qu’il va aménager. Des Esseintes y fuit le Paris de la IIIe République, les salons mondains et l’américanisation croissante de la société ».

D’autres études mentionnent la probabilité qu’À rebours de Huysmans soit l’inspirateur du livre jaune. Certains l’affirment même avec certitude. Une recherche dans Google Livres (https://books.google.fr/books?hl=fr), avec les mots-clés « dorian gray livre jaune », nous donne plusieurs références intéressantes :

– D’après Lettres européennes: Manuel d’histoire de la littérature européenne, par Annick Benoit-Dusausoy et Guy Fontaine (De Boeck Supérieur, 2007), le livre jaune « pourrait bien être les Studies in the History of Renaissance (Études sur l’Histoire de la Renaissance, 1873) de Pater ou A rebours de Huysmans » (voir la page 554).

– Phillip Winn, Sexualités décadentes chez Jean Lorrain : le héros fin de sexe, Amsterdam ; Atlanta, Ga., Rodopi, 1997 (voir la page 46 : « L’on a donc lieu de croire que ce livre jaune n’est autre que A rebours »)

– Catherine Rancy, Fantastique et décadence en Angleterre, 1890-1914, Éditions du CNRS, 1982 (voir la page 26 : « Livre jaune […], camouflage léger de A rebours »)

– Frédéric Monneyron, L’androgyne décadent, ELLUG, 1996 (voir la page 25 : « On identifie même généralement le livre jaune qui hante Dorian Gray avec le roman de Huysmans »)

– Isabelle Krzywkowski, Sylvie Thorel-Cailleteau, Anamorphoses décadentes, Presses Paris Sorbonne, 2002 (voir la page 131 : « On se rappelle le rôle que joue un fameux livre jaune (qui n’est autre qu’A rebours) dans The Picture of Dorian Gray »)

Comme vous résidez à Genève, j’ai consulté le catalogue du réseau des bibliothèque genevoises (http://www.ville-ge.ch/bge/) pour savoir si ces différents livres y sont disponibles. Les quatre y sont tous bien consultables, tout comme A rebours dont la bibliothèque possède plusieurs éditions (dont une avec une couverture jaune…) ainsi que plusieurs études critiques si vous souhaitez approfondir le sujet.

La bibliothèque de Genève possède également les Studies in the History of Renaissance de Walter Pater en anglais et en français. Attention, le titre du livre a été modifié dès la seconde édition et est devenu The Renaissance : studies in art and poetry.

Je vous invite donc maintenant à consulter ces différentes pistes et à déterminer vous-même si l’inspirateur du « livre jaune » de Dorian Gray s’y trouve bien !

En espérant avoir répondu à vos attentes.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr