La Mobilité sociale au Moyen-Âge

Question : 

Bonjour,

Je cherche des pistes bibliographiques pour étudier l’expression de la
mobilité sociale dans la littérature médiévale. Si vous avez des
suggestions… Je prends !

Cordialement,

Réponse :
Duc de Bourgogne au 15e s.

Duc de Bourgogne au 15e s.

Bonjour,

Il est relativement difficile de trouver des ressources sur votre sujet, dans la mesure où il croise trois thèmes

  • Mobilité sociale
  • Moyen-Âge
  • Littérature

J’ai commencé mes recherches par des bases de données d’articles, notamment CAIRN, JSTOR, Bibliographie de la littérature française, Klapp Online, Persée, sans trouver de références portant vraiment sur le sujet. La recherche était en effet trop précise. Je vous conseille donc d’élargir la recherche, et de l’axer sur le volet histoire sociale plus que littérature médiévale : l’histoire sociale s’appuie en effet, parmi ses sources historiques, sur le matériau littéraire.

Je n’ai pas trouvé de thèses portant sur le sujet non plus sur theses.fr. Je suis donc allé interrogé le Sudoc (catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur) avec les mots-sujet suivants :

  • Élite (sciences sociales) — Moyen âge
  • Histoire médiévale — Aspect social
  • Histoire économique — Moyen âge
  • Histoire sociale — Moyen âge

J’ai pu ainsi trouver les références d’une centaine de monographies sur l’histoire sociale du Moyen-Âge, que je vous conseille de consulter de cette manière :

  1. Étudier le sommaire et repérer si une partie aborde la mobilité sociale
  2. Si vous en trouvez, étudier systématiquement les références bibliographiques citées en notes de bas de page
  3. Consulter systématiquement les bibliographies finales

En effet, les références bibliographiques citées dans des ouvrages universitaires (même des manuels généralistes) vous permettront de rebondir sur des références beaucoup plus ciblées (articles, actes de colloques notamment). Parmi ces monographies, voici une sélection :

L’incontournable Jacques Le Goff, notamment :

  • Les Intellectuels au Moyen Age, Éditions du Seuil, Paris 1957
  • La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud, Paris, nouv. éd. 1984

mais aussi

  • H. Pirenne, , Histoire économique et sociale du Moyen Âge, coll. « Hier », Paris, puf, nouv. éd., 1969.
  • François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (dir.), Les élites au haut moyen âge: crises et renouvellements, Turnhout, Belgique, Brepols, 2010.
  • Hilde De Ridder-Symoens, « Possibilités de carrière et de mobilité sociale des intellectuels-universitaires au Moyen Age », 1986.
  • Philippe Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du VIe siècle à la fin du IXe siècle, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2002.
  • Philippe Depreux, François Bougard et Régine Le Jan (dir.), Les élites et leurs espaces: mobilité, rayonnement, domination (du VIe au XIe siècle), Turnhout, Belgique, Brepols, 2010.
  • Alain Derville, La société française au Moyen âge, Villeneuve-d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2000.
  • Bruno Dumézil, La société médiévale en Occident, Paris, France, Ellipses, impr. 2006.
  • Élisabeth Malamut et idéologies et croyances au Moyen âge Equipe de recherches Sociétés (dir.), Dynamiques sociales au Moyen Âge en Occident et en Orient, Aix-en-Provence, France, Publications de l’Université de Provence, 2010
  • Walter Prevenier (dir.), Marriage and social mobility in the late Middle Ages: Handelingen van het colloquium gehouden te Gent op 18 april 1988 ; ed. W. Prevenier, Gent, Belgique, 1989.

Voici par exemple quelques références d’articles trouvées dans des bibliographies :

  • J.Verger, « Les études, facteur de mobilité sociale en Europe à la fin du Moyen Âge », dans R.C.Schwinges et Ch. Hesse-P.Moraw(éd.),Europa im späten Mittelalter. Politik. esellschaft. Kultur, Munich, 2006,p.559-567
  • François BOUGARD et Régine LE JAN, « Hiérarchie. Le concept et son champ d’application dans les sociétés du haut Moyen Âge », in F. BOUGARD, D. IOGNA-PRAT et R. LE JAN (dir.), Hiérarchie et stratification sociale…, op. cit., p. 5-19.
  • Régine LE JAN, « Les élites au haut Moyen Âge. Approche sociologique et anthropologique », in F. BOUGARD, H.-W. GOETZ et R. LE JAN (dir.), Théories et pratiques des élites…, op. cit., p. 69-100
  • Steffen PATZOLD, « Noblesse oblige ? Se distinguer par l’emploi des richesses au haut Moyen Âge », in J.-P. DEVROEY, L. FELLER et R. LE JAN (dir.), Les élites et la richesse…, op. cit., p. 139-154

En espérant avoir pu vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Le Romantisme allemand comme courant philosophique et politique

Question : 

Bonjour,

Je suis à la recherche de travaux universitaires concernant le romantisme allemand ici entendu moins comme courant littéraire que comme courant philosophique et politique (Johann Gottfried Herder…). Je serais particulièrement intéressée par des travaux qui traiteraient le romantisme par le biais du nationalisme, de l’identité culurelle et peut-être plus spécifiquement du rapport à l’histoire. Les questions qui m’intéressent sont : que signifie « être un peuple » du point de vue romantique, que signifie « être fier de son histoire », etc. (Je m’intéresse également, mais dans une moindre mesure, aux réponses que « l’esprit des Lumières » fournirait à ces questions). Auriez-vous des pistes concernant cette recherche très ciblée ? Vous en remerciant par avance.

Réponse : 

Bonjour,

Avant de vous orienter vers des travaux universitaires, je vous invite à prendre connaissance des articles des encyclopédies et des dictionnaires. Si vous estimez que vos recherches sont déjà bien avancées, je vous renvoie au deuxième et troisième points de la réponse.

1. Encyclopédies

Encyclopaedia Universalis
– Henri PEYRE, Henri ZERNER, « ROMANTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/romantisme/

Routledge Encyclopedia of Philosophy
– Beiser, Frederick. ‘Romanticism, German’. Routledge Encyclopedia of Philosophy  [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. https://www.rep.routledge.com/articles/romanticism-german/v-1/
Ces articles généraux vous permettront de resituer et de recadrer la naissance et le développement du (des) romantisme(s) en Europe. Votre intérêt pour la conception française de la notion de « peuple » de même que sa distinction avec la conception allemande gagnerait en précisions historique et conceptuelle. J’attire tout particulièrement votre attention sur les bibliographies qui concluent les articles.

Pour consulter ces ressources en ligne, renseignez-vous auprès des bibliothèques que vous fréquentez pour obtenir les modalités d’accès.

RAYNAUD Philippe et RIALS Stéphane. Dictionnaire de philosophie politique. Paris : PUF, 1996. Collection « Quadrige »
Je vous renvoie à l’article “Romantisme politique ”pour une définition contextuelle du romantisme politique allemand, en particulier ses liens avec les autres partis politiques – le « conservatisme » et le « nationalisme » (« l’âme du peuple ») – ainsi qu’avec l’histoire et avec la société. Voir : “Romantisme politique ” > chapitre : « Le romantisme politique allemand » (pp. 685 – 687)

2. Catalogues de bibliothèques
–  L’indexation ou la définition des mots sujets
Pour vous garantir de meilleurs résultats, il importe de définir des mots clés concis et pertinents que vous pourrez utiliser chaque fois que vous consulterez un catalogue de bibliothèque ou tout autre moteur de recherches bibliographiques. Je vous conseille de conserver une liste des mots sujets que vous pourrez enrichir tout au long de vos recherches. Les notices bibliographiques du SUDOC ainsi que celles de tout autre catalogue de bibliothèques vous proposent une indexation Rameau. L’indexation « Rameau » renvoie à la classification professionnelle utilisée par les bibliothécaires français pour décrire le contenu intellectuel d’un ouvrage. Appuyez-vous sur cette dernière pour « rebondir » et obtenir sur d’autres références.
Pour votre sujet, je vous propose les sujets suivants :
« Idealisme allemand » and « philosophie politique »
« Idealisme allemand » and not « litterature »
« romantisme » and « peuple » not « litterature »
Pour obtenir une liste de résultats optimale, évitez d’accentuer les mots et utilisez la troncature (*) pour élargir vos recherches. L’ajout de la troncature en fin de mot permet de faire des recherches sur les notions en français et en anglais. Ainsi « romanti* » renvoie à la fois à romanticism(s), à romantisme(s), etc.

Ressources spécifiques en ligne : travaux de recherches

– Définition de mots sujets

Les ressources que vous allez consulter concentrent un nombre important de données anglophones. Aussi, évitez de construire vos recherches uniquement en langue française.
« german romanticism » and « politic* » / « german romanticism » and « philosophy »
« german romanticism » and « nationalism »
“romanti*” and “peuple” / “identit*” and “people »/ “romanti*” and “identit*”

Pour l’ensemble des ressources, vous pourrez construire vos recherches à l’aide des sujets ci-dessus.

– Jstor et ASP
Pour lire des articles en ligne, je vous invite à parcourir les bases Jstor et ASP.
Ces 2 ressources sont des bases d’articles en texte intégral. La recherche avancée vous propose de filtrer votre recherche par type de document et par langue. Mais je vous conseille de lancer une recherche globale avant de filtrer les résultats. > Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque universitaire pour savoir si elle a souscrit aux abonnements de ces ressources.

Philpapers est une base de données bibliographiques développées et mise à jour par une communauté de chercheurs en philosophie. Elle intègre de plus en plus d’articles en texte intégral et édite des bibliographies thématiques approfondies.

– Theses.fr est un moteur de recherche qui donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral des thèses de doctorat en préparation et soutenues en France.

Hal-SHS : l’archive ouverte HAL-SHS, Hyper Article en Ligne – Sciences de l’Homme et de la Société, est une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la recherche dans les disciplines des Sciences de l’Homme et de la Société. HAL-SHS est basée sur les principes du libre accès et de l’autoarchivage.

Pour toute autre précision, n’hésitez pas à revenir vers le service Rue des Facs.

Bibliothèque de philosophie – Paris 1 Sorbonne
http://www.paris-sorbonne.fr/bibliotheque-generale-de
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

L’Animalité dans la littérature française et persane

Question :

Bonjour,

Je cherche les documents en ligne sur l’animalité et l’aspect bestiaire dans la littérature française ou persane.

Merci.

Réponse : 

Sultan Muhammad, Miraj (ascension de Mahomet vers le paradis sur son âne burāq) dans un Khamseh de Nizami daté de 1539-43.

Bonjour,

Dans le champ philosophique, l’Histoire des animaux d’Aristote a bien influencé les philosophies romaine et hellénique. Nombreuses sont les références à cet ouvrage. Hormis l’Antiquité, on relève, dans les essais récents de nombreuses références à l’animalité :
– E. de Fontenay, Le Silence des bêtes, 1999 ;
– M. Surya, Humanimalités, 2004 ;
– J. Derrida, L’animal que donc je suis, 2006 ;
– J.-C. Bailly, Le Versant animal, 2007, etc.

■ Dans la base CAIRN, vous trouverez des articles :

– Revue d’histoire littéraire de la France 2013/2 (Vol. 113) Bêtes, bestialité et « Bestiasse ». Traversées d’espèces dans Bestiaire de Jean Giono
– Revue d’histoire littéraire de la France 2011/3 (Vol. 111) Le bestiaire Sadien
– L’information littéraire 2003/2 (Vol. 55) Le Bestiaire d’Aristophane par Cécile Morana-Corbel
– Sociétés & Représentations 2009/1 (n° 27) Figures animales
– L’Homme 2005/2 (n° 174) Du cynégétique à l’abominable

■ À propos du chien comme terme d’injure et d’exclusion en grec moderne :Ce travail reprend le thème des catégories animales en anthropologie et explore la thématique des frontières à travers les usages de la catégorie « chien » en grec moderne. Il explore les lieux où, utilisé comme insulte, « Chien » constitue une métonymie pour « Autre », établissant la différence et légitimant la violence entre groupes sociaux qui se distinguent sur le plan symbolique. On voit ici comment les ennemis sont impurs et réciproquement, à mesure qu’on retrace l’emploi du terme dans un but d’exclusion à la fois par les chrétiens et les musulmans en Méditerranée orientale.

Enfin, on constate que la catégorie reste liminale, ambiguë, ne se séparant jamais définitivement de la nature humaine.

En philosophie, je vous signale cette bibliographie :

– L’animalité: hommes et animaux dans la littérature française Alain Niderst ; Gunter Narr Verlag, 1994.
HUMANITÉ / ANIMALITÉ Revue Lignes n°28, voir ce lien
– La bestialité / Thierry Galibert ; Cabris : Ed. Sulliver, 2008.
– Bestiaire du roman contemporain d’expression française Par Lucile Desblache Presses Univ Blaise Pascal, 2002
– Humanimalités ; précédé de L’idiotie de Bataille / Michel Surya ; Ed. Léo Scheer, 2004.
– L’animal des Lumières/ sous la direction de Jacques Berchtold et Jean-Luc Guichet ; La Découverte, 2010.
– Des animaux et des hommes : anthologie des textes remarquables, écrits sur le sujet, du XVe siècle à nos jours / Luc Ferry, Claudine Germé ; Paris : Librairie générale française, 1994.
– La peau du centaure à la frontière de l’humanité et de l’animalité/ Sébastien Douchet ; Certosa del Galluzzo, 2005.
– Bestiaire fantastique des voyageurs Dominique Lanni Editions Flammarion

■ Il existe 2 thèses de doctorat,

– Les animaux dans le roman d’aujourd’hui [Texte imprimé] : analyse d’une présence contrastée en littératures anglophone et francophone / Lucile Desblache ; sous la direction d’Alain Montandon
– Le vocabulaire de l’animalité dans « Les chants de Maldoror » de Lautréamont [Texte imprimé] / Suzanne Cornand ; sous la direction d’Henri Béhar

■ Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie Universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.

Le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.

Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.

Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).
Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

La Poétique des ruines

Question :

Madame, Monsieur,

Je suis en Master 1 de lettres modernes et j’ai décidé de faire mon mémoire sur la poétique des ruines (notamment les ruines symboliques). J’ai réussi à réduire mon corpus à deux œuvres : Noces suivi de l’Eté de Camus et Le paysan de Paris d’Aragon. Cependant ma directrice de mémoire pense qu’il serait préférable de prendre une troisième œuvre, si possible faisant le lien entre les deux.
Auriez-vous des œuvres (ou des ouvrages critiques) à me conseiller ?
En vous remerciant d’avance,

Cordialement.

Réponse :

An architectural capriccio with figures among Roman ruins by Giovanni Paolo Pannini (wikicommons)

Bonjour,

Je vous conseille de commencer vos recherches par la consultation d’ouvrage de référence, dont les encyclopédies. Sur Universalis (accessible par Virtuose +), vous trouverez ainsi deux articles évoquant les ruines comme mouvement esthétique, bonne synthèse sur le sujet (plus largement qu’en littérature) :

  • Mario PRAZ, « RUINES, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 1 décembre 2014.
    URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ruines-esthetique/

ainsi que l’article consacré au mouvement de la Décadence, dont un partie traite de « La contemplation des ruines » :

  • Bernard VALADE, « DÉCADENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 1 décembre 2014.
    URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/decadence/

Ces articles pourront vous donner des pistes bibliographiques, telles que :

  • E. M. Cioran, Précis de décomposition, Gallimard, 1949, rééd. 1978
  • M. Baridon, Gibbon et le mythe de Rome, H. Champion, 1977
  • P. Chaunu, Histoire et décadence, Perrin, 1981

De même, le Sudoc vous indiquera tous les documents disponibles en bibliothèque universitaire concernant ce thème, grâce au mot-sujet « Ruines (esthétique) – Dans la littérature » (lien vers la page de résultats), notamment :

  • Les objets désuets dans l’imagination littéraire : ruines, reliques, raretés, rebuts, lieux inhabités et trésors cachés, Orlando, Francesco (1934-2010) / Classiques Garnier / 2013, empruntable à la BU Censier à la cote, 82.03 ORL
  • La Poétique des ruines en France : ses origines, ses variations de la Renaissance à Victor Hugo / Roland Mortier, 1974, empruntable à la BU Censier à la cote 82.01 MOR
  • Le thème du temps et des ruines dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre / par Bernadette Antier ; sous la direction de Jean-Michel Racault
  • L’ imaginaire de la ruine dans « A la recherche du temps perdu » de Marcel Proust / Marie-Magdeleine Chirol, disponible à Sainte-Geneviève et à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne
  • Ruines et ruine dans l’oeuvre de Victor Hugo [Microforme] / Hiroko Kazumori ; sous la direction de Guy Rosa
  • Ce que nous disent les ruines : la fonction critique des ruines / Sophie Lacroix ; préface d’Eliane Escoubas
  • Le thème des ruines dans la sensibilité et la réflexion philosophique de 1750 à 1830 [Microforme] / par Monique-Sophie Ader-Lacroix
  • La métamorphose des ruines : l’influence des découvertes archéologiques sur les arts et les lettres (1870-1914) : actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (27-28 avril 2001) / édités par Sophie Basch

Ces ouvrages vous donneront de nouvelles pistes bibliographiques sur lesquelles rebondir.

Ensuite, vous pouvez élargir vos recherches aux bases de données bibliographiques (accès par Virtuose +). La BLF (Bibliographie de la Littérature Française) vous donnera des références bibliographiques telles que :

  • « Claude Simon : la mélancolie ou comment parler de la ruine », Rioux-Watine, Marie-Albane, dans Le « Nouveau Roman » en questions 6 : vers une écriture des ruines ? . 1 – Caen: Lettres modernes Minard, 2008
  • « Ruine, mouvement et pulvérisation : la littérature selon Eric Chevillard », André, Marie-Odile dans Le nouveau roman en questions, 7 : vers une ruine de l’écriture ? 2 / textes réunis et présentés par Johan FAERBER – Caen: Lettres modernes Minard, 2012
  • Les objets désuets dans l’imagination littéraire : ruines, reliques, raretés, rebuts, lieux inhabités et trésors cachés, Orlando, Francesco ; Paris : Classiques Garnier, 2013, empruntable à la BU Censier à la cote 82.03 ORL ou en ligne sur la base Garnier.

La base MLA vous donnera d’autres références d’articles de revues universitaires comme :

  • Favre, F. (1989). Camus et la poétique des ruines. La Revue Des Lettres Modernes: Histoire Des Idees Et Des Litteratures, 904-910, 105-116.
  • Bégin, R., Habib, A., & Gervais, B. (2007). Imaginaire des ruines special issue]. Protée: Théories Et Pratiques Sémiotiques, 35(2), 5-114.

Pour accéder aux articles, il faut soit chercher le texte intégral dans nos bases de données (par le résolveur de liens SFX), soit sous forme imprimée dans le Sudoc (grâce au titre de la revue, comme vu dans votre cours de méthodologie de la recherche documentaire).

Enfin, consultez des bases d’articles universitaires en texte intégral telles que JSTOR et Persée, sur lesquelles vous trouverez des articles comme :

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Les Peuples des Andes dans la littérature

Question : 

Bonjour,

dans le cadre de notre collaboration avec le festival de cinéma sur les Minorités, cette année la thématique est les Peuples des Andes, je suis à la recherche d’ouvrages sur ce thème. Notre commission littérature lit toute l’année afin de préparer bibliographie et librairie éphémère (env. 900 titres au total). Si vous pouvez m’aider à prospecter, ce serait très intéressant. Je vous remercie d’avance.

Cordialement,

Réponse : 

Photos of a traditional Aymara ceremony in Copacabana, on the border of Lake Titicaca in Bolivia. (wikicommons)

Bonjour,

J’ai commencé par consulter l’Encyclopédie Universalis, dont l’article

  • Carmen BERNAND, « AMÉRINDIENS – – Hauts plateaux andins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/amerindiens-hauts-plateaux-andins/

m’a donné des pistes bibligoraphiques :

  • P. Absi, Les Ministres du diable. Le travail et ses représentations dans les mines de Potosi, Bolivie, L’Harmattan, Paris, 2003
  • C. Allen, The Hold Life Has. Coca and Cultural Identity in an Andean Community, Smithsonian Institution Press, Washington-Londres, 1988
  • C. Bernand, Pindilig, un village des Andes équatoriennes, C.N.R.S., Paris, 1992
  • P. Duviols, La Lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial, Institut français d’études andines, Lima, 1971
  • A. Flores Galindo, Buscando un inca : Identidad y utopía en los Andes. Instituto de Apoyo Agrario, Lima, 1987
  • J. Galinier & A. Molinie, Les Néo-indiens. Une religion du IIIe millénaire, Odile Jacob, Paris, 2006
  • F. Salomon, The Cord Keepers. Khipus and Cultural Life in a Peruvian Village, Duke University Press, 2004
  • C. Salazar-Soler, Supay Muqui, dios del socavón. Vida y mentalidades mineras, Fondo Editorial del Congreso del Perú, Lima, 2006
  • G. Taylor, Ritos y tradiciones de Huarochiri del siglo XVII, Instituto de Estudios Peruanos & Institut français d’études andines, Lima, 1987
  • V. Vericourt, Rituels et croyances chamaniques dans les Andes boliviennes, Préface de T. Bouysse-Cassagne, L’Harmattan, 2000
  • N. Wachtel, Le Retour des ancêtres. Les indiens Uru de Bolivie. Essai d’histoire régressive, Gallimard, Paris, 1990.

Je vous conseille d’interroger le Sudoc http://www.sudoc.abes.fr/. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Voici quelques titres que vous pouvez y trouver en effectuant une recherche par mots-clés :

  • L’Indigénisme andin : approches, tendances et perspectives : actes du 4e colloque de l’Association Française pour l’Etude et la Recherche sur les Pays Andins (AFERPA), Grenoble, 30 novembre, 1er, 2 et 3 décembre 1979
  • Man in the Andes : a multidisciplinary study of high-altitude quechua Dowden-Hutchinson / cop. 1976
  • Indigenous Intellectuals : knowledge, power, and colonial culture in Mexico and the Andes, Duke University press / 2014
  • Agua y derecho : políticas hídricas, derechos consuetudinarios e identidades locales / IEP Instituto de Estudios Peruanos / 2006
  • Radical democracy in the Andes. Van Cott, Donna Lee / Cambridge University Press / 2008
  • Participación política, democracia y movimientos indígenas en los Andes. Fundación PIEB, Programa de Investigación Estratégica en Bolivia : Embajada de Francia en Bolivia : IFEA, Instituto Francés de Estudios Andinos / cop. 2005
  • Latin America’s struggle for democracy. Johns Hopkins University Press / 2008
  • Indiens d’Amerique du Sud. Peuples de la Cordillere : visages de la Cordillère et Indiens des Andes / P. Allard
  • America : una reflexion antropologica  / Rafael Briones Gomez, [et al.]
  • Las Cortes de Cádiz y la imagen de América : (la visión etnográfica y geográfica del nuevo mundo) / Francisco Castillo Meléndez, Luisa J. Figallo Pérez, Ramón Serrera Contreras
  • La vie quotidienne en Amérique du Sud au temps de Bolivar 1809-1830 / M. D. Demélas, Y. Saint-Geours
  • Un Français au Chili : 1841-1853 : correspondance et notes de voyage / de Joseph Miran ; réunies et présentées par Paul et Philippe Roudié
  • Caravanes des Andes. Patrice Lecoq

 Plus spécifiquement sur les Incas, voici quelques références :

  • Henri Favre, Les Incas, Paris, 8, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2003, 8e éd., 127 p.
  • César Itier, Les Incas, Paris, 1, coll. « Guide Des Civilisations »,‎ 2008, 214 p.
  • Alfred Métraux, Les Incas, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire »,‎ 1983, 190 p.
  • Franklin Pease G. Y., Histoire des Incas, Maisonneuve & Larose,‎ 1995, 187 p.
  • Albert García, La Découverte et la Conquête du Pérou d’après les sources originales, Paris, Libr. C. Klincksieck,‎ 2000, 778 p.
  • William Sullivan, Le secret des Incas. Un peuple en guerre contre le temps : La civilisation inca par le prisme de sa pensée religieuse, Monaco, du Rocher,‎ 2000, 266 p.
  • Philippe Aziz, Les Incas : énigmes et mystères, Courtabeuf, Didro, coll. « Les mystères de l’histoire »,‎ 2001, 220 p.
  • Éric Roulet, La Conquête des Amériques au XVIe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2000

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

La maison close dans la littérature française du XIXe siècle

Question : 

Madame, Monsieur, je m’adresse à Rue des facs afin de trouver une aide à mes recherches bibliographiques en vue de mon mémoire. Je travaille sur la mise en place du stéréotype de la maison close par la littérature française du 19e et travaille plus particulièrement sur Maupassant, Lorrain et Caze. Je cherche des critiques de leurs oeuvres notamment La Maison Tellier ou La Maison Philibert, ou de la manière dont est traité le sujet de la maison close et de la prostitution. Merci beaucoup pour votre aide

Réponse :

Au Salon de la rue des Moulins de Toulouse Lautrec

Bonjour,

Votre sujet est riche et vous trouverez beaucoup d’articles dans la presse universitaire.

► En allant sur la base CAIRN, j’ai trouvé :

Un numéro de la revue Clio n° 26 (2007) dont voici le résumé : Clôture et maison close : les mots des écrivains. La consultation informatisée d?un corpus de textes permet de repérer quand et à quel propos les écrivains emploient les mots clôture et maison close. En ce qui concerne les femmes, la religieuse retirée dans un monastère et la prostituée assignée à une maison de tolérance représentent deux figures opposées de l’enfermement. Les formes de ségrégation ainsi (d)écrites, non symétriques pour chaque sexe, interrogent les relations entre hommes et femmes dans les sociétés qui les produisent.

Un article dans la revue d’histoire littéraire de la France (2009/3, vol. 109) : « Littérature publique. L’exemple de Nana » : Au XIXe siècle l’émergence de la presse et les nouvelles médiations de l’œuvre littéraireentraînent une modification profonde du rapport de l’écrivain à la littérature en même tempsque le statut, la forme et le sens de la pratique littéraire se transforment radicalement. La littérature devient publique. La publication en feuilletons de Nana dans Le Voltaire d’octobre1879 à février 1880 permet d’observer les stratégies publicitaires et commerciales du romancier qui met la presse au service de ses visées esthétique et éthique. Les personnages de lafille de joie et du chroniqueur renvoient, à l’intérieur de l’œuvre, à cette « littérature industrielle », autrefois dénoncée par Sainte-Beuve : la « prostitution littéraire », qui hante déjàl’écrivain romantique, trouve ainsi, allégoriquement, des figures dans lesquelles s’incarner.

La revue Clio ((2010 n° 32) aborde un aspect sociologique de votre thème : « Folles et vagabondes  dans les asiles de la Seine-Inférieure (1880-1914) » : L’article étudie le mouvement vers un « grand renfermement » des « folles », notamment des « hystériques », qui culmina au tournant des xixe et xxe siècles. Les mesures de placement étaient de la responsabilité des maires et du préfet qui les confiaient aux aliénistes des asiles rouennais. La psychiatrisation des « vagabondes » contribuait ainsi au maintien de l’ordre à l’intérieur de la ville de Rouen mais aussi à atténuer la « nocivité » des migrations des femmes aliénées indigentes, journalières ou ouvrières du textile, autour de la capitale de la Haute-Normandie. De renommée régionale ou nationale, les aliénistes qui se succédèrent à la tête de ces asiles produisirent des études statistiques et des observations qui confortaient l’hypothèse que les pathologies féminines avaient des causes sociales et ne pouvaient trouver d’autre solution que l’isolement.

Saviez-vous que Guy de Maupassant, comme bien d’autres écrivains, se passionnait pour les affaires criminelles ? Si cela vous intéresse, je vous conseille de lire l’article de Myriam Tsikounas dans Sociétés & Représentations 2004/1 (n° 17) .

► Sur la base Persée vous trouverez un article sur la prostitution vue par Maupassanthttp://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1987_num_17_58_4902

► Sur google, j’ai trouvé cet article http://www.gallia.jp/texte/44/44adachi.pdf

► En 2008, le philosophe Raphaël Enthoven avait consacré son émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » à Maupassant. Elle n’est plus podcastable mais, vous pouvez peut-être écrire à France Culture pour en obtenir une copie https://www.franceculture.fr/emission-maupassant-la-b%C3%AAte-humaine-15-une-vie-2008-01-28.html

Enfin, voici une bibliographie :

Filles, prostitutées et courtisanes dans l’oeuvre de Guy de Maupassant: représentation de l’amour vénal, Noëlle Benhamou ; Presses universitaires du Septentrion, 24 févr. 1997 – 531 pages.

Les contes et nouvelles réalistes de Maupassant, apôtre du marché Dieu : lecture sociogénétique, Charles Castella, L’Age d’homme.

G. de Maupassant, Œuvres complètes, 29 vol., Préf. P. Neveux, Paris, 1907-1910

Œuvres complètes, 15 vol., éd. R. Dumesnil et J. Loize, Paris, 1934-1938

Œuvres complètes, 16 vol., éd. G. Sigaux, Lausanne, 1961-1962

Œuvres complètes, 16 vol., éd. P. Pia et G. Sigaux, Paris, 1969-1973

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. A.-M. Schmidt, Paris, 1957

Romans, éd. L. Forestier, coll. La Pléiade, Gallimard, Paris, 1959, rééd. 1991

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. L. Forestier, ibid., 1974-1979

Chroniques, 3 vol., Préf. H. Juin, Paris, 1980.ÉtudesM. Besnard-Coursodon, Le Piège : étude thématique et structurale de l’œuvre de Maupassant, Paris, 1973

C. Castella, Structures romanesques et vision sociale chez Maupassant, Lausanne, 1972

G. Delaisement, Guy de Maupassant journaliste et chroniqueur, 2 vol., C.R.D.P., Orléans, 1984

R. Dumesnil, Guy de Maupassant, Paris, 1947, rééd. 1979

A. Fónyi, Maupassant, Kiné, Paris, 1993

A. Lanoux, Maupassant le Bel-Ami, Paris, 1967, rééd. 1983

A. Lumbroso, Souvenirs sur Maupassant, Rome, 1905

A.-M. Schmidt, Maupassant par lui-même, Paris, 1962

Maupassant et l’écriture, colloque, Nathan, Paris, 1993

A. Vial, Guy de Maupassant et l’art du roman, Paris, 1954.

► Je vous suggère une méthodologie :

Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

  • Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
  • Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
  • le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
  • Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
  • Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
  • Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
  • Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir »http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
  • Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

► Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

► La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).

Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

► La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

L’Art brut et les écrivains

Question :

Bonjour,

J’aimerais savoir si un livre pourrait me dresser un tableau de l’art brut (une définition générale) tout en évoquant un sujet précis qui m’intéresse : les écrivains d’art brut ?

Je vous remercie.

Réponse :

Bonjour,

Votre recherche peut être menée dans les catalogues du Sudoc et de la BNF, et également dans l’Encyclopedia Universalis, dont les articles fournissent systématiquement une bibliographie ; cette dernière est souvent le meilleur point de départ pour mener une recherche thématique de ce genre.

L’Encyclopedia Universalis, que vous pouvez consulter en version papier ou électronique en bibliothèque, propose un article de Hubert DAMISCH et Hervé GAUVILLE, « ART BRUT», qui vous présente la définition de la notion (Hubert DAMISCH, Hervé GAUVILLE, « ART BRUT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/art-brut/).
La bibliographie de l’article propose divers ouvrages sur l’art brut, en particulier :
M. Thévoz, L’Art brut, Skira, Genève, 1975, disponible entre autres à la bibliothèque Sainte-Geneviève.

L’article de Jean-Jacques LECERCLE, « FOUS LITTÉRAIRES », (Jean-Jacques LECERCLE, « FOUS LITTÉRAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 août 2013. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/fous-litteraires/) explore quant à lui plus précisément la notion de « fous littéraires » qui est proche de celle d’écrivains d’art brut.  La bibliographie en est la suivante :

A. Artaud, Œuvres complètes, 25 vol. parus, Gallimard, Paris, à partir de 1956

A. Blavier, Les Fous littéraires, H. Veyrier, Paris, 1982

J.-P. Brisset, La Grammaire logique, suivi de La Science de Dieu, Tchou, Paris, 1970

L. Danon-Boileau, Textes sans sépulture, Inter-Éditions, Paris, 1980

G. Deleuze, Logique du sens, éd. de Minuit, Paris, 1969

G. Deleuze & F. Guattari, Anti-Œdipe, ibid., 1972

A. Ehrenzweig, L’Ordre caché de l’art, Gallimard, 1974

M. Foucault, Raymond Roussel, ibid., 1963

J. Lacan, De la psychose paranoïaque, Seuil, Paris, 1975

J.-C. Milner, L’Amour de la langue, ibid., 1973

M. Pierssens, La Tour de babil, éd. de Minuit, 1976

M. Plaza, Écriture et folie, P.U.F., Paris, 1986

R. Queneau, Les Enfants du limon, Gallimard, 1938

R. Roussel, Impressions d’Afrique, Pauvert, Paris, 1963

Comment j’ai écrit certains de mes livres, ibid., 1963

D. P. Schreber, Mémoires d’un névropathe, Seuil, 1975

J. Starobinski, Les Mots sous les mots, Gallimard, 1971

M. Thévoz, Écrits bruts, P.U.F., 1979

Le Langage de la rupture, ibid., 1978

L. Wolfson, Le Schizo et les langues, Gallimard, 1970

Ma mère, musicienne, est morte…, Navarin, Paris, 1984.

L’ouvrage de M. Thévoz, Écrits bruts, P.U.F., 1979, qui propose un choix de textes d’écrivains d’art brut, semble particulièrement adapté à votre recherche (ouvrage accessible entre autres à la BNF).

Vous pouvez aussi consulter le Sudoc. Le Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr/) est un catalogue collectif qui vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.
La recherche « art brut littérature » donne 12 résultats ; le plus pertinent semble être le premier, du même auteur que l’ouvrage précédent :

Détournement d’écriture [Texte imprimé] / Michel Thévoz
impr. 1989, français, Paris : Éd. de Minuit, impr. 1989
1 vol. (119 p.-[33] p. de pl.) : ill. ; 22 cm
ISBN : 2-7073-1309-2 (br.) : 85 FRF
Identifiant pérenne de la notice :
http://www.sudoc.fr/001532421

Vous pouvez aussi consulter le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Le Catalogue général de la Bibliothèque nationale de France (BnF) : http://catalogue.bnf.fr/ recense des documents de tous types conservés sur tous les sites de la BnF : imprimés, documents sonores, vidéos, multimédias, électroniques, musique notée, documents iconographiques, documents cartographiques, manuscrits et documents d’archives, ainsi que les documents numérisés.
La même recherche que dans le Sudoc donne 81 résultats (après tri par le filtre « littérature et art ») ; aucun résultat ne semble plus pertinent que les deux ouvrages cités plus haut. La recherche « écrits art brut » fait ressortir le résultat suivant, qui pourra vous permettre d’approfondir votre sujet :

Écriture en délire [Texte imprimé] : [exposition, Lausanne, Collection de l’art brut, 12 février-5 septembre 2004, Paris, Halle Saint-Pierre, février-juin 2005, Nice, Musée international d’art naïf Anatole Jakovsky, décembre-février 2005]
Publication : Lausanne : Collection de l’art brut ; Milan : 5 continents éd., impr. 2004
Impression : impr. en Italie
Description matérielle : 1 vol. (127 p.) : ill. en noir et en coul., couv. ill. ; 25 cm

J’espère avoir pu vous aider dans votre recherche ; n’hésitez pas à demander davantage de précisions à Rue des Facs.

Bien cordialement,

Bibliothèque Sainte-Barbe 
http://www.bsb.univ-paris3.fr
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

La littérature maghrébine

Question :

la littérature maghrébine

Réponse :

Bonjour,

vous recherchez des documents sur la littérature maghrébine.
Votre demande étant très générale, je vous indiquerai des documents généraux.

Je vous conseille d’interroger tout d’abord le Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr/). Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Utilisez les mots du clés suivants avec une recherche par mots du sujet :
Littérature maghrébine

Pour plus de précisions :
Poésie maghrébine
Contes maghrébins
Littérature maghrébine de langue française
Nouvelles maghrébines
Roman maghrébin

Vous pouvez aussi ajouter le mot clé « histoire et critique » à vos recherches

Aboudi, El Bouazzaoui. Essai de lecture critique de la littérature maghrébine contemporaine. Lille 3, France: ANRT, 1987. Print. Lille thèses, ISSN 0294-1767

Arnaud, Jacqueline. La Littérature maghrébine de langue française. 2 vol. Paris, France: Publisud, 1986. Print. Espaces méditerranéens, ISSN 0982-3190 ; 1, I-II.

Bekri, Tahar. De la littérature tunisienne et maghrébine et autres textes: essais. 1 vol. Paris, France: L’Harmattan, 1999. Print.

Bonn, Charles, Naget Khadda, et Abdallah Mdarhri-Alaoui. Littérature maghrébine d’expression française. Éd. par Coordination internationale des chercheurs sur les littératures maghrébines. Vanves, France: Edicef, 1996. Print. Histoire littéraire de la francophonie, ISSN 1258-0368 3948.

Bonn, Charles, et Arnold Rothe, éd. Littérature maghrébine et littérature mondiale: actes du colloque de Heidelberg, octobre 1993, Université de Heidelberg et Université Paris-Nord. Würzburg, Allemagne: Königshausen und Neumann, 1995. Print.

Bougdal, Lahsen. Voix et plumes du Maghreb. 1 vol. Paris, France: l’Harmattan, DL 2010, 2010. Print. Autour du texte maghrébin, ISSN 1969-5624.

Bouguerra, Mohamed Ridha, et Sabiha Bouguerra. Histoire de la littérature du Maghreb: littérature francophone. 1 vol. Paris, France: Ellipses, 2010. Print. Littératures. Série Littératures du monde, ISSN 2104-6220.

Centre de recherche en anthropologie sociale et culturelle. Le Maghreb de 1990 à nos jours: émergence d’un nouvel imaginaire et de nouvelles écritures. Éd. par Mohamed Daoud & Faouzia Bendjelid. 1 vol. Oran, Algérie: Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle, 2010. Print.

Dugas, Guy et al. Littérature maghrébine d’expression française: de l’écrit à l’image. 1 vol. Meknès, Maroc: Faculté des lettres et des sciences humaines, 1987. Print. Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Meknès / Université Sidi Mohamed Ben Abdellah. – Meknès : Faculté des lettres et des sciences humaines.

Mvogo, Faustin, et Bernard Mbassi. Une écriture de la dénonciation: la littérature maghrébine. 1 vol. Yaoundé, Cameroun: Presses universitaires de Yaoundé, 2010. Print. Connaissances.

Salha, Habib Préface, Wafa Bsaïes Ourari, et Ilhem Ben Miled, éd. La Littérature maghrébine d’expression française entre clichés, lieux communs et originalité. 1 vol. Tunis, Tunisie: Facultés des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba,, 2000. Print.

Si votre bibliothèque universitaire ne possède pas les documents que vous recherchez, vous pouvez faire appel au prêt entre bibliothèques (PEB). Ce service permet à un réseau de bibliothèques et centres de documentation d’effectuer ou de recevoir des demandes de fourniture de documents, qu’il s’agisse de reproductions ou d’originaux. Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque pour en connaître les modalités.

Cordialement,

Bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l’homme
http://www.msh-paris.fr/diffusion/bibliotheque/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Enseignement des littératures francophones en France

Question :

L’enseignement des littératures francophones en France : états des lieux.

Réponse :

Bonjour,

J’interprète votre question comme une demande d’information sur les modalités selon lesquelles les littératures francophones sont enseignées en France, et spécialement dans l’enseignement supérieur. L’orientation bibliographique proposée couvre aussi des aspects relevant de la didactique de la littérature francophone.

Dans l’enseignement secondaire, où il existe des programmes officiels, les programmes en vigueur ne font aucune référence à une approche particulière des littératures francophones, même si des titres d’œuvres de la francophonie sont cités dans les listes de textes des programmes de collège (contes et récits merveilleux en classe de sixième, récits en classe de troisième).
Programmes des secondes et premières des séries générales et technologiques :
http://www.education.gouv.fr/cid53318/mene1019760a.html
Programmes du collègue :
http://www.education.gouv.fr/cid22117/mene0816877a.html
Je n’ai pas trouvé de publications qui fassent le point sur la part et les enjeux de la littérature francophone dans l’enseignement de la littérature en collèges et lycées.

Il est notoirement difficile de synthétiser l’offre de formation des établissements d’enseignement supérieur, de par la multiplication des mentions et des spécialités et la grande instabilité des enseignements. En outre, les filières de lettres sont en cours de réorganisation dans de nombreuses universités, ce qui se traduit par la création de nouveaux diplômes pluridisciplinaires et le regroupement d’équipes de recherche. On constate que, dans de nombreux cas, des équipes qui intervenaient dans le champ des études francophones se sont fondues dans des unités plus larges (littérature comparée, études postcoloniales, etc.) et sont d’autant plus difficiles à repérer.

Dans un article de 2003 (Francophone literary studies in France: analyses and reflections, Yale French studies, 2003, 103, p. 43-54, http://www.jstor.org/stable/3182533), Daniel Delas citait les universités de Paris-Sorbonne, de Paris-XIII, de Bordeaux-III, de Montpellier-III et de Cergy-Pontoise comme proposant des enseignements centrés sur les littératures francophones, la première étant d’après lui la seule, avec les universités des Antilles et de la Réunion, à maintenir sur la durée des postes de professeurs ciblés sur ce sujet.

Actuellement, on peut citer les centres et unités de recherche suivants :

– Centre international d’études francophones de l’université Paris-Sorbonne
http://www.paris-sorbonne.fr/nos-formations/les-ufr/lettres
/litterature-francaise-et-comparee/presentation-3103/le-cief/presentation-5036/

Créé en 1974, très vite après la création de l’université, demeuré jusqu’à ce jour largement autonome au sein des équipes de recherche de l’université, mais représentant un pôle très important des études francophones en France.

– Centre d’études linguistiques et littéraires africaines et francophones de l’université Michel-de-Montaigne (Bordeaux III)
http://clare.u-bordeaux3.fr/spip.php?article423
Fondé en 1969, intégré à l’équipe d’accueil L.A.P.R.I.L. (Littérature, Arts, Pluridisciplinarité, Représentations, Imaginaire, Langages).

– Centre d’étude sur les nouveaux espaces littéraires de l’université Paris-Nord (Paris-XIII), ex Centre d’études francophones et comparées
http://www.univ-paris13.fr/cenel/
Créé en 1972.

L’université Paul-Valéry (Montpellier-III) propose un master d’études culturelles mention francophonies-interculturalité (http://ow.ly/fY5V4), qui s’inscrit dans le cadre des études francophones depuis longtemps développées dans cette université, et celle de Cergy-Pontoise un master Littératures du monde francophone (http://ow.ly/fY6cx).

Plusieurs universités françaises d’outre-mer développent des programmes d’enseignement et de recherche sur leurs aires culturelles et géographiques, qui recoupent très souvent l’enseignement des littératures francophones, mais ne s’y réduisent pas.

On peut trouver d’autres formations sur le site de CampusFrance http://www.campusfrance.org/fr, site destiné à l’orientation des étudiants étrangers souhaitant poursuivre des études en France, en particulier à Rennes-II, Paris-Est, Toulouse-II, etc. L’exploration des sites des universités et de leur offre de formation paraît incontournable.

Il semble y avoir assez peu de publications consacrées à ce sujet. Les termes d’indexation utilisés dans les catalogues de bibliothèques en France sont soit Littérature francophone — étude et enseignement pour son enseignement, soit Littérature francophone — histoire et critique pour les études sur les littératures francophones, avec éventuellement une mention de siècle entre les deux parties. Vous pouvez les utiliser dans le catalogue collectif Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr).

L’orientation bibliographique (https://www.zotero.org/groups/francophone) qui suit est assez disparate, elle concerne plus la didactique des littératures francophones que l’organisation institutionnelle et les orientations de l’enseignement ; j’y ai conservé des références un peu anciennes, permettant éventuellement de retracer le développement du sujet. Je l’ai établie en consultant le Sudoc et les bases de données MLA international bibliography, Francis et Proquest dissertations and theses. The Humanities and social sciences collection. Certaines ne concernent pas la situation française mais m’ont paru intéressantes pour ouvrir des perspectives ou parce qu’elles proposeront des bibliographies plus complètes.

Amelinckx, F. C. 1995. « Problématique de l’enseignement des littératures francophones : compréhension et sympathie ». Tangence (ISSN 1189-4563), (49): 49-62.

Argaud, Evelyne. 2004. « Sensibiliser à l’altérité par le texte francophone ». Français dans le Monde 333 (mai 4): 34-35.

Artuñedo Guillén, Belén. 2009. « La “Littérature monde” dans la classe de FLE: Passage culturel et réflexion sur la langue ». Synergies Espagne 2: 235-244.

Association marocaine des enseignants de français. 2006. Francophonie, enseignement et culture: actes de l’Université d’Eté-Essaouira, 18-21 juillet 2005. Éd. Abdellah Baïda. Rabat, Maroc: Ed. et Impr. Bouregreg.

Becker, Norbert. 2001. « Essai d’une didactique de textes africains d’expression française ». In Littératures et sociétés africaines: Regards comparatistes et perspectives interculturelles, éd. Papa Samba Diop, Hans-Jürgen Lüsebrink, Ute Fendler, et Christoph Vatter, 157-169. Tübingen : Gunter Narr.

Berthelot, Reine, et Patrice Terrone. 2011. Littératures francophones en classe de FLE : pourquoi et comment les enseigner. Paris : l’Harmattan.

Bomahou, A. «Quelques préalables à l’étude et à l’enseignement de la littérature africaine » in Littératures africaines et enseignement, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1985, 534p. Actes du colloque international organisé par le CELMA, en 1984, à Bordeaux.

Bonn, Charles. 2011. « Sur la marginalisation des littératures francophones du Sud dans l’enseignement comparatiste français : La marginalité dans la classe. Regards sur des littératures francophones peu connues ». The marginalization of Francophone literature of South in comparative education of French : Marginality in the classroom. Perspectives on little-known Francophone literature (English) 46 (1): 9-15.

Centre d’étude des nouveaux espaces littéraires, éd. 1982. L’enseignement des littératures francophones. Paris : L’Harmattan.

———. 1999. Littérature comparée et didactique du texte francophone. Paris ; Montréal : L’Harmattan.

Centre d’études linguistiques et littéraires francophones et africaines. 2007. Littératures, savoirs et enseignement. Éd. Mwatha Musanji Ngalasso. Pessac, France: Presses universitaires de Bordeaux.

Collès, Luc. 1994. « Littérature comparée et reconnaissance interculturelle : pistes de lecture pour les classes à plus ou moins forte présence d’adolescents issus de l’immigration ». Formation continuée, ISSN 0773-624X. Bruxelles : De Boeck ; Paris : Duculot.

Colloque international de Pécs. 1993. L’enseignement de la francophonie : actes du 2ème Colloque international de Pécs, 22-26 avril 1992. Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale, ISSN 1215-7279. Pécs ; Vienne : Association des études francophones d’Europe centre-orientale.

Coulon, V. «La pénurie d’instruments de travail pour l’enseignement des littératures africaines » in Littératures africaines et enseignement, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1985, 534p. Actes du colloque international organisé par le CELMA, en 1984, à Bordeaux.

Crosta, Suzanne. 1995. « Considérations con/textuelles et stratégies pédagogiques sur l’enseignement des littératures francophones de l’Afrique et des Antilles ». Tangence 49: 78-93.

Deblaine, Dominique, Yamna Abdelkader, et Dominique Chancé, éds. 2008. Transmission et théories des littératures francophones : diversité des espaces et des pratiques linguistiques : actes du colloque international des 5, 6 et 7 avril 2006. Pessac : Presses universitaires de Bordeaux ; [Pointe-à-Pitre] : Jasor.

Delas, Daniel, et Christopher Rivers. 2003. « Francophone Literary Studies in France: Analyses and Reflections ». Yale French Studies 103: 43-54.

Derive, J. «Quelques propositions pour un enseignement des littératures africaines francophones en France. L’exemple d’un roman: Les soleils des Indépendances » in Littératures africaines et enseignement, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1985, 534p. Actes du colloque international organisé par le CELMA, en 1984, à Bordeaux.

Dorion, Gilles. 1993. Répertoire des études littéraires québecoises en Europe. Éd. Centre de recherche en littérature québécoise. Québec : CRELIQ.

Everson, Vanessa. 2005. « Enseigner la littérature par le biais du transculturel: Connaissance de soi, découverte de l’autre ». French Studies in Southern Africa 35: 1-26.

Fayolle, Roger. 2006. « La Sagesse des barbares: Enseigner les littératures maghrébines et africaines de langue française ». Notre Librairie: Revue des Littératures du Sud 160 (décembre 5): 82-87.

Fisher, Dominique D. 1996. « On the Importance of Multicultural Approaches in the French Curriculum ». Transculture: Interpretations and Applications of Cultural Studies in the Languages 1 (2): 69-73.

Fonkoua, Romuald. 2003. « Les Littératures du Sud dans les pays du Nord: Etat des études et de la recherche ». Notre Librairie: Revue des Littératures du Sud 150 (avril 3): 32-40.

Hale, Jane Alison. 2005. « Cours d’introduction de littérature francophone: Quels objectifs? » In North-South Linkages and Connections in Continental and Diaspora African Literatures, éd. Edris Makward, Mark Lilleleht, et Ahmed Saber, 423-428. African Literature Association Annual Series (African Literature Association Annual Series): 12. Trenton, NJ: Africa World.

Hayes, Jarrod. 2009. « Approaches to Teaching the Maghrebian Novel: Allegory at the Crossroads ». In Teaching the African Novel, éd. Gaurav Desai, 131-153. Options for Teaching (OfT): 24. New York, NY: Modern Language Association of America.

Itti, Eliane. 2003. « L’image des civilisations francophones dans les manuels scolaires : des colonies à la francophonie ». EPU, Éditions Publibook université, ISSN 1950-6856. Paris : Publibook.

Joslin, Isaac V. 2011. « Teaching about Africa through Literature, Film & Music ». African Literature Today 29: 101-110.

Joubert, J. L., et Centre d’études littéraires africaines, Université de Bordeaux III. UER Lettres et Arts. 1984. « Douze ans d’enseignement de littérature africaine dans une université parisienne: l’exemple de Paris XIII » in Littératures africaines et enseignement, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1985, 534p. Actes du colloque international organisé par le CELMA, en 1984, à Bordeaux.

Joubert, Jean-Louis. 2006. « La Littérature francophone par ceux qui la font: Enseigner les littératures francophones ». Français dans le Monde 343 (janvier 6): 23-25.

Kamara, Mohamed. 2009. « The Francophone African Novel in the French-Language Classroom ». In Teaching the African Novel, éd. Gaurav Desai, 290-310. Options for Teaching (OfT): 24. New York, NY: Modern Language Association of America.

Kapanga, André M. 1996. « Teaching Francophone African Literary Works in the Non-African Context ». Transculture: Interpretations and Applications of Cultural Studies in the Languages 1 (2): 74-90.

Koné, Amadou, et J. Ryan Poynter. 2003. « Teaching Francophone Literature: Remarks from Two continents ». Yale French Studies 103: 64-71.

McDonald, Eileen Louise. 2002. « Through Western Eyes: A Model of Literary and Cultural Analysis for Teaching Francophone Sub-Saharan African Literature ». Ph. D. : The University of Wisconsin. 507 p. Texte intégral dans Proquest dissertations and theses. The Humanities and social sciences collection.

Miller, Christopher. 2011. « The Theory and Pedagogy of a World Literature in French ». Yale French Studies 120: 33-48.

Mouralis, B. «Le texte et la statue: réflexions sur l’enseignement des littératures africaines » in Littératures africaines et enseignement, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 1985, 534p. Actes du colloque international organisé par le CELMA, en 1984, à Bordeaux.

Nadeau, Amélie. 2012. « Enseigner et apprendre la littérature en français langue étrangère ou seconde, pour quoi faire ? » Le français à l’université. Bulletin des départements de français dans le monde (13-02) (mars 15).

Ngamassu, David. 2008. « L’indocilité linguistique dans les littératures francophones périphériques : entre la quête d’identité littéraire, le dynamisme du français et l’insécurité linguistique : Enseigner et apprendre la littérature en français langue étrangère ou seconde, pour quoi faire ? ». Le Langage et l’homme, 43 (1): 121-141.

Rencontres des chercheurs en didactique de la littérature. 2010. Les littératures francophones : quels apports, quelles perspectives pour la didactique du français? : 10émes rencontres des chercheurs en didactique de la littérature, 2-3-4 avril 2009. [Tunis?] : Les Éditions Sahar ; [Sousse], Tunisie: Unité de recherche école et littérature, Faculté des lettres et des sciences humaines, Université de Sousse.

Resch, Yannick. 2001. « La littérature québécoise et son développement au sein des universités françaises ». Globe, 4 (2): 283-290.

Riffard, Claire. 2012. « La francophonie. Bibliographie analytique de la recherche internationale 1980-2005 ». Le français à l’université. Bulletin des départements de français dans le monde (16-02) (janvier 31).

Rosello, Mireille. 2004. « Non-lieu: D’Hexagone en polygone (étoilé ou non) ». Francophone Postcolonial Studies 2 (1): 53-60.

Rossion, Bruno, Amélie Schmitz, Association européenne pour les études francophones. Colloque, Archives et musée de la littérature et Centre Wallonie-Bruxelles. 2008. Analyse et enseignement des littératures francophones : tentatives, réticences, responsabilités : actes du colloque de Paris, 31 mai-2 juin 2006. Éd. Marc Quaghebeur. Documents pour l’histoire des francophonies. Théorie des francophonies, ISSN 1379-4108 ; 16. Bruxelles ; Bern ; Berlin [etc.] : P.I.E.-P. Lang.

Songolo, Aliko, éd. 2003. « Littératures francophones: Un corp(u)s étranger? » Numéro spécial de Présence Francophone: Revue Internationale de Langue et de Littérature 60: 5-197.

Stefanson, Blandine. 1999. « Modèles d’insertion de textes francophones dans des programmes de français langue de cultures ». Études Francophones 14 (2): 99-119.

Université Catholique de Louvain. 2003. Les études littéraires francophones : état des lieux : actes du colloque organisé par l’Universités de Leuven, Kortrijk et de Lille , 2-4 mai 2002. Éd. Lieven D’Hulst, Jean-Marc Moura et Université Charles de Gaulle (Lille). Organisation du congrès. Travaux et recherches (Université de Lille 3), ISSN 0248-997X. Villeneuve d’Ascq : Presses de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3.

Université Rennes 2, éd. 1979. Séminaire sur l’enseignement des littératures d’expression française en Belgique, en France, au Luxembourg et en Suisse, Rennes, 3-5 avril 1979. [Montréal] : AUPELF ; Rennes : Université de Rennes II.

Vakunta, Petev Wuteh. 2011. « The Francophone Novel of Africa & the Caribbean: A Teacher’s Perspective ». African Literature Today 29: 88-100.

Willen, M. M.. 1996. « A new (Mé)Tissage : Weaving black francophone literature into the curriculum ». The French review 69 (5): 762-774.
N’hésitez pas à nous contacter si l’approche de notre réponse ne vous satisfait pas.

Cordialement,

Bibliothèque Clignancourt
Service commun de la documentation de l’université Paris-Sorbonne

http://www.paris-sorbonne.fr/les-bibliotheques/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Les conditions de publication de Manon Lescaut

Question :

Je recherche des informations sur les conditions de publication de Manon Lescaut de Prévost et sa première édition ainsi que l’évolution du livre, de son écriture.
Merci.

Réponse :

Bonjour,

En faisant une recherche générale dans Virtuose +, le portail documentaire de la bibliothèque de Paris 3, on obtient des références d’articles et d’ouvrages de la manière suivante :
« Toutes les ressources = Manon Lescaut Prevost publication »
« Toutes les ressources = Manon Lescaut Prevost première édition »
Cette seconde formule de recherche permet entre autres de trouver un article traitant d’un ouvrage sur le sujet, « Manon Lescaut de l’abbé Prevost 1731-1739 : étude bibliographique et textuelle ». Cet ouvrage se trouve à la bibliothèque, en salle santeuil, à la cote 840″17″ PRE 8.

La plupart des autres articles proposés sont consultables par l’intermédiaire de la base de données Project Muse ; il est donc intéressant de refaire ces recherches directement dans cette base de données ; par ailleurs j’ai trouvé un certain nombre d’articles dans la bases de données JSTOR en faisant la recherche suivante: « Manon Lescaut 1731 ».
Pour consulter les bases de données (« Liste des bases de données » en haut à gauche dans Virtuose +) en dehors de la bibliothèque, il faut vous identifier (en haut à droite dans Virtuose +).
Vous pouvez consulter la première édition de Manon Lescaut sur la base de données des Classiques Garnier ; et un grand nombre d’éditions sur Gallica.

Cordialement,

Service commun de la documentation de l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
http://virtuoseplus.univ-paris3.fr

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Consulter une thèse en version électronique

Question :

Bonjour,

Je voudrais télécharger la thèse suivante, mais le lien ne fonctionne pas :

« De la révolte à l’engagement: essai sur l’idée de justice chez Albert Camus / Cheikh Diop ».

Est-il possible de m’envoyer le pdf correspondant sur mon email ? Merci d’avance. Cordialement.

Réponse :

Bonjour,

L’auteur de cette thèse n’a pas autorisé la diffusion sur Internet. Elle n’est consultable que dans l’établissement de soutenance, sur place ou à distance après authentification (login et mot de passe).

Je vous invite donc à contacter la bibliothèque de l’Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Renseignements : 01.45.17.70.31.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Le livre mystérieux dans le « Portrait de Dorian Gray » d’Oscar Wilde

Question :

Bonjour,

Je profite de votre service pour vous poser une question littéraire que je me pose depuis un certain temps sur le livre Le portrait de Dorian Gray de Oscar Wilde.
Dans ce livre, le personnage, brisé par le suicide de la femme qu’il aime, se voit prêter un livre par son ami et mentor. Ce livre est décrit en ces termes :

« C’était un roman sans intrigue, avec un seul personnage, la simple étude psychologique d’un jeune Parisien qui occupait sa vie en essayant de réaliser, au dix-neuvième siècle, toutes les passions et les modes de penser des autres siècles, et de résumer en lui les états d’esprit par lequel le monde avait passé, aimant pour leur simple artificialité ces renonciations que les hommes avaient follement appelées Vertus, aussi bien que ces révoltes naturelles que les hommes sages appellent encore Pêchés. Le style en était curieusement ciselé, vivant et obscur tout à la fois, plein d’argot et d’archaïsmes, d’expressions techniques et de phrases travaillées, comme celui qui caractérise les ouvrages de ces fins artistes de l’école française : les Symbolistes. Il s’y trouvait des métaphores aussi monstrueuses que des orchidées et aussi subtiles de couleurs. La vie des sens y était décrite dans des termes de philosophie mystique. On ne savait plus par instants si on lisait les extases spirituelles d’un saint du moyen âge ou les confessions morbides d’un pécheur moderne. C’était un livre empoisonné. De lourdes vapeurs d’encens se dégageaient de ses pages, obscurcissant le cerveau. La simple cadence des phrases, l’étrange monotonie de leur musique toute pleine de refrains compliqués et de mouvements savamment répétés, évoquaient dans l’esprit du jeune homme, à mesure que les chapitres se succédaient, une sorte de rêverie, un songe maladif, le rendant inconscient de la chute du jour et de l’envahissement des ombres. Un ciel vert-de-grisé sans nuages, piqué d’une étoile solitaire, éclairait les fenêtres. Il lut à cette blême lumière tant qu’il lui fut possible de lire. Enfin, après que son domestique lui eut plusieurs fois rappelé l’heure tardive, il se leva, alla dans la chambre voisine déposer le livre sur la petite table florentine qu’il avait toujours près de son lit, et s’habilla pour dîner. »
P. 170-171 de Oscar Wilde, Le portrait de Dorian Gray, consulté à l’adresse http://www.diogene.ch/IMG/pdf/wilde_portrait_dorian_gray.pdf

Ce livre a une importance pour ce personnage et influence tout le reste de l’intrigue, sans toutefois en préciser la référence. J’ai fait quelques recherches sans résultat sur internet.
Je me demande s’il s’agit d’un livre existant ou si l’auteur l’invente de toute pièce pour nous laisser le soin d’en imaginer à notre guise la teneur, ou encore s’il s’agit d’une métaphore du livre du portrait de Dorian Gray lui-même, mettant alors le lecteur dans la position du personnage (peut-être aussi que je n’ai rien compris et qu’il s’agit de toute autre chose).

Si vous avez une réponse à cela, ce sera un grand soulagement pour moi, cet ouvrage me fascine depuis quelques années déjà !

N’y passez pas non plus trop de temps, il s’agit d’un intérêt personnel qui ne presse pas du tout.

Avec mes meilleures salutations et mes remerciements.

Réponse :

Bonjour,

D’après mes recherches, il semble bien qu’Oscar Wilde se soit inspiré pour son livre jaune d’un vrai livre.

J’ai pu feuilleter une édition du Portrait de Dorian Gray qui propose, en plus du texte, un dossier historique et littéraire :

Le portrait de Dorian Gray / Oscar Wilde ; trad. de Michel Étienne, revue par Daniel Mortier ; préf. et comment. de Daniel Mortier, Paris : Pocket, 1991.
Le dossier mentionne « Joris-Karl Huysmans, l’auteur de « A rebours », auquel le « livre jaune » lu par Dorian fait irrésistiblement penser ».

L’Encyclopaedia Universalis présente ce livre, publié en 1884 et devenu un livre culte pour les générations de la décadence et du symbolisme, comme la mise en scène de « l’ultime rejeton d’une famille noble, le duc Jean Floressas Des Esseintes – où l’on reconnut vite quelques traits de Robert de Montesquiou. Tout ou presque se déroule dans la demeure où il s’est installé, à Fontenay-aux-Roses, et qu’il va aménager. Des Esseintes y fuit le Paris de la IIIe République, les salons mondains et l’américanisation croissante de la société ».

D’autres études mentionnent la probabilité qu’À rebours de Huysmans soit l’inspirateur du livre jaune. Certains l’affirment même avec certitude. Une recherche dans Google Livres (https://books.google.fr/books?hl=fr), avec les mots-clés « dorian gray livre jaune », nous donne plusieurs références intéressantes :

– D’après Lettres européennes: Manuel d’histoire de la littérature européenne, par Annick Benoit-Dusausoy et Guy Fontaine (De Boeck Supérieur, 2007), le livre jaune « pourrait bien être les Studies in the History of Renaissance (Études sur l’Histoire de la Renaissance, 1873) de Pater ou A rebours de Huysmans » (voir la page 554).

– Phillip Winn, Sexualités décadentes chez Jean Lorrain : le héros fin de sexe, Amsterdam ; Atlanta, Ga., Rodopi, 1997 (voir la page 46 : « L’on a donc lieu de croire que ce livre jaune n’est autre que A rebours »)

– Catherine Rancy, Fantastique et décadence en Angleterre, 1890-1914, Éditions du CNRS, 1982 (voir la page 26 : « Livre jaune […], camouflage léger de A rebours »)

– Frédéric Monneyron, L’androgyne décadent, ELLUG, 1996 (voir la page 25 : « On identifie même généralement le livre jaune qui hante Dorian Gray avec le roman de Huysmans »)

– Isabelle Krzywkowski, Sylvie Thorel-Cailleteau, Anamorphoses décadentes, Presses Paris Sorbonne, 2002 (voir la page 131 : « On se rappelle le rôle que joue un fameux livre jaune (qui n’est autre qu’A rebours) dans The Picture of Dorian Gray »)

Comme vous résidez à Genève, j’ai consulté le catalogue du réseau des bibliothèque genevoises (http://www.ville-ge.ch/bge/) pour savoir si ces différents livres y sont disponibles. Les quatre y sont tous bien consultables, tout comme A rebours dont la bibliothèque possède plusieurs éditions (dont une avec une couverture jaune…) ainsi que plusieurs études critiques si vous souhaitez approfondir le sujet.

La bibliothèque de Genève possède également les Studies in the History of Renaissance de Walter Pater en anglais et en français. Attention, le titre du livre a été modifié dès la seconde édition et est devenu The Renaissance : studies in art and poetry.

Je vous invite donc maintenant à consulter ces différentes pistes et à déterminer vous-même si l’inspirateur du « livre jaune » de Dorian Gray s’y trouve bien !

En espérant avoir répondu à vos attentes.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

L’aristocratie dans Le Rouge et le noir

Question :

Étude sur le rouge et le noir de Stendhal (l’aristocratie)

Réponse :

Bonjour,

Vous recherchez des études critiques sur le roman de Stendhal : « Le rouge et le noir », plus particulièrement orientées sur le thème de l’aristocratie. Les études sur cette œuvre sont très nombreuses.

Tout d’abord je vous conseille de rechercher des ouvrages dans le catalogue de la bibliothèque dans laquelle vous êtes inscrit.

En effectuant une recherche avancée par mots du sujet « rouge noir » et « stendhal », vous obtenez 17 résultats. Certains ouvrages sont des études générales de l’œuvre, dont je vous invite à consulter les tables des matières (pour le traitement du thème de l’aristocratie). Les titres suivants sont déjà un peu plus orientés sur l’aspect social de l’œuvre et la symbolique du titre :

Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’oeuvre romanesque de Stendhal / Françoise J. Lenoir Jamelot. Paris ; Torino ; Budapest [etc.] : l’Harmattan, DL

Variations sur le titre  » Le Rouge et le Noir  » : contribution à la titrologie romanesque / Serge Bokobza. Genève : Droz [Paris] : [diffusion Champion], 1986. (Collection stendhalienne; 27)

L’affaire Lafargue et « Le rouge et le noir » / Claude Liprandi. Lausanne : Éd. du Grand Chêne, 1961 (Collection Stendhalienne; 4)

L’ ouvrage ci-dessus traite des source d’inspiration du roman (affaire de meurtre d’un ouvrier sur la fille d’un propriétaire).

Puis vous pouvez chercher dans le catalogue collectif du SUDOC, il vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.
Par la recherche avancée par sujet : « rouge noir » et « stendhal », qui vous permet de chercher des études sur l’œuvre et non l’œuvre elle-même, vous obtenez 66 résultats. Pour localiser ces documents, ou tout autre document dans une bibliothèque, cliquez sur « localisation » lorsque vous vous trouvez sur une notice bibliographique. Si le document que vous désirez consulter ne se trouve pas dans votre bibliothèque, vous pourrez recourir au PEB (Prêt entre bibliothèques) pour le faire venir dans votre établissement. Le PEB fonctionne pour les ouvrages, thèses, articles de périodiques… Renseignez-vous auprès des bibliothécaires de votre institution pour en connaître les modalités.

Pour compléter votre recherche, je vous conseille ensuite de rechercher des articles de revues spécialisées en littérature traitant de cette œuvre. Vous poussez accéder gratuitement à la base Persée, base de revues en langue française de Sciences Humaines et Sociales en texte intégral. L’objectif de cette base est la numérisation des revues depuis le début de la publication.

En effectuant une recherche avancée par mot du titre : « rouge noir » et texte « stendhal », vous obtenez plus de 300 résultats dont une référence traitant du symbolisme des couleurs et du rapport entre Julien et Mme de Rénal, insistant sur la différence sociale :

– Picard, Michel. « Le petit chaperon rouge et noir : lecture d’un passage de Stendhal ». Littérature, 1981, volume 43, n° 3, pp. 24-42.

– Ravoux Rallo, Elisabeth. « Les aristocrates italiens dans La Chartreuse de Parme : rôle et fonction d’un rêve, la «délicieuse légèreté de l’être» « . In : Publications de l’École française de Rome. Les noblesses européennes au XIXe siècle. Actes du colloque de Rome, 21-23 novembre 1985. Milano: Università di Milano ; Rome : École française de Rome, 1988, pp. 51-57.
Cet extrait d’ouvrage comporte un passage sur Mathilde de la Mole en tant qu’aristocrate.

Une revue est spécialisée sur Stendhal, L’année Stendhalienne,  et elle est présente à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, à partir de 2002, n’hésitez pas à la consulter.

Enfin, pour trouver quelques références de sites internet pertinents, vous pouvez vous rendre sur le moteur de recherche Google Scholar : il permet d’effectuer des recherches sur des articles en texte intégral issus de périodiques, validés par les auteurs. En effectuant une recherche avancée avec tous les mots suivants : « rouge noir stendhal aristocratie », vous obtenez de nombreux résultats, dont les liens cliquables suivants :

– « Littérature et idéologie: Le Rouge et le Noir, chronique de 1830 »
Ce lien vous envoie vers la notice bibliographique de la revue en langue française Nineteenth-century French studies.
Le résumé de cet article semble pertinent par rapport à votre sujet : « Stendhal montre
l’affaiblissement de l’aristocratie et le triomphe de la bourgeoisie ».
En recherchant le nom de cette revue dans le SUDOC, et en sélectionnant uniquement le type de publications « périodiques», vous accéderez à la notice de ce périodique. En cliquant sur « où trouver ce document », vous constaterez que la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne possède cette revue à partir de 1972.

– « Les comédies du mérite à l’âge démocratique: Stendhal après Rousseau »
A droite de l’écran vous pouvez accéder directement au texte intégral de cet article tiré de la revue A contrario, 2005/1 (Vol. 3), qui aborde l’œuvre comme une « chronique » sur la France de l’ époque.

Si vous voulez préciser votre recherche, n’hésitez pas à refaire appel à nos services.
En vous souhaitant bonne chance dans vos recherches.

Cordialement,
Le Service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Le rire dans la littérature

Question :

Dans le cadre de l’élaboration d’un festival littaire fictif intitulé « pour le meilleur et pour le rire », je suis à la recherche d’articles de blog littéraires concernant le rire dans la littérature, les nouvelles formes de la BD, et le lien pouvant exister entre le rire et ses bénéfices dans la santé.

Réponse :

Bonjour,

  • Si vous cherchez exclusivement des « articles de blogs littéraires », je crains de ne pas vous être d’un grand secours. Tout comme vous je me tournerais vers un moteur de recherche et je saisirais des expressions telles que « blogs littéraires » et « rire et littérature »…
  • Par contre, si vous souhaitez étendre votre recherche à d’autres sources documentaires, je vous engage à consulter le SUDOC (http://www.sudoc.abes.fr).

En saisissant dans l’index [Vedette matière] l’expression « Rire — Dans la littérature », vous obtiendrez 139 références parmi lesquelles :
Le sens littéraire de l’humour / Jean-Marc Moura. – Paris : Presses universitaires de France, 2010.
Rire et littérature : mélanges en l’honneur de Jean Serroy / textes rassemblés par Bernard Roukhomovsky. – Grenoble : Université Stendhal-Grenoble 3, 2005.
Rire et littérature / textes réunis par Joë Friedemann. – Saint-Denis (93526) : Presses universitaires de Vincennes, 1998. (N° de « Humoresques », 1998, n° 9)
Le rire et le roman / Mathieu Belisle. – Montréal : Presses de l’Université de Montréal, 2011
Rires et sourires littéraires / textes réunis par Alain Faure. – Nice : Association des publications de la Faculté des lettres de Nice, 1994.

  • De la même manière, saisissant dans l’index [Vedette matière] l’expression « Bandes dessinées — Histoire et critique », vous obtiendrez 171 références parmi lesquelles :

La bande dessinée : une littérature graphique / Thierry Groensteen. – Toulouse : Ed. Milan, 2005.
Réinventer la bande dessinée / Scott McCloud. – [Paris] : Vertige graphic, 2006.
Qu’est ce que la bande dessinée aujourd’hui ?. – Boulogne : Beaux-Arts éd., 2008.
Graphic novels : everything you need to know / Paul Gravett. – New York : Collins Design, 2005.

Concernant les rapports entre le rire et la santé une recherche similaire avec les expressions « Rire — Emploi en thérapeutique » et « Humour — Emploi en thérapeutique » vous signalera une vingtaine de références parmi lesquelles :
Santé du rire : humour et thérapies / textes réunis par Rémy Puyuelo. – Paris : CORHUM : CRIH, 2002. (N° de : « Humoresques », juin 2002, n° 16).
Le rire : la meilleure thérapie / Guy Samson. – Outremont (Québec) : Québecor, 2003.

Si vous le souhaitez vous pourrez ensuite poursuivre votre recherche en interrogeant les bases de données et les périodiques électroniques. Je vous suggère, dans ce cas, de vous adresser aux bibliothécaires de votre université qui pourront vous aider dans votre recherche et vous indiquer quelles sont les ressources électroniques auxquelles vous avez accès…

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr