Jean-Paul Sartre et le Judaïsme

Question:

Bonjour, je cherche les documents sur l’oeuvre de Jean-Paul Sartre à
réflexions sur la question juive. Pouvez-vous m’indiquer des sites, des
articles en ligne, des livres sur cet ouvre, s’il vous plait?

Mes respects,

Réponse :
sartre12
Bonjour,

Sur cette œuvre de Sartre, et plus largement sur la relation de Sartre au judaïsme, la littérature est abondante.

■ Si vous souhaitez resserrer votre recherche sur l’œuvre elle-même, je vous suggère de lancer une requête en recherche simple (intégral, tous mots), avec la chaîne de termes : Sartre + réflexions + question + juive, et son équivalent en anglais : Sartre + reflections + jewish + question :

– sur le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France (www.sudoc.abes.fr)
– sur les bibliographies en philosophie, Francis, Philosopher’s index, PhilPapers, et s’agissant de Sartre écrivain, sur les bibliographies spécialisées en littérature : MLA, Klapp-online
– sur les bouquets de revues en ligne, en priorité CAIRN et JSTOR.

■ Si vous vous engagez dans une recherche plus exhaustive, vous utiliserez sur les mêmes supports les termes : Sartre + juif/juifs/juive, Sartre + judaïsme, Sartre + antisémite/antisémitisme (éventuellement Sartre + philosémite).

Les résultats sont nombreux, en voici quelques-uns pour exemple :

– Sartre et les juifs, sous la direction d’Ingrid Galster, à la Découverte en 2005 (voyez aussi Sartre sous l’Occupation et après, par Ingrid Galster, chez l’Harmattan en 2014)
– Jean-Paul Sartre and the Jewish question, par Jonathan Judaken, chez University of Nebraska Press en 2006
– Mardi chez Sartre : un Hébreu à Paris (1967-1980), par Ely Ben-Gal, chez Flammarion en 1992
– Sartre antisémite ?, par Francis Kaplan, dans Commentaire n° 96, 4/2001
– Sartre, Levinas et les juifs, par Gérard Bensussan, dans les Temps modernes, n° 664, 3/2011
– Reflections on the Jewish question : a lecture, par Rosalind Krauss et Denis Hollier, dans October, n° 87, 1999 (p. 33-46)
– Sarte et les juifs, par Bernard-Henri Lévy, dans La Règle du jeu, n° 32, 09/2006.

Pour approfondir votre recherche, vous pouvez également :

– dépouiller les revues Etudes sartriennes (1782-3471) et Sartre studies (1357-1559, disponible en version imprimée ou électronique)
– consulter, compte tenu de sa trajectoire ultérieure, les échanges avec Sartre rapportés par Benny Lévy, voyez La Cérémonie de la naissance, chez Verdier en 2005, ou Pouvoir et liberté, chez Verdier en 2007.

Pour mémoire, je vous rappelle, car vous le connaissez sûrement, le texte de Céline, A l’agité du bocal, écrit en réponse au Portrait d’un antisémite, voyez pour une édition récente chez L’Herne en 2008 dans la collection Carnets (9782851976567).

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Les sociétés sont-elles hiérarchisables ?

Question :

Bonjour, je cherche ses lecture pour m’orienter dans la
préparation de cette khôlle. J’aimerais bien que vous m’indiquiez s’il vous
plaît des livres sur la société civile de philosophie politique, de
sciences humaines pour avoir des exemples… Merci beaucoup
Réponse : 
maxresdefault
Bonjour,

Vous souhaitez des références bibliographiques sur la société civile, vous interprétez donc votre sujet dans le sens d’une interrogation sur les principes et la critique des hiérarchies sociales. La littérature en ce domaine est particulièrement abondante.
Je vous suggère en premier lieu de revenir à quelques grands classiques de ce champ de réflexion.
– La République de Platon, avec l’ordonnancement de la cité à l’image des vertus
– Le Second discours, sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, de Rousseau, à compléter par Le Contrat social du même auteur
– Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société d’Auguste Comte, vous pouvez aussi relire plus succinctement la parabole de Saint-Simon
– La Distinction de Pierre Bourdieu
Ces textes ont été largement commentés. Pour le dernier par exemple, voyez : Trente ans après La distinction de Pierre Bourdieu, sous la direction de Philippe Coulangeon et Julien Duval, à La Découverte en 2013.

Si vous voulez approfondir vos références, je vous recommande d’utiliser les termes « hiérarchie », « mérite/méritocratie », « distinction/élite », « égalité/inégalité », « classe/domination », selon les aspects de la question qui vous intéressent, pour rechercher :
– dans les dictionnaires généraux, par exemple dans l’Encyclopaedia universalis, en passant par le thésaurus, une bibliographie figure systématiquement en fin d’article
– dans les dictionnaires de philosophie, par exemple l’Encyclopédie philosophique universelle. Tome II, Les Notions philosophiques
– dans les dictionnaires de science politique ou de sociologie, par exemple le Dictionnaire de philosophie politique de Philippe Raynaud et Stéphane Rials
Ou pour lancer des requêtes dans le SUDOC, www.sudoc.abes.fr, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, en combinant les termes et en ajoutant pour restreindre les résultats « philosophie », « social(es)/société/sociologie », ou « manuel », dans la recherche par mots du titre ou mots du sujet. Vous obtiendrez par exemple :
– Naissance de l’inégalité : l’invention de la hiérarchie durant la préhistoire, par Brian Hayden, aux éditions du CNRS en 2013
– Classes sociales et inégalités : stratification et mobilité, par Patrice Bonnewitz, chez Bréal en 2015
– Le Mérite contre la justice, par Marie Duru-Bellat, aux Presses de Sciences Po en 2009.

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Peut-on vouloir le mal ?

Question : 

Bonjour,

Pouvez-vous me guide autour de ce sujet : Peut-on vouloir le mal ?

Merci.

Réponse :

John_Henry_Fuseli_-_The_Nightmare

Bonjour,

Pour aborder votre sujet, je vous suggère en premier lieu de consulter quelques dictionnaires qui vous fourniront d’une part une vision structurée des problématiques en présence, d’autre part les références bibliographiques usuelles.

Voyez :

  • Encyclopédie philosophique universelle. II, Les Notions philosophiques, sous la direction de Sylvain Auroux, aux PUF, article « Mal » dans le tome 2, p. 1529.
  • Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, sous la direction de Monique Canto-Sperber, aux PUF, article « Mal » dans le volume 2, p. 1165 et p. 1175.
  • Notions de philosophie, sous la direction de Denis Kambouchner, chez Gallimard, article « Mal » dans le tome III, p. 151, par Francis Wolff.

Toujours pour une approche synthétique, vous pouvez vous tourner vers les manuels, comme Qu’est-ce que le mal ?, par Hélène Bouchilloux, chez Vrin dans la collection Chemins philosophiques. La notion était au programme des classes préparatoires en 2001, vous trouverez plusieurs manuels rédigés à cette occasion, par exemple Leçon philosophique sur le mal, par Frédéric Laupies, aux PUF dans la collection Major, ou Le Mal, par Guy Palayret et Frédérique Ildefonse chez SEDES dans la collection Théma-Prépas.

Voici quelques repères classiques dans l’histoire de la philosophie pour traiter le sujet. Si vous souhaitez avoir rapidement un choix de textes, vous pouvez vous référer à des anthologies, comme Le Mal, par Claire Crignon, chez Flammarion dans la collection GF. Corpus.

  • Ménon et Protagoras de Platon, autour de « nul n’est méchant volontairement », un commentaire dans La Doctrine platonicienne de la liberté, par Robert Muller, chez Vrin en 1997.
  • Questions disputées sur le mal (De malo) de Thomas d’Aquin, notamment autour de la notion de péché, un commentaire dans Thomas d’Aquin, Du mal, par Martin Kuolt chez l’Harmattan en 2009.
  • Les lettres à Mesland de Descartes, notamment celle du 9 février 1645 autour du libre arbitre et de la relation entre la volonté et l’entendement, un commentaire dans Descartes et la philosophie morale, par Denis Kambouchner, chez Hermann en 2009.
  • Essai sur le mal de Jean Nabert, avec un commentaire dans Jean Nabert, l’affirmation éthique, sous la direction de Stéphane Robilliard et Frédéric Worms, chez Beauchesne en 2010, ou Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal de Hannah Arendt, avec un commentaire dans Hannah Arendt : totalitarisme et banalité du mal, sous la direction d’Annabel Herzog, aux PUF en 2011.

Ce ne sont que quelques suggestions parmi bien d’autres, les réflexions sur la bonté naturelle de l’homme, voyez le mythe du « bon sauvage », voyez Rousseau dans le Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes, la littérature de Sade, voyez les analyses du sadisme et du masochisme dans l’Etre et le néant de Sartre, ou encore les réflexions de Nietzsche dans Par-delà le bien et le mal.

Vous pourrez compléter votre recherche, si nécessaire, en consultant le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France (www.abes.sudoc.fr), en utilisant dans la recherche avancée les critères « titre » ou « sujet », avec les termes « mal », «méchanceté », « cruauté », « péché » + « philosophie ». Les résultats étant fort nombreux, vous avez tout intérêt à les limiter par les filtres proposés, livres uniquement, langue française uniquement, date de publication récente. Vous identifierez par ce moyen, outre les références classiques, des essais qui peuvent retenir votre attention. Par exemple, La Cruauté : essai sur la passion du mal, par Michel Erman, aux PUF en 2009, ou L’Inhumain, par Nicolas Grimaldi, aux PUF en 2011.

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

 

Le Romantisme allemand comme courant philosophique et politique

Question : 

Bonjour,

Je suis à la recherche de travaux universitaires concernant le romantisme allemand ici entendu moins comme courant littéraire que comme courant philosophique et politique (Johann Gottfried Herder…). Je serais particulièrement intéressée par des travaux qui traiteraient le romantisme par le biais du nationalisme, de l’identité culurelle et peut-être plus spécifiquement du rapport à l’histoire. Les questions qui m’intéressent sont : que signifie « être un peuple » du point de vue romantique, que signifie « être fier de son histoire », etc. (Je m’intéresse également, mais dans une moindre mesure, aux réponses que « l’esprit des Lumières » fournirait à ces questions). Auriez-vous des pistes concernant cette recherche très ciblée ? Vous en remerciant par avance.

Réponse : 

Bonjour,

Avant de vous orienter vers des travaux universitaires, je vous invite à prendre connaissance des articles des encyclopédies et des dictionnaires. Si vous estimez que vos recherches sont déjà bien avancées, je vous renvoie au deuxième et troisième points de la réponse.

1. Encyclopédies

Encyclopaedia Universalis
– Henri PEYRE, Henri ZERNER, « ROMANTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/romantisme/

Routledge Encyclopedia of Philosophy
– Beiser, Frederick. ‘Romanticism, German’. Routledge Encyclopedia of Philosophy  [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. https://www.rep.routledge.com/articles/romanticism-german/v-1/
Ces articles généraux vous permettront de resituer et de recadrer la naissance et le développement du (des) romantisme(s) en Europe. Votre intérêt pour la conception française de la notion de « peuple » de même que sa distinction avec la conception allemande gagnerait en précisions historique et conceptuelle. J’attire tout particulièrement votre attention sur les bibliographies qui concluent les articles.

Pour consulter ces ressources en ligne, renseignez-vous auprès des bibliothèques que vous fréquentez pour obtenir les modalités d’accès.

RAYNAUD Philippe et RIALS Stéphane. Dictionnaire de philosophie politique. Paris : PUF, 1996. Collection « Quadrige »
Je vous renvoie à l’article “Romantisme politique ”pour une définition contextuelle du romantisme politique allemand, en particulier ses liens avec les autres partis politiques – le « conservatisme » et le « nationalisme » (« l’âme du peuple ») – ainsi qu’avec l’histoire et avec la société. Voir : “Romantisme politique ” > chapitre : « Le romantisme politique allemand » (pp. 685 – 687)

2. Catalogues de bibliothèques
–  L’indexation ou la définition des mots sujets
Pour vous garantir de meilleurs résultats, il importe de définir des mots clés concis et pertinents que vous pourrez utiliser chaque fois que vous consulterez un catalogue de bibliothèque ou tout autre moteur de recherches bibliographiques. Je vous conseille de conserver une liste des mots sujets que vous pourrez enrichir tout au long de vos recherches. Les notices bibliographiques du SUDOC ainsi que celles de tout autre catalogue de bibliothèques vous proposent une indexation Rameau. L’indexation « Rameau » renvoie à la classification professionnelle utilisée par les bibliothécaires français pour décrire le contenu intellectuel d’un ouvrage. Appuyez-vous sur cette dernière pour « rebondir » et obtenir sur d’autres références.
Pour votre sujet, je vous propose les sujets suivants :
« Idealisme allemand » and « philosophie politique »
« Idealisme allemand » and not « litterature »
« romantisme » and « peuple » not « litterature »
Pour obtenir une liste de résultats optimale, évitez d’accentuer les mots et utilisez la troncature (*) pour élargir vos recherches. L’ajout de la troncature en fin de mot permet de faire des recherches sur les notions en français et en anglais. Ainsi « romanti* » renvoie à la fois à romanticism(s), à romantisme(s), etc.

Ressources spécifiques en ligne : travaux de recherches

– Définition de mots sujets

Les ressources que vous allez consulter concentrent un nombre important de données anglophones. Aussi, évitez de construire vos recherches uniquement en langue française.
« german romanticism » and « politic* » / « german romanticism » and « philosophy »
« german romanticism » and « nationalism »
“romanti*” and “peuple” / “identit*” and “people »/ “romanti*” and “identit*”

Pour l’ensemble des ressources, vous pourrez construire vos recherches à l’aide des sujets ci-dessus.

– Jstor et ASP
Pour lire des articles en ligne, je vous invite à parcourir les bases Jstor et ASP.
Ces 2 ressources sont des bases d’articles en texte intégral. La recherche avancée vous propose de filtrer votre recherche par type de document et par langue. Mais je vous conseille de lancer une recherche globale avant de filtrer les résultats. > Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque universitaire pour savoir si elle a souscrit aux abonnements de ces ressources.

Philpapers est une base de données bibliographiques développées et mise à jour par une communauté de chercheurs en philosophie. Elle intègre de plus en plus d’articles en texte intégral et édite des bibliographies thématiques approfondies.

– Theses.fr est un moteur de recherche qui donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral des thèses de doctorat en préparation et soutenues en France.

Hal-SHS : l’archive ouverte HAL-SHS, Hyper Article en Ligne – Sciences de l’Homme et de la Société, est une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la recherche dans les disciplines des Sciences de l’Homme et de la Société. HAL-SHS est basée sur les principes du libre accès et de l’autoarchivage.

Pour toute autre précision, n’hésitez pas à revenir vers le service Rue des Facs.

Bibliothèque de philosophie – Paris 1 Sorbonne
http://www.paris-sorbonne.fr/bibliotheque-generale-de
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Quelle est la différence principale entre le bouddhisme et le taoïsme ?

Question : 

Bonjour,

Quelle est la différence principale entre le bouddhisme et taoïsme ?

Cordialement,

Réponse : 

by Gisling CC - Yungang Grottos
A zaojing depicting a taijitu surrounded by the bagua by Kunwi -  CC

Madame,

Répondre à votre question, « Quelle est la différence principale entre le bouddhisme et taoïsme ? », est rien moins qu’évident.

Le taoïsme et le bouddhisme diffèrent profondément ; la liste de leurs points communs serait nettement moins longue que celle de leurs différences. Peut-être ont-ils en commun l’impermanence mais sinon ce ne sont ni les mêmes systèmes de pensée, ni les mêmes cosmologies, ni les mêmes rites, ni les mêmes religions ; leurs buts diffèrent tout comme leur conception de l’homme ou du sacré. Et ni le bouddhisme ni le taoïsme ne sont unifiés : maintes écoles se côtoient et évoluent différemment au fil du temps et de leur localisation. Si le Japon a tenté un syncrétisme des deux, vous remarquerez que chacun a ses préférences en fonction des moments de la vie, les fêtes gaies penchant plutôt du côté du taoïsme quand les événements tragiques font se tourner vers le bouddhisme.

■ Afin de vous permettre de mieux comprendre ces deux « écoles », je vous propose de commencer par lire les articles de l’Encyclopedia universalis, facilement consultables par le biais de votre centre documentaire :

– Schipper Kristofer, « Taoïsme », Encyclopedia universalis, 14 ff.
– Bareau André, Naudou Jean, Bechert Heinz, « Bouddhisme (histoire) », Encyclopedia universalis, 27 ff.
– Filliozat Jean [et al.], « Bouddhisme (les grandes traditions) », Encyclopedia universalis, 54 ff.
– Grégory Claude, « Zen », Encyclopedia universalis, 28 ff.

■ Vous trouverez également de quoi alimenter votre réflexion dans les ouvrages suivants :

– Droit Roger-Paul (dir.), Philosophies d’ailleurs, t. 1, Les Pensées indiennes, chinoises et tibétaines, Paris, Hermann, 2009.
– Russ Jacqueline (dir.), Histoire de la philosophie, t. 1, Les Pensées fondatrices, Paris, Armand Colin, 2004.
– Lacrosse Joachim (dir.), Philosophie comparée, Grèce, Inde, Chine, Paris, Vrin, 2005.
– Golliau Catherine (dir.), Les Religions d’Asie : hindouisme, bouddhisme, taoïsme : les textes fondamentaux commentés, Paris, Tallandier, 2006.
– Javary Cyrille, Les Trois Sagesses chinoises : taoïsme, confucianisme, bouddhisme, Paris, Albin Michel, 2012.
– Lavis Alexis, L’Espace de la pensée chinoise : confucianisme, taoïsme, bouddhisme, Escalquens, Oxus, 2010.
– Amis d’Hermès (dir.), Le Maître spirituel dans les grandes traditions d’Occident et d’Orient, Bruxelles, Hermès, 1967.

■ Spécifiquement sur la tradition japonaise, je vous signale plus particulièrement :

– Watts Alan, Le Bouddhisme zen, trad. Pierre Berlot, Paris, Payot, 1972.
– Hoover Thomas, L’Expérience zen, trad. Nelly Lhermillier & Marc de Smedt, Paris, Albin Michel, 1989.
– Yan Chan, La Voie du bambou, Paris, Almora, 2008.
– Bodhidharma, Le Traité de Bodhidharma, trad. Bernard Faure, Paris, Le Mail, 1986.

Vous pourrez aisément localiser les bibliothèques qui possèdent ces ouvrages en utilisant le sudoc (http://www.sudoc.abes.fr/. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires.)

Si ce domaine vous intéresse particulièrement, le centre documentaire de la Bulac me paraît le plus indiqué : http://www.bulac.fr/.

En espérant que cette réponse vous permettra d’avancer dans « la voie », je me tiens à votre disposition pour de plus amples renseignements.

Bibliothèque de l’UFR de philosophie
http://www.paris-sorbonne.fr/bibliotheque-generale-de
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

L’absence de raison peut-elle être un principe ?

Question : 

Bonjour,

Étudiante en L2 Philosophie/Science Politique, il m’a été donnée une dissertation dont l’intitulé est le suivant : « l’absence de raison peut-elle être un principe ? », en philosophie générale.

Auriez vous une idée de la documentation sur laquelle je pourrais m’appuyer, des auteurs, hormis Heidegger, qui ont traité le sujet ?

Merci d’avance pour votre réponse,

Cordialement,

Réponse : 

Adam Jones (CC)

Bonjour,

► Je vous engage en premier lieu à consulter dans les dictionnaires et manuels de philosophie les articles « raison », « rationalité », « rationalisation », « rationalisme », « irrationnel », ainsi que les bibliographies qui les accompagnent.

■ Voyez par exemple L’Encyclopédie philosophique universelle. II, Les Notions philosophiques ou le Vocabulaire technique et critique de la philosophie, dirigé par André Lalande, ou le Dictionnaire de la philosophie extrait de l’Encyclopaedia universalis, publié chez Albin Michel.

■ Voyez dans la collection Que sais-je ? aux Presses universitaires de France,
L’Irrationnel par Françoise Bonardel,
La Raison par Bertrand Saint-Sernin,
La Rationalité par Raymond Boudon,
Notions de philosophie, dirigé par Denis Kambouchner chez Gallimard, au tome II, l’article d’Alain Petit « La rationalité ».

► Vous trouverez nombre d’autres références en interrogeant le SUDOC (www.sudoc.abes.fr), catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, en employant les mêmes termes en mot du titre ou en mot sujet.

► Pour le reste,  le service Rue des facs n’a pas vocation à traiter des sujets de dissertation. Il vous revient de dégager de la question qui vous est posée des problématiques pour obtenir en retour des références bibliographiques circonscrites.

Voici quelques pistes, à titre d’exemples :

  • Le tragique. La raison opposée au caractère fondamentalement irrationnel de l’être et de l’existence. Relisez par exemple Œdipe de Sophocle, voyez Nietzsche, La Naissance de la tragédie, voyez Clément Rosset, La Philosophie tragique, aux Presses universitaires de France.
  • Le calcul. Critique de la raison comme calcul qui aveugle ou corrompt, corruption de l’instinct, ou de la vertu, ou des sentiments, ou de la foi, donnés droits et vrais par nature. Relisez par exemple Les Déracinés de Maurice Barrès, voyez Rousseau, Le Discours sur les sciences et les arts ou la Nouvelle Héloïse, voyez La Docte ignorance de Nicolas de Cues, voyez Nietzsche, La Généalogie de la morale, voyez Pascal et son célèbre « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ».
  • L’acte gratuit. La gratuité conçue comme forme suprême de la liberté, manifestation extrême du libre arbitre. Relisez par exemple Les Caves du Vatican d’André Gide, voyez chez Descartes les subtiles relations entre volonté et entendement (commentaires dans Descartes et la philosophie morale, par Denis Kambouchner chez Hermann) ou le fameux argument de l’âne de Buridan.

Cordialement

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

L’Humain et la Personne juridique

Question : 

Madame, Monsieur,

Dans le cadre d’un mémoire dans le domaine de l’éthique, j’étudie la notion de personne humaine en lien avec la notion de personne juridique, en me demandant s’il y a une distinction entre les deux, et, le cas échéant, en m’interrogeant sur la pertinence de cette distinction.
Pourriez-vous m’indiquer des références d’ouvrages et de travaux abordant ces sujets ?

Merci d’avance.

Réponse : 

Justice - Dublin

Bonjour,

Avant de vous proposer des ressources portant sur les notions de « personne juridique » et de « personne humaine», je vous invite à vous tourner vers les outils d’informations générales et de vous arrêter sur la notion de « personne ». Dans un deuxième temps seulement, je vous propose de consulter les bases bibliographiques et les catalogues afin de trouver des références plus précises sur l’idée de personne « humaine » et / versus « juridique ». Votre sujet m’amène à vous suggérer enfin des références en lien avec les domaines d’éthique appliquée tels que la bioéthique, la médecine ou l’économie.

1. Étymologie et évolution sémantique de la notion de « personne »,
Je vous recommande la lecture de la définition de la notion de « personne » dans un dictionnaire de philosophie puis de celle de l’article « Personne » dans l’Encyclopaedia Universalis.
– Dictionnaire de philosophie. Ouvrage coordonné par Jean-Pierre Zarader. Paris : Ellipses, 2014.
– Henry DUMÉRY, Nicole SINDZINGRE, « PERSONNE », Encyclopædia Universalis [disponible en ligne]
J’attire tout particulièrement votre attention sur la bibliographie qui conclue l’article. Elle vous permettra de rebondir sur la mention de nouvelles références en lien avec la notion de personne.
– HOUSSET Emmanuel, La vocation de la personne. L’histoire du concept de personne de sa naissance augustinienne à sa redécouverte phénoménologique, Paris, Presses Universitaires de France « Épiméthée », 2007, 528 pages. Cet ouvrage est disponible en ligne sur le portail CAIRN.

Cairn est un portail internet mis en place par quatre maisons d’édition (Belin, De Boeck, La Découverte et Erès), qui regroupe des publications francophones en sciences humaines et sociales.

2. « Personne humaine » versus « personne juridique »
Sur la notion de « personne morale » et l’idée de respect de l’homme en tant que « fin en soi », je vous renvoie à la lecture de Kant en particulier, les deux références ci-dessous :
– KANT. Anthropologie du point de vue pragmatique, 1798 (Paris : Vrin, 2011 ; traduit par Michel Foucault)
– KANT. Fondements de la métaphysique des mœurs (Paris : J. Vrin, 2004 ; trad. par Alexis Philonenko et Victor Delbos)
Concernant la personne humaine reconnue comme « personne juridique », à savoir comme un sujet ayant des droits et des devoirs, je vous propose de lire l’article de J. F. Kervéghan sur « les droits de l’homme » dansNotions de philosophie (Tome II) en lien avec celui de Jocelyn Benoist sur « la subjectivité ».
– KAMBOUCHNER Denis (dir.). Notions de philosophie. II. Paris : Gallimard, 1995.
– Le documentaire (disponible dans un coffret de 8 DVD) de Thomas LACOSTE, Penser critique, aux éditions de Montparnasse, propose une série d’entretiens avec des philosophes, des sociologues, des juristes, des magistrats, des médecins et des historiens. Je vous renvoie en particulier au DVD n°8 sur « Justice et libertés ».

La recherche dans les catalogues de bibliothèques, celui du SUDOC, celui de votre université mais également celui de la BIS, vous permettra de construire une liste de références et d’affiner vos recherches.

Je vous propose de chercher des références grâce aux mots clés suivants : « person* » AND « juridi* » PUIS « person* » AND « human* ». L’ajout de la troncature en fin de mot permet de faire des recherches sur les notions en français et en anglais. Ainsi « person* » renvoie à la fois à personne(s), à person(s), à « personnalité(s) ».
Dans le Sudoc, vous pourrez ainsi retrouver les références suivantes :
– MOINE-DUPUIS, Isabelle. Essai sur les fondements d’un droit international de la personne humaine juridique. Paris : LexisNexis, 2014.
Je vous recommande également la consultation de Thèses.fr en saisissant les mots clés suivants : « personne [AND] humaine [AND] juridique ». Je souligne les deux thèses ci-dessous :
– MBALA MBALA Félicité. La notion philosophique de dignité à l’épreuve de sa consécration juridique, 2007 [accessible en ligne]
– LEVY Catherine, La personne humaine en droit, 2000.

Thèses.fr est un moteur de recherche qui donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral des thèses de doctorat en préparation et soutenues en France.

Pour retrouver des articles en ligne, je vous conseille de consulter la base de données JSTOR ainsi que CAIRN.
Dans JSTOR, les mots clés « person* human* juridi* » vous permettront de lire :
– OHLIN Jens David. “Is the Concept of the Person Necessary for Human Rights?”, Columbia Law Review, Vol. 105, No. 1 (Jan., 2005), pp. 209-249
– Mc HUGH James. “What Is the Difference between a « Person » and a « Human Being » within the Law”, The Review of Politics, Vol. 54, No. 3, Special Issue on Public Law (Summer, 1992), pp. 445-461

JSTOR est une bibliothèque universitaire virtuelle d’archives de plus de 1000 périodiques académiques, pour la plupart en anglais, dans les disciplines suivantes : anthropologie, études asiatico-américaines, afro-américaines, écologie, économie, éducation, finances, histoire, littérature, mathématiques, philosophie, sciences politiques, sociologie, statistiques. L’accès à JSTOR se fait sur abonnement. Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque universitaire pour savoir si elle y a souscrit.

3. Considérations éthiques, dignité humaine et éthique appliquée
Autour de la notion de « dignité humaine », je vous invite à consulter :
– NODE-LANGLOIS, Michel. Personne, qui es-tu ? Paris : les Presses de l’IPC, 2014
– Les ouvrages de Mireille DELMAS- MARTY dont une recherche dans le SUDOC vous permettra de mieux cerner le travail et les angles de recherches. Vous retrouverez ainsi la publication issue de l’Université d’été de l’IHEST surSciences et société : les normes en question dont le deuxième chapitre pourrait vous intéresser.

Pour aller plus loin, vous pouvez également, continuer vos recherches en saisissant les mots clés : « person* » AND « ethi* ». Puis concernant les enjeux éthiques dans le domaine médical par exemple, je vous invite à saisir la recherche suivante : « medecine » AND « personne humaine » AND « juridique » dans le SUDOC, Thèses.fr mais aussi dans les bases d’articles en ligne tels que JSTOR et CAIRN.

En espérant avoir répondu à votre demande, n’hésitez pas à revenir vers le service « Rue des facs » pour plus de précisions,
Cordialement,

Bibliothèque Victor Cuzin de Paris 1
http://www.univ-paris1.fr/bibliotheques/trouver/une-bibliotheque/bibliotheque-cuzin/
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

L’être humain doit-il se définir en opposition avec la nature ?

Question : 

Bonjour,

Dans le cadre d’un cours de « Philosophie de l’esprit » (étude du dualisme âme / corps, théories naturalistes, etc) on m’a assigné un sujet de dissertation : « L’être humain doit-il se définir en opposition avec la nature ? »

Je voulais savoir si vous aviez des recommandations bibliographiques ou autres qui correspondent précisément avec mon sujet.

Pour vous donner une idée, je pense utiliser des références comme Par delà nature et culture de Philippe Descola, des textes de Quine ou encore Introduction aux sciences cognitives de Dan Sperber.

Merci beaucoup pour votre aide.

Réponse : 

Bonjour,

Le service « Rue des facs » ne traitant pas les dissertations, il vous revient de dégager les problématiques de votre sujet et les orientations que vous souhaitez donner à votre recherche.

Je vous invite tout d’abord à consulter les documents de références tels que les articles d’encyclopédie, les œuvres critiques et les dictionnaires de notions de philosophie. Ainsi vous pourriez consulter les articles ci-dessous :

– Encyclopædia Universalis [ressource accessible en ligne]

L’Encyclopædia Universalis papier ou en ligne (sur abonnement) est l’encyclopédie généraliste française de référence pour une première recherche. Cette encyclopédie a l’intérêt d’être rédigée par des spécialistes et donc de proposer des informations fiables et validées. Consultez votre bibliothèque pour en connaître les modalités d’accès.

  • Françoise ARMENGAUD, « CULTURE – Nature et culture »
  • Paul RICŒUR, « LIBERTÉ », cf. chapitre sur « l’antinomie de la liberté et de la nature »
  • Bernard GUILLEMAIN, « COMTE AUGUSTE – – (1798-1857) », cf. chapitre sur « de la nature humaine à l’ordre social »

J’attire tout particulièrement votre attention sur les bibliographies qui concluent chacun des articles. Ces bibliographies vous permettront de relire votre sujet à la lumière d’auteurs différents que ceux que vous citez sans pour autant les exclure.

– Notions de philosophie, Tome I, sous la direction de Denis Kambouchner, Gallimard (1995), l’article de Catherine Chevalley sur « Nature et loi dans la philosophie moderne » ainsi que celui de Max Marcuzzi sur « Le genre humain »

– Dictionnaire de la philosophie, préf. d’André Comte-Sponville, Albin Michel (2000), définition « nature & culture »

Concernant le sources, je vous propose de consulter les textes d’auteurs classiques ci-dessous en privilégiant les œuvres commentées.

– ARISTOTE, Ethique à Nicomaque

Le bonheur avec Aristote : éthique à Nicomaque livres Ier, II & X, trad. de J.F. Thuriot, cop. 2011

– ROUSSEAU, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes

Il existe plusieurs éditions de ce texte. Vous trouverez une édition commentée par J.F. Braunstein dans la collection « Les Intégrales de philo », publiée chez Nathan, 2010.

Je vous conseille également l’essai critique de Victor Goldschmidt, Anthropologie et politique : les principes du système de Rousseau, paru chez Vrin, 1983.

– HOBBES, Leviathan

L’édition proposée par les éditions Gallimard dans la collection « Folioplus classiques. Philosophie » : Léviathan : chapitres 13 à 1 (n°111), publiée en2007,contient un dossier et des notes replaçant l’œuvre dans l’histoire des idées

Mais aussi sur la pensée de Hobbes, voir l’ouvrage éponyme de Benoît Spinosa, Hobbes, édité aux éditions des Belles Lettres, 2014.

– KANT, Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique

L’édition proposée par les éditions Gallimard dans la collection « Folioplus classiques. Philosophie » : n°166, publiée en 2011, propose un dossier pédagogique.

– MERLEAU-PONTY, La phénoménologie de la perception, Gallimard, collection« Tel », 1976.

L’introduction à la phénoménologie de Jean-Toussaint Desanti, paru chez Gallimard en 1994 pourra vous aider à penser votre sujet sous l’angle de la phénoménologie.

– SARTRE, L’existentialisme est un humanisme

L’éditeur Ellipses a publié Sartre, L’existentialisme est un humanisme, L’être et le néant, en 2013. Cette édition propose une analyse des notions essentielles utilisées par le philosophe.

Concernant l’opposition nature/culture replacée dans une réflexion contemporaine, vous proposez de citer Philippe Descola, Par delà la nature et la culture (Gallimard, 2005). Je vous invite à prendre connaissance de cet autre titre : L’écologie des autres, paru aux Editions Quæ, 2011. En particulier, je vous recommande la lecture du chapitre, « L’écologie des autres : L’anthropologie et la question de la nature ». Ce chapitre est disponible en ligne sur la ressource CAIRN à l’adresse suivante : www.cairn.info/l-ecologie-des-autres–9782759209118-page-9.htm

Pour traiter votre sujet, la consultation de Cairn est tout indiquée. Cairn est un portail internet mis en place par quatre maisons d’édition (Belin, De Boeck, La Découverte et Erès), qui regroupe des publications francophones en sciences humaines et sociales.

Vous pourriez également vous arrêter sur la réflexion d’Etienne Bimbenet à travers l’ouvrage L ‘animal que je ne suis plus, publié aux éditions Gallimard dans la collection Folio. Essais (n°554), en 2011. Etienne Bimbenet est également l’auteur de L’ origine animale : une question philosophique, paru en 2011. Dans cet ouvrage qui constitue la thèse rendue pour obtenir son habilitation à diriger des recherches, l’auteur s’interroge sur l’origine animale de l’homme à partir des réflexions merleau-pontiennes.

Au sujet de Quine, l’ouvrage de Sandra Laugier, L’anthropologie logique de Quine, paruchez Vrin, 1992, pourrait vous apporter une éclairage précieux.

Enfin, la référence à L’enfant sauvage de Lucien Malson mais également l’éclairage par des références autres que strictement philosophiques (littéraires, cinématographiques) pourraient enrichir votre dissertation. Le film de François Truffaut, L’enfant sauvage, réalisé en 1969 pourrait peut-être servir d’illustration pour une présentation à l’oral ( ?).

Je vous conseille d’interroger en priorité le catalogue courant de votre bibliothèque afin de vérifier la disponibilité et la cote de l’ouvrage qui vous intéresse.

Pour retrouver l’ensemble de ces références, je vous conseille d’interroger le Sudoc http://www.sudoc.abes.fr. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Si vous souhaitez recentrer votre travail sur la philosophie de l’esprit et l’approche cognitive, vous pouvez approfondir vos recherches en saisissant les mots clés suivants : « nature » + « homme » + « esprit » / « psychologie » + « nature » + « homme ».

Je vous conseille également d’interroger « Francis », base de données bibliographiques couvrant la littérature mondiale en sciences humaines et sociales depuis 1984. Cette base analyse de plus de 4000 périodiques, ouvrages et principaux rapports et actes de conférences du domaine.

Pour toute information complémentaire ou précisions, n’hésitez à revenir vers nous.

Cordialement,

SCD de l’Université Paris 1 – Bibliothèque Cuzin
http://www.univ-paris1.fr/bibliotheques/trouver/une-bibliotheque/bibliotheque-cuzin/
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Nature et bonheur au XVIIIe siècle

Question : 

Bonjour,

Je suis à la recherche des ouvrages concernant « nature et bonheur », en particulier au XVIIIe siècle.

Merci.

Réponse : 

Bonjour,

Je vous recommande en premier lieu de consulter les articles « nature » et « bonheur » dans les ouvrages de référence car la présentation des concepts comporte en général un volet historique. Voyez par exemple « bonheur » et « nature » dans l’Encyclopédie philosophique universelle, publiée au Presses universitaires de France, le volume 2 intitulé Les Notions philosophiques, ainsi que dans le Dictionnaire d’éthique et de philosophie morale, également aux Presses universitaire de France, sous la direction de Monique Canto-Sperber. Vous trouverez une même approche, à la fois historique et conceptuelle dans des manuels comme Le Bonheur, sous la direction d’Alexander Schnell, chez Vrin en 2006, dans la collection Thema.
Pour contextualiser les deux termes, vous pouvez consulter par ailleurs les articles « bonheur » et « nature » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Sur votre sujet précisément, deux études classiques :
L’Idée de nature en France dans la première moitié du XVIIIe siècle, par Jean Ehrard, chez Albin Michel en 1994, dans la collection Bibliothèque de l’évolution de l’humanité.
L’Idée de bonheur dans la littérature et la pensée française au XVIIIe siècle, par Robert Mauzi, chez Albin Michel en 1994, dans la collection Bibliothèque de l’évolution de l’humanité.
Voyez aussi :
Les Lumières et l’idée de nature, sous la direction de Gérard Chazal, aux Editions universitaires de Dijon en 2011.
Le Sentiment de la nature en France, par Daniel Mornet, réimprimé chez Slatkine en 2000.
La Nature, dossier thématique publié par la revue Dix-huitième siècle dans son n°45 en 2013.

Vous devriez vous intéresser aux deux thématiques suivantes :
– « L’état de nature » et les polémiques qu’il soulève au XVIIIe siècle, voyez la question dans Anthropologie et politique : les principes du système de Rousseau, par Victor Goldschmidt, chez Vrin en 1974.
– Le « bon sauvage » et l’usage qui est fait de cette construction au XVIIIe siècle, voyez par exemple Louis-Armand de Lom d’Arce, baron de Lahontant : l’inventeur du bon sauvage, par Christian Desplat, chez Gascogne en 2012.

Trois auteurs peuvent retenir particulièrement votre attention :
– Rousseau, à la fois pour son anthropologie, voyez le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes et pour ses réflexions sur une éducation naturelle, voyez Rousseau, nature, and the problem of the good life, par Laurence D. Cooper, chez Pennsylvania State University Press en 1999, ou Eduquer selon la nature : seize études sur « Emile » de Rousseau, sous la direction de Claude Habib, chez Desjonquères en 2012.
– Bernardin de Saint-Pierre, voyez ses Etudes de la nature, éditées par Colas Duflo, aux Publications de l’Université de Saint-Etienne en 2007, ou le dossier que lui a consacré la Revue d’histoire littéraire de la France, dans son n°5 de 1989.
– Diderot, tant pour son recours à l’image du bon sauvage que pour sa vision matérialiste du bonheur humain, voyez l’introduction au Supplément au voyage de Bougainville, 1773, publiée par Laurence Rauline, chez Hatier en 2013, dans la collection Classiques et Cie, voyez ses Eléments de physiologie, publié par Paolo Quintili, chez Champion en 2004.

Vous recueillerez d’autres références en consultant le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, et FRANCIS, bibliographie en sciences humaines du CNRS, si vous recherchez par la combinaison des termes suivants : « nature » ET « bonheur », « nature » ET « lumières », « nature » ET « XVIIIe » (18e, dix-huitième), « bonheur » ET « lumières », « bonheur » ET « XVIIIe » (18e, dix-huitième), « état de nature » ET « bonheur », « bon sauvage ».

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Que faut-il pour faire un monde ?

Question :

Sujet de dissertation de philosophie : Que faut-il pour faire un monde ?

Réponse :

Le service Rue des facs n’a pas vocation à fournir des corrigés de dissertation.

Voici quelques pistes bibliographiques pour vous aider à aborder votre sujet.
Je vous renvoie en premier lieu à l’article « monde » dans l’Encyclopaedia universalis, rédigé par Jean Ladrière, et de même dans l’Encyclopédie philosophique universelle. II, Les Notions philosophiques : dictionnaire, p. 1671-1676 (bibliographie p. 1672).

Deux ouvrages de synthèse :
Qu’est-ce qu’une conception du monde ?, par Christian Berner, chez Vrin en 2006, dans la collection Chemins philosophiques
Introduction à la cosmologie, par Jean Heidmann, aux Presses universitaire de France en 1973, ou Initiation à la cosmologie, par Marc Lachièze-Rey, chez Dunod en 2013

La référence à Leibniz paraît incontournable. Voyez le Discours de métaphysique, suivi de Monadologie, édition établie par Marcel Fichant, chez Gallimard en 2004, dans la collection Folio. Essais. Un commentaire dans : Le Meilleurs des mondes possibles : mathématiques et destinée, par Ivar Ekeland, au Seuil en 2000. Il en va de même pour Fontenelle. Voyez les Entretiens sur la pluralité des mondes, édition établie par Christophe Martin, chez Flammarion en 1998, dans la collection GF.

Pour approfondir, concernant la cosmologie :
Cosmologie et philosophie, par Michel Ambacher, chez Aubier en 1967
Etudes de cosmologie philosophique, sous la direction de Michel Bastit, chez l’Harmattan en 2013
Le Système du monde, par Pierre Duhem, chez Hermann en 1988 (l’ensemble compte 10 volumes, voyez les propos liminaires)
Galilée et Kepler : philosophie, cosmologie et théologie à l’époque de la Contre-Réforme, par Massimo Bucciantini, aux Belles lettres en 2008

Pour approfondir, concernant la pluralité des mondes :
De la pluralité des mondes, par David Lewis, chez Eclat en 2007
La Pluralité des mondes de Lewis, par Jacques Roubaud, chez Gallimard en 1991
Les Mondes possibles, sous la direction de Jean-Christophe Bardout et Vincent Jullien, aux Presses universitaires de Caen en 2006, n° 42 des Cahiers de philosophie de l’Université de Caen

Ce champ d’interrogation a aussi été renouvelé récemment par la notion de « monde virtuel ». Voyez, entre beaucoup d’autres, Philosophie de l’écran : dans le monde de la caverne, par Valérie Charolles, chez Fayard en 2013.

Vous trouverez d’autres références en consultant le SUDOC (www.sudoc.abes.fr), catalogue collectif des bibliothèques universitaire de France.

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

L’Homme et la machine

Question : 

Bonjour,

Pouvez-vous m’aider à déblayer ce sujet de philosophie : L’homme et la machine ?

Merci.

Réponse :

Bonjour,

Voici, en premier, quelques ouvrages de synthèse en philosophie de la technique, champ dont relève votre sujet :
– La Philosophie de la technique, par Jean-Yves Goffi, aux Presses universitaires de France en 1988, dans la collection Que sais-je ?.
– La Technique, par Jean-Pierre Séris, aux Presses universitaires de France en 2013, dans la collection Quadrige.
– Penser la technique, sous la direction de Thomas Ferenczi, chez Complexe en 2002.

Quelques références, devenues des classiques sur la question :
– Milieu et techniques, par André Leroi-Gourhan, chez A. Michel en 1992.
– Du mode d’existence des objets techniques, par Gilbert Simondon, chez Aubier en 2012, dans la collection Philosophie.
– Machine et humanisme, par Georges Friedmann, chez Gallimard en 1955 (du même auteur, Sept études sur l’homme et la technique, chez Denoël en 1966, dans la collection Médiations, et voyez aussi : Georges Friedmann, Problèmes humains du machinisme industriel : les débuts de la sociologie du travail, par Thierry Pillon, chez Ellipses en 2009, dans la collection Lire.
– Principes d’une philosophie de la technique, par Ernst Kapp, chez Vrin en 2007 dans la collection Pour demain (dans la même collection, vous trouverez Regards sur les technosciences, sous la direction de Jean-Yves Goffi, en 2006).

Si vous vous intéressez plutôt à la vision mécaniste de la nature et de l’homme qui se développe au XVIIe et XVIIIe siècles, relisez en priorité : L’Homme-machine, par La Mettrie, chez Gallimard en 1999, dans la collection Folio. Essais. Vous pourrez approfondir avec : L’Homme-machine et ses avatars : entre science, philosophie et littérature, XVIIe-XXIe siècles, sous la direction de Marc Atallah, chez Vrin en 2012, dans la collection Pour demain, ou L’Homme, l’animal et la machine : perpétuelles redéfinitions, par Georges Chapoutier et Frédéric Kaplan, aux éditions du CNRS en 2011.

Si vous préférez une approche historique, sur l’essor du machinisme et les résistances qu’il sucite, voyez par exemple : Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), par François Jarrige, aux Presses universitaires de Rennes en 2009.

Le sujet suscite une importante littérature dans le champ de l’ergonomie, qui ne problématise pas la présence de la machine mais approfondit la réflexion sur le dialogue entre l’homme et la machine. Voyez entre beaucoup d’autres : Ergonomie des systèmes homme-machine : conception et coopération, sous la direction de Patrick Millot, chez Hermès science en 2013.

Quelques pistes supplémentaires :
– Machinisme et philosophie, par Pierre-Maxime Schuhl, aux Presses universitaires de France en 1969.
– Le Rêve et la machine : technique et existence, par Jean Brun, à la Table ronde en 1992.
– Les Sens de l’évolution technique, par Xavier Cuchet, chez Léo Scheer en 2005.

Vous collecterez d’autres références en consultant le SUDOC (www.abes.sudoc.fr), catalogue collectif des bibliothèques universitaires de France, en utilisant les requêtes : « homme » ET « machine », « machinisme », « technique » ET « philosophie », ou « technique » ET les différents aspects recherchés dans la question, par exemple « humanisme », « aliénation » etc.

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Doit-on nécessairement opposer fabriquer et penser ?

Question : 

Doit-on nécessairement opposer fabriquer et penser ?

Réponse : 

Bonjour,

« Rue des facs » est un service d’information bibliographique, il n’est pas destiné à traiter des sujets de dissertation. Il vous revient d’analyser la question, puis de formuler une demande pour des recherches bibliographiques précises.

Ainsi, pour le problème que vous soulevez, vous pouvez solliciter :

– La réflexion d’Aristote sur le travail des esclaves, voyez par exemple L’Esclave dans la cité : Aristote, éthique et politiques, par Guillaume Vannier, chez l’Atelier de l’archer en 1999, et la distinction conceptuelle entre praxis, poïesis et tekhnè.

– La dialectique du maître et de l’esclave chez Hegel, voyez par exemple Les Premiers combats de la reconnaissance : maîtrise et servitude dans la Phénoménologie de l’esprit de Hegel, par P-J. Labarrière et G. Jarczyk, avec le développement de l’histoire du côté de l’esclave qui se confronte à la matière.

– Les réflexions de Bergson sur l’intelligence et l’outil, voyez par exemple L’Evolution créatrice, dans l’édition d’A. François, collection Etudes et commentaires, chez Vrin en 2010.

– Les développements des anthropologues sur la main, voyez par exemple Milieu et techniques, par A. Leroi-Gourhan, chez Albin Michel en 1992.

– La critique de l’aliénation du travail par la marchandisation de son produit, voyez par exemple Philosophie, par K. Marx, collection Folio. Essais, chez Gallimard en 1994.

– La critique de l’aliénation du travail par la technique et la machine, voyez par exemple les analyses de Proudhon ou Fourier : Le Temps des prophètes : doctrines de l’âge romantique, par P. Bénichou, chez Gallimard en 1977 ; la dénonciation du taylorisme opposé au savoir-faire artisanal, Taylor et le taylorisme, par M. Pouget, collection Que sais-je ?, aux Presses universitaires de France en 1998 ; voyez les travaux de G. Friedmann, par exemple Sept études sur l’homme et la technique, chez Denoël en 1966.

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

La Doctrine économique individualiste ou le système de la liberté naturelle – 1899-1900

Question : 

Bonjour,

Je suis élève en doctorat d’histoire économique, à la faculté d’économique et de droit, à l’Université de Cork, Irlande ( www.ucc.ie ).
Je recherche des informations sur Auguste DESCHAMPS, en particulier ses lectures 1899-1900, référencées par Albert SCHATZ dans son livre paru en 1907 :
L’Individualisme économique et social : ses origines, son évolution, ses formes contemporaines, Librairie Armand Colin, Paris, 1907.

Schatz écrit page 558 {L’Individualisme économique et social ses origins,1907, Paris} ;
Dès 1899-1900, M. Aug. Deschamps, dans son excellent enseignement donne à la Faculté de Droit de Paris, choisissait pour sujet d’un cours de Doctorat : Les Doctrines économique contemporaines et consacrait une 1ère partie à La Doctrine individualiste ou système de la liberté naturelle. Histoire de sa formation. Sa structure actuelle.

Est ce que les enseignements donnés par Auguste DESCHAMPS entre 1899 -1900 sont dans votre bibliothèque ?

Merci pour votre assistance

Réponse : 

Bonjour,

En faisant une recherche sur le catalogue de la bibliothèque Cujas, http://bcujas-primo.univ-paris1.fr/ avec pour nom d’auteur « Auguste Deschamps », on trouve plusieurs de ses cours dispensés à la faculté de droit de Paris, notamment « L’enseignement de l’histoire des doctrines économiques à la faculté de droit de Paris », qui date de 1900. Est-ce celui-ci ? Il se trouve à la bibliothèque Cujas, cote 96.340-1.

On trouve aussi en version numérisée sur Gallica une « histoire des doctrines économiques » datant de 1928, mais Auguste Deschamps n’y est qu’un auteur secondaire : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55182420.r=.langFR

En espérant avoir répondu à votre question.

Question suite :

Le catalogue de la Bibliothèque Cujas pour les noms d’auteur est très utile
pour rechercher.

Je crois avoir trouvé les informations que je cherche :
– “L’enseignement de l’histoire des doctrines économiques à la faculté de droit de Paris “par Auguste DESCHAMPS (cote 96.340-1 )
– L’extrait de la “Revue Internationale de L’Enseignement”, du 15 Mars 1900
– Le document à la cote 45.859-29 que vous me recommandez : Histoire des doctrines économiques : l’histoire du libéralisme ou de l’individualisme économique diplôme supérieures, 1928-1929 

Est-ce que je peux recevoir ces documents dans la bibliothèque de mon université grâce au service de prêt-entre-bibliothèque ?

Concernant par Bibliothèque de mon université par le service prêt- entre- bibliothèque ?

Merci pour information sur le livre “histoire de doctrines économiques “ datant de 1928 où Auguste Deschamps a écrit la Préface et pour votre assistance ,

Réponse suite :

Bonjour,

Pour obtenir un prêt entre bibliothèques (inter library loan), vous devez vous adresser à la bibliothèque de votre université, qui contactera la bibliothèque Cujas, à l’adresse suivante : pebcujas@univ-paris1.fr .
Voici le lien qui vous explique la procédure http://biu-cujas.univ-paris1.fr/fr/node/61

Cordialement,

Bibliothèque de l’université Panthéon-Assas
http://bibweb.u-paris2.fr/
Pour Rue des Facs
http://www.ruedesfacs.fr

Philosophie de l’écologie sur le thème des ruines urbaines

Question :

J’aimerais avoir une bibliographie pour effectuer un mémoire en philosophie de l’écologie sur le thème des ruines urbaines (disparition des villes, ruines de la modernité, la nature qui reprend ses droits…).

Réponse 1 :

Bonjour,

Pour élaborer une bibliographie sur le sujet de votre recherche, la réappropriation de la ville par la nature, je vous conseille d’interroger les catalogues des bibliothèques et les bases de données suivantes :

• Bibliothèque de la Cité de l’architecture et du patrimoine – 1 place du Trocadéro et du 11 novembre 75116 Paris – Métro Trocadéro
La bibliothèque est ouverte tous les jours sauf le mardi, de 13h à 19h (nocturne le jeudi jusqu’à 21h)
http://portaildocumentaire.citechaillot.fr/ :

Mots clés : « friches urbaines », « terrains vagues », « villes disparues, en ruines, etc. », « écologie des friches », « ruines (esthétique) »

Quelques exemples d’ouvrages consultables à la bibliothèque :

  •  Atlas of shrinking cities, Atlas der schrumpfenden Städte / Philipp Oswalt and Tim Rieniets, Herausgegeben von Philipp Oswalt and Tim Rieniets.- Ostfildern, Hatje Cantz, cop. 2006 │ Cote : 304.603 OSW
  • De la ville perdue à la ville retrouvée, la ville en devenir : actes du colloque de Saint-Lô (Manche) 29 et 30 septembre et 1er octobre 2004 / ouvrage publié sous la direction de Robert Hérin ; [organisé par le] CRESO, UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés, Université de Caen Basse-Normandie. – Caen : Presses universitaires de Caen, 2008 │ Cote : 711.090 46 HER
  •  Designing the reclaimed landscape / Alan Berger.- London, Taylor & Francis, 2008 │ Cote : 712.11 BER
  • Drosscape, wasting land in urban America / Alan Berger.- New York, Princeton Architectural Press, cop. 2006 │ Cote : 307.760 973 BER
  • La ferme du bonheur, reconquête d’un délaissé, Nanterre / Roger des Prés.- Arles, Actes Sud, impr. 2007.- (Coll. L’ impensé) │ Cote : 711.9 DES
  • La forêt des délaissés ou La reconquête naturelle des friches urbaines / l’Atelier.- [Paris], Institut français d’architecture, 2000 │ Cote : 711.409 44 ATE
  • Ruine / Sophie Lacroix.- Paris, Éd. de la Villette, impr. 2008.- (Coll. Passage, 15) │ Cote : 720.1 LAC
  • Shrinking cities / Philipp Oswalt.- Ostfildern-Ruit [Germany] New York, Hatje Cantz, D.A.P./Distributed Art Publishers [distributor], cop. 2005 │ Cote : 307.76 SHR (2)
  • The ruins of Detroit / Yves Marchand and Romain Meffre, with essays by Robert Polidori and Thomas J. Sugrue.- Göttingen, Steidl, cop. 2010 │ Cote : 720.77 MAR
  • Urban wildscapes / Anna Jorgensen and Richard Keenan.- London New York, Routledge, cop. 2012 │ Cote : 712.12 JOR
  • Villes fantômes de l’Ouest américain, photogr. Berthold Steinhilber, préf. de Wim Wenders, introd.de Mario Kaiser, postf. de Michael Koetzle.- Paris, EPA, 2003 │ Cote : 711.077 STE

• Sudoc (http://www.sudoc.abes.fr/). Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents:

Mots clés : « friches urbaines », « terrains vagues », « ruines ET villes », « villes disparues », « ruines urbaines », « ruines », « écologie des friches », « nature – -effets de l’homme »

• Archires
La base Archires est une base bibliographique produite par les écoles nationales supérieures d’architecture françaises, l’Ecole spéciale d’architecture de Paris, l’UCL Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme de Bruxelles, et la Cité de l’architecture et du patrimoine. Elle est consultable à l’adresse suivante : http://archires.documentation.equipement.gouv.fr/index.xsp:

Mots clés : « terrains vagues »

• Bibliothèque de l’Institut d’urbanisme à l’Université de Marne-la-Vallée(http://unicorn.univ-mlv.fr)

Mots clés : « philosophie de la nature », « nature- – effets de l’homme »

Cordialement,

Bibliothèque de la Cité de l’architecture et du patrimoine
http://portaildocumentaire.citechaillot.fr

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Réponse 2 :

Bonjour,

J’ai multiplié les requêtes dans le SUDOC, catalogue collectif des bibliothèques universitaires, dans Francis, base bibliographique du CNRS pour les sciences humaines, et Philosopher’s index, en combinant les termes « ville », « abandon », « disparition », « déclin », « décadence », « écologie », « urbain », « ruine », « modernité », « nature », « restauration », « retour », ainsi que les expressions « philosophie urbaine », friches urbaines », « catastrophes urbaines », risques urbains », « résilience urbaine » et « écologie urbaines ».

Voici une liste d’ouvrages susceptibles de vous intéresser :
Apocalypses, la disparition des villes : de Dresde à Detroit, 1944-2010, par Alain Sayag, chez Democratic Books en 2011, catalogue d’une exposition photographique
Ruines, par Michel Makarius, chez Flammarion en 2011, dans la collection Champs. Arts
Entre trace(s) et signe(s) : quelques approches herméneutiques de la ruine, sous la direction de Silvia Fabrizio-Costa, chez Peter Lang en 2005
Ecologies urbaines, sous la direction d’Olivier Coutard et Jean-Pierre Lévy, chez Economica-Anthropos en 2010, dans la collection Villes
Ecologie urbaine : entre la ville et la mort, par Jacques Vicari, chez Infolio en 2008, dans la collection Illico
De la ville perdue à la ville retrouvée : la ville en devenir, sous la direction de Robert Hérin, aux Presses universitaires de Caen en 2008
Les Risques urbains, par Jocelyne Dubois-Maury et Claude Chaline, chez Armand Colin en 2004 dans la collection U. Géographie
Ce que nous disent les ruines : la fonction critique des ruines, par Sophie Lacroix, chez l’Harmattan en 2007, dans la collection Ouverture philosophique
Dead cities, par Mike Davis, aux Prairies ordinaires en 2009, dans la collection Penser-Croiser

Je vous recommande en outre les ouvrages de Chris Younès sur la philosophie de la ville, par exemple Ville contre nature : philosophie et architecture, à la Découverte en 1999, dans la collection Armillaire, et les ouvrages de Catherine Larrère en philosophie de l’environnement, par exemple Du bon usage de la nature : pour une philosophie de l’environnement, chez Flammarion en 2009, dans la collection Champs. Essais.
Vous pouvez également retourner aux textes fondateurs de J. Baird Callicot, malheureusement peu traduits en français.

Le résultat n’est pas vraiment probant. Je peux approfondir les recherches si vous explicitez davantage ce que vous entendez par « ruines de la modernité » ou si vous pouvez m’indiquer en exemple des manifestations du phénomène que vous souhaitez analyser, ou encore d’auteurs qui en auraient développé le motif littéraire, la prédiction ou l’utopie.

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
https://www.biu.sorbonne.fr/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Littérature du Maghreb, théorie de l’indicible

Question :

J’aurais voulu obtenir une documentation pour faire un dossier sur la problématique de la modernité dans la littérature en sachant que je travaille sur un corpus de littérature maghrébine (Mohamed DIB). Je cherche des ouvrages traitant de la théorie de l’indicible et faisant appel à la phénoménologie et aussi aux travaux de Derrida.
Merci.

Réponse :

Bonjour,

J’ai interrogé les bases bibliographiques Francis, MLA (Modern language association), Répertoire bibliographique de la philosophie et Philosopher’s index en utilisant le terme « indicible » (et ses équivalents anglais : « unexpressible », « unsayable »), de façon générale, ou croisée avec « phénomélogie » (« phenomenology ») et « Derrida ».
Peu de références concernent précisément votre sujet :
– « L’Universalité de l’herméneutique et les limites du langage : contribution à une phénoménologie de l’inapparent », par J. Grondin, dans Laval théologique et philosophique 53/1 (1997), p. 181-194
– « Nothing to be said : on the inexpressible in modern philosophy and literature », par Shane Weller, dans Angelaki 8/1 (2003), p. 91-108
– « Expressing the inexpressible : Lyotard and the differend », par Jacob Held, dans Journal of the British Society for Phenomenology 36/1 (2005), p. 76-89
– « Assaulting the border : Kabbalistic traces in the margins of Derrida », par Elliot R. Wolfson, dans Journal of the American Academy of Religion 70/3 (2002), p. 475-514
Languages of the unsayable : the play of negativity in literature and literary theory, par Sanford Budick et Wolfgang Iser, chez Columbia University Press en 1989, dans la collection « Irvine studies in the humanities » (contient en particulier : « Endings, continued », par Frank Kermode, et « How to avoid speaking : denials », par Jacques Derrida)

Dans une perspective plus large, sur la littérature et la phénoménologie :
– « Littérature et phénoménologie », dans Littérature 132 (2003) chez Larousse [0047-4800]
Merleau-Ponty et le littéraire, par Anne Simon et Nicolas Castin, aux Presses de l’Ecole normale supérieure en 1998
Phenomenology and literature : historical perspectives and systematic accounts, par Pol Vandevelde, chez Königshausen & Neumann en 2010, dans la collection Orbis phaenomenologicus

Vous trouverez dans la biographie de Derrida publiée par Benoît Peeters (Derrida, par Benoît Peeters, chez Flammarion en 2010, dans la collection Grandes biographies) de nombreux éléments sur sa relation à la littérature et aux écrivains.
Puis-je vous suggérer d’explorer chez Derrida la notion de « secret », plus présente que celle d’indicible (voyez notamment Circonfession, dans Derrida, par Geoffrey Bennington, au Seuil en 2008), et de prendre chez Maurice Blanchot compte tenu de sa proximité de pensée avec Derrida (voyez par exemple Essai sur l’indicible : Jabès, Blanchot, Duras, par Marie-Chantal Killeen, aux Presses universitaires de Vincennes en 2004, dans la collection L’Imaginaire du texte) ?

Cordialement,

Bibliothèque de la Sorbonne
https://www.biu.sorbonne.fr/

Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr