La Mobilité sociale au Moyen-Âge

Question : 

Bonjour,

Je cherche des pistes bibliographiques pour étudier l’expression de la
mobilité sociale dans la littérature médiévale. Si vous avez des
suggestions… Je prends !

Cordialement,

Réponse :
Duc de Bourgogne au 15e s.

Duc de Bourgogne au 15e s.

Bonjour,

Il est relativement difficile de trouver des ressources sur votre sujet, dans la mesure où il croise trois thèmes

  • Mobilité sociale
  • Moyen-Âge
  • Littérature

J’ai commencé mes recherches par des bases de données d’articles, notamment CAIRN, JSTOR, Bibliographie de la littérature française, Klapp Online, Persée, sans trouver de références portant vraiment sur le sujet. La recherche était en effet trop précise. Je vous conseille donc d’élargir la recherche, et de l’axer sur le volet histoire sociale plus que littérature médiévale : l’histoire sociale s’appuie en effet, parmi ses sources historiques, sur le matériau littéraire.

Je n’ai pas trouvé de thèses portant sur le sujet non plus sur theses.fr. Je suis donc allé interrogé le Sudoc (catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur) avec les mots-sujet suivants :

  • Élite (sciences sociales) — Moyen âge
  • Histoire médiévale — Aspect social
  • Histoire économique — Moyen âge
  • Histoire sociale — Moyen âge

J’ai pu ainsi trouver les références d’une centaine de monographies sur l’histoire sociale du Moyen-Âge, que je vous conseille de consulter de cette manière :

  1. Étudier le sommaire et repérer si une partie aborde la mobilité sociale
  2. Si vous en trouvez, étudier systématiquement les références bibliographiques citées en notes de bas de page
  3. Consulter systématiquement les bibliographies finales

En effet, les références bibliographiques citées dans des ouvrages universitaires (même des manuels généralistes) vous permettront de rebondir sur des références beaucoup plus ciblées (articles, actes de colloques notamment). Parmi ces monographies, voici une sélection :

L’incontournable Jacques Le Goff, notamment :

  • Les Intellectuels au Moyen Age, Éditions du Seuil, Paris 1957
  • La Civilisation de l’Occident médiéval, Arthaud, Paris, nouv. éd. 1984

mais aussi

  • H. Pirenne, , Histoire économique et sociale du Moyen Âge, coll. « Hier », Paris, puf, nouv. éd., 1969.
  • François Bougard, Laurent Feller et Régine Le Jan (dir.), Les élites au haut moyen âge: crises et renouvellements, Turnhout, Belgique, Brepols, 2010.
  • Hilde De Ridder-Symoens, « Possibilités de carrière et de mobilité sociale des intellectuels-universitaires au Moyen Age », 1986.
  • Philippe Depreux, Les sociétés occidentales du milieu du VIe siècle à la fin du IXe siècle, Rennes, France, Presses universitaires de Rennes, 2002.
  • Philippe Depreux, François Bougard et Régine Le Jan (dir.), Les élites et leurs espaces: mobilité, rayonnement, domination (du VIe au XIe siècle), Turnhout, Belgique, Brepols, 2010.
  • Alain Derville, La société française au Moyen âge, Villeneuve-d’Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion, 2000.
  • Bruno Dumézil, La société médiévale en Occident, Paris, France, Ellipses, impr. 2006.
  • Élisabeth Malamut et idéologies et croyances au Moyen âge Equipe de recherches Sociétés (dir.), Dynamiques sociales au Moyen Âge en Occident et en Orient, Aix-en-Provence, France, Publications de l’Université de Provence, 2010
  • Walter Prevenier (dir.), Marriage and social mobility in the late Middle Ages: Handelingen van het colloquium gehouden te Gent op 18 april 1988 ; ed. W. Prevenier, Gent, Belgique, 1989.

Voici par exemple quelques références d’articles trouvées dans des bibliographies :

  • J.Verger, « Les études, facteur de mobilité sociale en Europe à la fin du Moyen Âge », dans R.C.Schwinges et Ch. Hesse-P.Moraw(éd.),Europa im späten Mittelalter. Politik. esellschaft. Kultur, Munich, 2006,p.559-567
  • François BOUGARD et Régine LE JAN, « Hiérarchie. Le concept et son champ d’application dans les sociétés du haut Moyen Âge », in F. BOUGARD, D. IOGNA-PRAT et R. LE JAN (dir.), Hiérarchie et stratification sociale…, op. cit., p. 5-19.
  • Régine LE JAN, « Les élites au haut Moyen Âge. Approche sociologique et anthropologique », in F. BOUGARD, H.-W. GOETZ et R. LE JAN (dir.), Théories et pratiques des élites…, op. cit., p. 69-100
  • Steffen PATZOLD, « Noblesse oblige ? Se distinguer par l’emploi des richesses au haut Moyen Âge », in J.-P. DEVROEY, L. FELLER et R. LE JAN (dir.), Les élites et la richesse…, op. cit., p. 139-154

En espérant avoir pu vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Les Langues des minorités au Myanmar

Question :

Bonjour,

Je suis en Master de Sociolinguistique-birman à l’INALCO. Je souhaite effectuer des recherches sur les langues des minorités au Myanmar (les familles de langues, les populations, l’utilisation de ces langues, la politique linguistique du pays).
J’ai surtout fait des recherches sur internet et sur le catalogue de la BULAC, mais je n’ai rien trouvé directement lié à ce sujet (je sais qu’il n’y en a pas beaucoup, c’est pourquoi je vous consulte).
Je vous remercie par avance pour votre aide,

Cordialement,

Réponse :

Lang_De_Girls

Bonjour

Votre recherche porte sur les minorités linguistiques en Birmanie.

Une première recherche dans la base Jstor, accessible depuis le portail documentaire de la BULAC http://atoz.ebsco.com/Titles/10183 avec les mots « minorités linguistiques Birmanie », donne des références d’articles parmi lesquelles :

– Les montagnards et l’Etat en Asie du Sud-Est continentale / Bernard Formoso, 2006
– Un compte-rendu de livre : Exploring ethnic diversity in Burma / by Mikael Gravers, 2009. Cet ouvrage est à la BULAC https://koha.bulac.fr/cgi-bin/koha/opac-detail.pl?biblionumber=608343

En cherchant avec les mots équivalents en anglais, « linguistic minorities Burma », on obtient d’autres réponses parmi lesquelles :

Political stability and minority groups in Burma / Curtis N. Thomson, 1995

On trouve aussi des références dans les bases gratuites Project Muse et Persée.

https://muse.jhu.edu/
http://www.persee.fr/

Pour la première, seule une recherche avec les termes en anglais apporte des réponses satisfaisantes parmi lesquelles :

Making a name for themselves : Karen identity and the politicization of ethnicity in Burma, un article de 2002 de la revue Burma studies ; il semble qu’il y ait beaucoup d’articles de cette revue dans Project Muse.

Dans Persée, on trouve des références en tapant les termes en français :

Umin Naing, races de Birmanie : il s’agit du compte-rendu d’un ouvrage de Denise Bernot de 1961.

On trouve un certain nombre de compte-rendus d’ouvrages, en plus des articles, dans toutes les bases citées. Je vous conseille de noter ces références précises pour les chercher dans le Sudoc, car il est difficile de les trouver directement avec les termes mentionnés dans le Sudoc http://www.sudoc.abes.fr/. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

La seule recherche directe qui donne quelques résultats dans le Sudoc se fait avec les termes « minorités Birmanie », mais l’aspect linguistique n’est de cette façon pas privilégié dans les ouvrages proposés.

Vous pouvez aussi faire des recherches dans les mêmes bases en tapant le nom des langues concernées, mais il risque d’y avoir moins d’articles privilégiant l’aspect sociolinguistique que d’articles sur la langue elle-même. On trouve la liste des langues tibéto-birmanes dans le catalogue des autorités de la BNF : http://catalogue.bnf.fr/servlet/autorite?ID=11947340&idNoeud=1.1&host=catalogue

J’espère vous avoir apporté quelques pistes

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Le Romantisme allemand comme courant philosophique et politique

Question : 

Bonjour,

Je suis à la recherche de travaux universitaires concernant le romantisme allemand ici entendu moins comme courant littéraire que comme courant philosophique et politique (Johann Gottfried Herder…). Je serais particulièrement intéressée par des travaux qui traiteraient le romantisme par le biais du nationalisme, de l’identité culurelle et peut-être plus spécifiquement du rapport à l’histoire. Les questions qui m’intéressent sont : que signifie « être un peuple » du point de vue romantique, que signifie « être fier de son histoire », etc. (Je m’intéresse également, mais dans une moindre mesure, aux réponses que « l’esprit des Lumières » fournirait à ces questions). Auriez-vous des pistes concernant cette recherche très ciblée ? Vous en remerciant par avance.

Réponse : 

Bonjour,

Avant de vous orienter vers des travaux universitaires, je vous invite à prendre connaissance des articles des encyclopédies et des dictionnaires. Si vous estimez que vos recherches sont déjà bien avancées, je vous renvoie au deuxième et troisième points de la réponse.

1. Encyclopédies

Encyclopaedia Universalis
– Henri PEYRE, Henri ZERNER, « ROMANTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/romantisme/

Routledge Encyclopedia of Philosophy
– Beiser, Frederick. ‘Romanticism, German’. Routledge Encyclopedia of Philosophy  [en ligne], consulté le 21 septembre 2015. https://www.rep.routledge.com/articles/romanticism-german/v-1/
Ces articles généraux vous permettront de resituer et de recadrer la naissance et le développement du (des) romantisme(s) en Europe. Votre intérêt pour la conception française de la notion de « peuple » de même que sa distinction avec la conception allemande gagnerait en précisions historique et conceptuelle. J’attire tout particulièrement votre attention sur les bibliographies qui concluent les articles.

Pour consulter ces ressources en ligne, renseignez-vous auprès des bibliothèques que vous fréquentez pour obtenir les modalités d’accès.

RAYNAUD Philippe et RIALS Stéphane. Dictionnaire de philosophie politique. Paris : PUF, 1996. Collection « Quadrige »
Je vous renvoie à l’article “Romantisme politique ”pour une définition contextuelle du romantisme politique allemand, en particulier ses liens avec les autres partis politiques – le « conservatisme » et le « nationalisme » (« l’âme du peuple ») – ainsi qu’avec l’histoire et avec la société. Voir : “Romantisme politique ” > chapitre : « Le romantisme politique allemand » (pp. 685 – 687)

2. Catalogues de bibliothèques
–  L’indexation ou la définition des mots sujets
Pour vous garantir de meilleurs résultats, il importe de définir des mots clés concis et pertinents que vous pourrez utiliser chaque fois que vous consulterez un catalogue de bibliothèque ou tout autre moteur de recherches bibliographiques. Je vous conseille de conserver une liste des mots sujets que vous pourrez enrichir tout au long de vos recherches. Les notices bibliographiques du SUDOC ainsi que celles de tout autre catalogue de bibliothèques vous proposent une indexation Rameau. L’indexation « Rameau » renvoie à la classification professionnelle utilisée par les bibliothécaires français pour décrire le contenu intellectuel d’un ouvrage. Appuyez-vous sur cette dernière pour « rebondir » et obtenir sur d’autres références.
Pour votre sujet, je vous propose les sujets suivants :
« Idealisme allemand » and « philosophie politique »
« Idealisme allemand » and not « litterature »
« romantisme » and « peuple » not « litterature »
Pour obtenir une liste de résultats optimale, évitez d’accentuer les mots et utilisez la troncature (*) pour élargir vos recherches. L’ajout de la troncature en fin de mot permet de faire des recherches sur les notions en français et en anglais. Ainsi « romanti* » renvoie à la fois à romanticism(s), à romantisme(s), etc.

Ressources spécifiques en ligne : travaux de recherches

– Définition de mots sujets

Les ressources que vous allez consulter concentrent un nombre important de données anglophones. Aussi, évitez de construire vos recherches uniquement en langue française.
« german romanticism » and « politic* » / « german romanticism » and « philosophy »
« german romanticism » and « nationalism »
“romanti*” and “peuple” / “identit*” and “people »/ “romanti*” and “identit*”

Pour l’ensemble des ressources, vous pourrez construire vos recherches à l’aide des sujets ci-dessus.

– Jstor et ASP
Pour lire des articles en ligne, je vous invite à parcourir les bases Jstor et ASP.
Ces 2 ressources sont des bases d’articles en texte intégral. La recherche avancée vous propose de filtrer votre recherche par type de document et par langue. Mais je vous conseille de lancer une recherche globale avant de filtrer les résultats. > Renseignez-vous auprès de votre bibliothèque universitaire pour savoir si elle a souscrit aux abonnements de ces ressources.

Philpapers est une base de données bibliographiques développées et mise à jour par une communauté de chercheurs en philosophie. Elle intègre de plus en plus d’articles en texte intégral et édite des bibliographies thématiques approfondies.

– Theses.fr est un moteur de recherche qui donne accès à la description et le cas échéant au texte intégral des thèses de doctorat en préparation et soutenues en France.

Hal-SHS : l’archive ouverte HAL-SHS, Hyper Article en Ligne – Sciences de l’Homme et de la Société, est une bibliothèque numérique recevant et diffusant les productions intellectuelles de la recherche dans les disciplines des Sciences de l’Homme et de la Société. HAL-SHS est basée sur les principes du libre accès et de l’autoarchivage.

Pour toute autre précision, n’hésitez pas à revenir vers le service Rue des Facs.

Bibliothèque de philosophie – Paris 1 Sorbonne
http://www.paris-sorbonne.fr/bibliotheque-generale-de
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Maigreur et pudeur dans les œuvres d’Hervé Guibert et d’Annie Ernaux

Question : 

Bonjour,

je suis à la recherche d’informations concernant les liens entre maigreur (corporelle et textuelle) et pudeur dans les oeuvres d’Hervé Guibert et d’Annie Ernaux plus particulièrement, pourriez-vous m’aider dans ces recherches?

Bien respectueusement,

Réponse :

Bonjour,

Pour un sujet aussi précis, vous ne pouvez pas trouver de monographies qui y soient entièrement dédiées. Les types de documents qu’il vous faut donc chercher sont :

  • des chapitres d’ouvrages consacrés plus généralement à ces auteurs ou à ces thèmes
  • des articles issus de revues universitaires qui traitent plus ou moins du sujet
  • des actes de congrès et colloques universitaires
  • des travaux universitaires (mémoires, thèses).

Mais pour tous ces types de documents, le sujet ne sera pas traité en tant que tel, à moins qu’il ait déjà été étudié.

Pour trouver des monographies plus générales, je vous conseille d’interroger le Sudoc. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur et vous permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Ainsi, vous pouvez y rechercher toutes les monographies traitant d’Annie Ernaux d’une part et d’Hervé Guibert d’autre part (d’après ma recherche, aucune ne semble aborder les deux à la fois). Pour ce faire, utilisez la recherche avancée du Sudoc et ses opérateurs booléens (ET, OU, ET PAS), qui vous permet :

  • de lancer une recherche sur Annie Ernaux OU Hervé Guibert en une seule recherche (cherchez ces termes dans le champ « tous les mots », un champ par auteur, combiné par l’opérateur OU)
  • tout en excluant les romans écrits par ces auteurs : inscrivez leur nom dans le champ « auteur » que vous excluez par l’opérateur ET PAS

Une telle requête donne 60 résultats (lien vers les résultats). Vous trouverez des ouvrages tels que :

  • Thomas Hunkeler et Marc-Henry Soulet (dir.), Annie Ernaux: se mettre en gage pour dire le monde, Genève, Suisse, MētisPresses, impr. 2012, 2012.
  • Marie-Laure Rossi, « Ecrire en régime médiatique: Marguerite Duras et Annie Ernaux » Thèse doctorat, Université Paris Diderot – Paris 7, France, 2013.
  • Dominique Viart et Laurent Demanze (dir.), Fins de la littérature, Paris, France, A. Colin, 2012.
  • Pauline Gest, Jamais sans mon moi: l’imposture ernausienne, Angers, France, Seringa, 2014.
  • Jean-Benoît Gabriel, « La fiction à distance: une autre écriture du réel dans la littérature et le cinéma contemporain (Emmanuel Carrère, Annie Ernaux, Nicole Malinconi/ Jean-Pierre et Luc Dardenne, Samuel Collardey, Joachim Lafosse » Thèse de doctorat, Université Paris Diderot – Paris 7, France, 2012.
  • Cambridge French graduate conference, Le cœur dans tous ses états: essais sur la littérature et l’art français, Oxford, Pays multiples, 2013.
  • Mohammed Nadhem M. Jawad, « Le monde de l’enfance chez Jabbar Yassin Hussin et l’écriture de la vie chez Annie Ernaux. » Thèse de doctorat, École doctorale Sciences de l’homme et de la société, Tours, France, 2012.
  • Eylem Aksoy Alp, « L’énonciation et la polyphonie dans l’œuvre d’Annie Ernaux » Thèse de doctorat, Ecole doctorale Concepts et langages, Paris, France, 2012.
  • Fabien Arribert-Narce, Photobiographies: pour une écriture de notation de la vie (Roland Barthes, Denis Roche, Annie Ernaux), Paris, France, H. Champion, 2014, 2014.
  • Muriel Andrin et Stéphanie Loriaux (dir.), Sextant (Bruxelles), ISSN 1370-267X. Pratiques de l’intime, Bruxelles, Belgique, GIEF-Ed. de l’Université de Bruxelles, 2012.

À vous de repérer dans cette liste des titres qui vous semblent intéressants, de les localiser en bibliothèque pour y consulter le sommaire et voir si des chapitres sont utilisables.

Cette recherche peut être répétée en portant cette fois sur les thèmes de votre recherche, grâce à des mots clefs comme « pudeur, maigreur, littérature » et d’essayer des synonymes si c’est insuffisant. Vous trouverez des ouvrages tels que :

  • Sibylle Saxer, Die Sprache der Blicke verstehen: Arthur Schnitzlers Poetik des Augen-Blicks als Poetik der Scham, Freiburg im Breisgau, Allemagne, Rombach, 2010.
  • Noëlle Lévy, La femme sans vergogne: ou la femme impudique dans les textes médiévaux, Lille, France, Atelier national de Reproduction des Thèses, 2003.
  • Anaïs Frantz, « La pudeur au secret de la littérature: pour une autre lecture du “péché originel”. Marguerite Duras, Violette Leduc » Thèse de doctorat, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris, France, 2010.
  • Anaïs Frantz, Le complexe d’Eve: la pudeur et la littérature, Paris, France, H. Champion, 2013, 2013.
  • Lilas Nord et Carole Chaix, Mais qui a volé le maillot de la maîtresse en maillot de bain ?, Paris, France, Après la lune jeunesse, DL 2007, 2007.
  • Janine Rossard, Pudeur et romantisme: Mme Cottin, Chateaubriand, Mme de Krüdener, Mme de Stae͏̈l, Baour-Lormian, Vigny, Balzac, Musset, George Sand, Paris, France, A.G. Nizet, 1982.
  • Renaud Alexandre, Charles Guérin et Mathieu Jacotot (dir.), Rubor et pudor: vivre et penser la honte dans la Rome ancienne, Paris, France, Éditions Rue d’Ulm, 2012.
  • Katja Gvozdeva et Hans Rudolf Velten (dir.), Scham und Schamlosigkeit: Grenzverletzungen in Literatur und Kultur der Vormoderne, Berlin, Allemagne, De Gruyter, 2011.
  • James E. Fowler, The libertine’s nemesis: the prude in « Clarissa » and the « roman libertin », London, Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, Legenda : Modern Humanities Research Association : Maney Publishing, 2011.

Je vous conseille aussi d’interroger le portail national Thèses.fr qui signale toutes les thèses françaises en cours ou soutenues. Il donne accès à la version électronique d’une partie des thèses soutenues. Vous trouverez notamment la vingtaine de thèses consacrées à Annie Ernaux d’une part et à Hervé Guibert d’autre part, et dont une partie est accessible librement en ligne : vous pourrez ainsi consulter leurs bibliographies finales, qui vous serviront à trouver des sources plus précises. Par exemple, ces thèses :

  • Sohrab Khani Satelou, La littérature et la maladie : le sida à travers l’écriture romanesque d’Hervé Guibert, Limoges, 2001.
  • Gérard Danou, Le corps souffrant : littérature et médecine, Paris 7, 1993.

Pour trouver des articles de revues universitaires, utilisez des bases de données telles que :

  • la Bibliographie de la littérature française (BLF) : base qui dépouille le contenu de revues littéraires françaises
  • MLA : base qui dépouille le contenu de revues de Lettres et Sciences humaines internationales
  • CAIRN : base d’articles de revues francophones, dont quelques-unes en littérature
  • JSTOR : base d’articles de revues universitaires internationales de Lettres et Sciences humaines

Ces bases sont accessibles en bibliothèque universitaire, notamment à Paris 3. Rendez-vous sur le portail Virtuose + pour les trouver (dans la rubrique « Liste des bases de données »). Un certain nombre de nos tutoriels vous aideront à les utiliser.

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

L’Inspiration poétique et divinatoire

Question : 

Bonjour,

Je cherche des ouvrages théoriques (plutôt d’anthropologie) sur la question de l’inspiration (poétique et divinatoire).

Merci !

Réponse :

Bonjour,

Je vous conseille d’interroger le Sudoc. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur et vous permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents (onglet « Où trouver ce document« ).

En utilisant les mots-sujets dans la recherche avancée du Sudoc, vous trouverez tous les documents localisés en bibliothèque écrits sur vos thèmes de recherche. Les mots-sujet sont en effet les mots-clefs retenus par les bibliothécaires pour rassembler tous les ouvrages portant sur un thème.

Ainsi pour votre sujet, j’ai utilisé les mots-sujets suivants :

  • Création littéraire
  • Poétique
  • Inspiration
  • Divination — Anthropologie

 La plupart des références trouvées concernent la question de la création littéraire en général :

  • Barel-Moisan, Claire et al. Balzac, l’éternelle genèse. Saint-Denis, France: Presses Universitaires de Vincennes, DL 2015, 2015.
  • Dauvois, Nathalie. De la Satura à la Bergerie: le prosimètre pastoral en France à la Renaissance et ses modèles. Paris, France: Classiques Garnier Numérique : Champion Electronique, 2009.
  • Duchesneau, Louise. The voice of the muse: a study of the role of inspiration in musical composition. Frankfurt am Main, Allemagne: 1986.
  • Gadoffre, Gilbert, Robert Ellrodt, et Jean-Michel Maulpoix, éd. L’acte créateur. Paris, France: Presses universitaires de France, impr. 1997, 1997.
  • Ghitti, Jean-Marc. La parole et le lieu: topique de l’inspiration. Paris, France: Les Éditions de Minuit, 1998.
  • Ivantchenko, Yulka, et Georges Bloess. L’âme créatrice russe et ses sources d’inspiration: entre la tradition et la révolution. France: 2007.
  • Kappler, Claire, Roger Grozelier, et Association Kubaba, éd. L’inspiration: le souffle créateur dans les arts, littératures et mystiques du Moyen Age européen et proche-oriental. Paris, France, Hongrie, Congo, République démocratique du: N.p., 2006.
  • Massin, Marianne. La  pensée vive: essai sur l’inspiration philosophique. Paris, France: A. Colin, impr. 2007, 2007.
  • Maulpoix, Jean-Michel. « La notion de lyrisme: définitions et modalités (1829-1913) ». Doctorat d’état. Université Paris Ouest Nanterre La Défense, 1987.
  • Nichols, Ashton. The Poetics of Epiphany: nineteenth-century origins of the modern literary moment. Tuscaloosa, Etats-Unis: N.p., 1987.
  • Nielsen, Dorte, et Kiki Hartmann. Inspired: how creative people think, work and find inspiration. Amsterdam, Pays-Bas: BIS Publishers, 2005.
  • Pesch, Christian. De inspiratione sacrae scripturae. Friburgi Brisgoviae, Suisse: Herder, 1906.
  • Saussure, Jean de. Révélation et inspiration. Genève, Suisse: Labor et fides, 1952.
  • Spentzou, Efrossini, et Don Fowler, éd. Cultivating the muse: struggles for power and inspiration in classical literature. Oxford, Royaume-Uni, Etats-Unis: N.p., 2002.
  • Yun, Ik. « Respiration inspiration: espace à vivre ». Thèse de doctorat. Université Panthéon-Sorbonne, 2008.
  • Zimmermann, Laurent. « L’ ivresse dans la littérature française depuis Baudelaire ». Thèse doctorat. Université de Paris VIII, 2004.

D’autres concernent l’inspiration poétique plus spécifiquement :

  • Assaël, Jacqueline. Pour une poétique de l’inspiration, d’Homère à Euripide. Louvain, Belgique, France, Etats-Unis: N.p., 2006.
  • Prévost, Jean. Baudelaire: essai sur l’inspiration et la création poétique. Paris, France: Mercure de France, 1971, 1971.
  • Saint-Brice, Georges. L’Inspiration poétique … A l’âme de tous les poètes. Paris, France: M. de Monté-Lénèns, 1924.
  • Schuré, Édouard. Femmes inspiratrices et poètes annonciateurs. Paris, France: Gallica bibliothèque numérique : Bibliothèque nationale de France, 2007.
  • Souyris, Camille. L’Inspiration et la création dans la poétique moderne.

Enfin, sur l‘inspiration divinatoire, voici ce que j’ai pu trouver :

  • Addey, Crystal. Divination and theurgy in neoplatonism: oracles of the gods. Burlington, Etats-Unis: Ashgate, 2014.
  • Berthod, Marc-Antoine. Doutes, croyances et divination: une anthropologie de l’inspiration des devins et de la voyance. Lausanne, Suisse: Antipodes, 2007.
  •  Bouché-Leclercq, Auguste. Histoire de la divination dans l’Antiquité. 4 vol. Paris, France: E. Leroux, 1879.
  • Flacelière, Robert. Devins et oracles grecs. Paris, France: Presses Universitaires de France, 1961.
  • Jeanmaire, Henri. « La Sybille et le retour de l’âge d’or ». Thèse. Université de Paris (1896-1968). Faculté des lettres, 1939.
  • Julien le Théurge, et Alain Verse. La sagesse des Chaldéens: les oracles chaldai͏̈ques. Trad. par Édouard Des Places. Paris, France: Les Belles lettres, 1993.
  • Klutstein, Ilana. Marsilio Ficino et la théologie ancienne: oracles chaldai͏̈ques, hymnes orphiques, hymnes de Proclus. Firenze, Italie: L.S. Olschki, 1987.
  • Lecanu, Auguste. « Les sibylles et les livres sibyllins: étude historique et littéraire ». Thèse de doctorat. impr. Bailly, Divry et Cie, 1857.
  • Savignac, Jean-Paul Traduction, éd. Les Oracles de Delphes. Paris, France: la Différence, impr. 1989, 1989.
  • Scheffer, Thassilo von. Mystères et oracles helléniques. Trad. par André Jundt. Paris, France: Payot, 1943.

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Burkina Faso : l’enseignement du français en classe de CM1

Question :

Bonjour,

J’effectue un master en sciences du langage à l’université de Cergy-Pontoise.
Mon sujet de mémoire est : « l’enseignement du français en classe de cm1 au Burkina Faso ». Ainsi je souhaiterais savoir quels sont les ouvrages/auteurs/… traitant de l’enseignement du français au Burkina Faso depuis la décolonisation. S’il était possible aussi d’obtenir les contenus d’enseignement et les programmes scolaires.

Bien cordialement.

Merci par avance.

Réponse :

Bonjour,

Vous préparez un master en sciences du langage et votre sujet de mémoire porte sur l’enseignement du Français en classe de cm1 au Burkina Faso.

Aussi recherchez-vous des études portant sur l’enseignement du français au Burkina Faso depuis la décolonisation. Vous aimeriez également pouvoir appréhender les supports d’enseignement et les programmes scolaires.

1) Dans un premier temps, je vous suggère de vous documenter sur le système éducatif burkinabé.

  • Mon premier réflexe a été de me diriger vers la page Wikipédia consacrée au Burkina Faso pour connaître dans les grandes lignes l’organisation du système éducatif et notamment de l’Education de base formelle dont relève la classe de CM1 à laquelle vous vous intéressez plus particulièrement (2è niveau de 6 à 12 ans et qui ouvre au CEP : certificat d’études primaires ) : [Burkina_Faso_Wikipedia]
  • Pour ce qui est de du Ministère de l’Enseignement au Burkina Faso, vous pouvez éventuellement vous référer à l’Encyclopédie de l’Etat du Monde pour y consulter la fiche d’information institutionnelle du pays et avoir une synthèse des conditions sociales et économiques. C’est une ressource en ligne accessible sur abonnement exclusivement mais généralement consultable en bibliothèque universitaire.
  • Par ailleurs, je vous indique que vous trouverez dans la base Planipolis gérée par l’UNESCO les textes de lois, décrets et plans de développement décennaux relatifs au système éducatif burkinabé :

– http://www.iiep.unesco.org/en/our-expertise/planipolis [Documents, émanant de sources officielles, sur les plans et politiques d’éducation dans les Etats membres depuis 1995.] Par exemple : http://planipolis.iiep.unesco.org/upload/Burkina%20Faso/Burkina%20Faso%20PDDEB.pdf)

  • Pour compléter cette première approche contextuelle, j’ai également eu recours au SUDOC, le catalogue commun des bibliothèques universitaires : http://www.sudoc.abes.fr/

J’y ai effectué une recherche simple « tous les mots » en entrant les termes « Burkina Faso—Enseignement primaire » et j’ai relevé pour vous quelques résultats intéressants :

– L’enseignement primaire au Burkina Faso de 1960 à 1993 [Texte imprimé] : politiques et réformes gouvernementales / Bobin Florence ; sous la direction de Madame Hélène d’Almeida-Topor

– L’évolution de l’enseignement et de la formation des enseignants du primaire au Burkina Faso (1903-1935) [Texte imprimé] : La qualité de l’enseignement primaire en question / par Zouanso Coulibaly ; sous la dir. de Paul Demunter

– L’image de l’enfant et de son milieu dans les manuels de lecture au Burkina Faso [Microforme] / par Ouedraogo Adama

– L’école du manguier [Texte imprimé] : un pari, une réussite au Burkina Faso / Paulette Abbadie-Douce ; préface de Jacques Lang ; postface d’Alimata Salambéré. – 2e édition corrigée

2) Puis j’ai fait une recherche sur la place du français et le multilinguisme dans l’enseignement au Burkina Faso en utilisant les termes « Burkina Faso enseignement politique linguistique » et j’ai obtenu deux références intéressantes :

– Politique éducative et politique linguistique en Afrique [Texte imprimé] : enseignement du français et valorisation des langues « nationales », le cas du Burkina Faso / Maxime Z. Somé ; préface du professeur Raymond Renard.

– Muttersprachlicher Grundschulunterricht in Burkina Faso : eine soziolinguistische Untersuchung von Modellversuchen / Abdoulaye Zono

 Ces ouvrages se trouvent dans différentes bibliothèques. Pour connaître leur localisation et leur accessibilité, sur  « Où trouver ce document ?  en haut à droite de la notice du document.

3) Pour en venir maintenant au cœur de votre sujet, c’est-à-dire l’enseignement du français en classe de CM1, j’ai interrogé directement le catalogue de la bibliothèque de l’INRP (Institut national de recherche pédagogique). Les collections de l’INRP constituent en effet la première bibliothèque de référence dans le domaine de l’éducation. Elles ont intégré le catalogue de la Bibliothèque Diderot de Lyon (BDL Education) qui présente l’avantage de fédérer la recherche dans les collections imprimées et dans les périodiques papier et en ligne auxquels la bibliothèque est abonnée :

catalogue de la BDL

De fait, j’ai entré les termes « Burkina Faso enseignement Français » en sujet et relevé plusieurs références d’articles de revue ou de conférences parmi lesquelles :

– SAWADOGO, G. : Coup d’œil sur la pratique de la lecture en milieu scolaire au Burkina Faso (French). : Look on the practice of reading in schools in Burkina Faso (English). Le Langage et l’homme. 45, 2, 163-176, Jan. 0001. ISSN: 04587251.

– SAWADOGO, G., n.d. Pour une exploitation efficiente de la littérature orale dans l’enseignement apprentissage du Français in Repères : n° 32, 2005 (nouvelle séfrie) : p. 31-43 ISSN 0755-7817. Institut national de la recherche pédagogique, 2005/11 [WWW Document]. URL http://ife.ens-lyon.fr/publications/edition-electronique/reperes/RS032.pdf#page=33 (accessed 3.26.15b).

– NAPON, L’Enseignement du français au Burkina Faso: Méthodes et stratégies. Canadian Journal of African Studies/La Revue canadienne des études africaines, 1996, Vol.30(3), p.444-457

– ANDRE, G. École, langues, cultures et développement: Une analyse des politiques éducatives, linguistiques et culturelles postcoloniales au Burkina Faso (Education, Languages and Development. An Analysis of Post-Colonial Educational, Linguistic and Cultural Policies in Burkina Faso) Cahiers d’Études Africaines, 1 January 2007, Vol.47(186), pp.221-247

– AMOUZOU-GLIKPA, A; CHANTRAINE-DEMAILLY, L); FRIEDRICHS, J). La crise de l’école élémentaire en Afrique de l’ouest francophone et les conditions de formation, de recrutement et de travail des enseignants (analyse des cas du Bénin, du Burkina Faso et du Togo) (French). 0001. – Université Lille 1 – Sciences et technologies.

– LAVOIE, C. Famine éducative en Afrique : j’ai soif de comprendre : éducation bilingue au Burkina Faso in McGill Journal of Education, 2008, Vol.43(1), pp.21-32. 0024-9033

– CONFERENCE : Etude comparative des besoins langagiers et des centres d’intérêt en français et en langues nationales chez les élèves de l’école primaire (Burkinaa-Faso, Congo, Guinée, Mali, RCA, Sénégal, Togo, Tchad, Zaïre. Rpt no CONFEMEN – 92-01. 139p ref 2 ref.

NB : Ces références sont dans le catalogue de la BDL Education mais les périodiques en question sont accessibles sur abonnement dans de nombreuses bibliothèques d’Ile de France. Vous pouvez commencer par vérifier le répertoire des ressources en ligne du service de la documentation de votre Université puis éventuellement vous diriger vers d’autres établissements comme la Bibliothèque de la Sorbonne ou la bibliothèque de la BULAC ou encore la BnF pour avoir accès à certains titres.

Par ailleurs, en interrogeant FRANCIS (base de données bibliographiques), j’ai également relevé la référence suivante :

– SAWADOGO, G. “Les langues nationales à l”école burkinabé : Enjeux d’une innovation pédagogique majeure (French)’, Repères – Institut National De Recherche Pédagogique, 29, pp. 251-260

– Et je vous indique aussi la référence d’une thèse en linguistique que j’ai trouvée dans le SUDOC bien qu’elle ne concerne qu’indirectement votre sujet :

– PITROIPA, B.Y., 2008. Apprentissage, appropriation et utilisation du français et des langues nationales par les jeunes lettrés du Burkina Faso: le cas des élèves-maîtres (Thèse de doctorat). Laboratoire Formes et représentations en littérature et linguistique, Poitiers, France.

Elle est consultable en ligne : http://nuxeo.edel.univ-poitiers.fr/nuxeo/site/esupversions/98eff814-a000-4cbf-a8a0-de2a89d30829

4) Concernant le contenu ou le support des manuels : la recherche « Français –manuels d’enseignement – Burkina Faso » dans les catalogues de bibliothèque n’a pas donné de références vous concernant directement (pas pour la classe de CM1). Toutefois, au cas où, je vous indique cette référence pour un manuel de préparation au CEP :

– DIAWARA, H.B., 2001a. Français: préparation au CEP et à l’entrée en 6e. Faso Livres, Bobo-Dioulasso (Burkina Faso), Burkina Faso.

Et celle-ci concernant la lecture en 3e année :

– Livre de lecture, 3e année [Texte imprimé] / par une équipe d’auteurs de l’Institut pédagogique du Burkina… Ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation de masse

Je vous indique également que l’Institut Pédagogique du Burkina qui édite ces manuels sous l’égide du Ministère de l’Enseignement de base édite aussi un bulletin pédagogique mensuel dont quelques numéros (no. 204, 1995 – no. 217, 1997) peuvent être consultés à la bibliothèque Diderot Education : http://www.sudoc.fr/037962132

J’espère que ces références vous seront utiles dans votre travail de recherche. N’hésitez pas à nous solliciter de nouveau.

Service commun de la documentation de l’université Paris 1
http://www.univ-paris1.fr/bibliotheques/trouver/une-bibliotheque/
Pour le service Rue des Facs
http://www.ruedesfacs.fr/index.html 

Le Vaudeville et le Burlesque

Question : 

Bonjour !

Je voudrais savoir quels sont les ouvrages de référence sur le vaudeville et le burlesque.

Merci beaucoup.

Réponse : 

Bonjour,

Dans le catalogue de votre BU, j’ai trouvé cet ouvrage :

  • Gidel, H. (1986). Le vaudeville. Paris, France: Presses universitaires de France. (Disponible à la Bibliothèque des Grands Moulins à la cote Q 2301)

Il s’agit d’un Que Sais-Je, encyclopédie de poche faisant le tour de manière synthétique d’un thème. Je vous conseille de le consulter bien qu’un peu daté, sa bibliographie finale vous donnera en outre des pistes bibliographiques.

J’ai ensuite dû élargir ma recherche au Sudoc. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur et vous permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

En interrogeant des mots-clefs tels que « vaudeville« , « burlesque« , « music-hall« , « cabaret« , j’ai trouvé quelques ouvrages, parmi lesquels je recommande en priorité les plus récents :

  • Grondin, M., & James, S. (2011). Burlesque: l’art et le jeu de la séduction. Paris, France.
  • Guigui, S. (2011). Cabaret new burlesque. Paris, France: Chêne.

ainsi que :

  • Blouin, P., & Khim, C. (Eds.). (2003). Art press. Hors série (1980), ISSN 0985-1267. Le burlesque. Paris, France: Art press.
  • Bosse, K., & Camart, C. (2003). New burlesque. Trézélan, France: Filigranes.
  • Hébert, C. (1989). Le burlesque québécois et américain: textes inédits. Québec, Canada: les Presses de l’université Laval.
  • Jelavich, P. (1993). Berlin cabaret. Cambridge (Mass.), Etats-Unis, Royaume-Uni.
  • Labaume, C., & Consolini, M. (2009). L’art burlesque, une “tradition inventée.” Paris, France

Vous verrez que la difficulté de la recherche tient à la polysémie des termes « vaudeville » et « burlesque », qui renvoient à beaucoup d’autres thématiques dans l’histoire des arts, notamment la littérature, le théâtre et le cinéma, alors que vous semblez intéressée par leur acception dans le spectacle vivant style cabaret, d’où la nécessité de croiser votre recherche avec des termes comme « new burlesque« , « cabaret« , « music-hall« , voire « striptease« . Toutefois, vous verrez qu’étonnamment, cet univers a donné lieu à très peu d’ouvrages monographiques au total.

Pour localiser en bibliothèque les documents trouvés dans le Sudoc, il faut cliquer sur le lien « Où trouver ce document », et chercher la bibliothèque la plus proche, ou bien faire une demande de PEB (prêt entre bibliothèques) auprès de votre BU.

Vous pouvez également chercher des articles universitaires sur la question grâce aux bases de données de votre BU (rappel : l’accès à distance aux ressources en lignes se fait par authentification à votre compte universitaire).

Sur la base CAIRN (revues francophones), j’ai trouvé :

  • Dupuis, X., & Labarre, B. (2013). Le renouveau du spectacle musical en France. Culture études, 6(6), 1–12.
  • Le forestier Laurent. (2003). Burlesque et pyrotechnie. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, 39(1). Loubinoux, G. (2004). Le diable dans le vaudeville au dix-neuvième siècle. Annales historiques de la Révolution française, 337(3), 15–15.

Sur la base JSTOR (revues à dominante anglophone), par exemple :

  • Michaels, I. L. (1975). A Particular Kind of Joking: Burlesque, Vaudeville, and Nathanael West. Studies in American Humor,1(3), 149–160.
  • Mintz, L. E. (1996). Humor and Ethnic Stereotypes in Vaudeville and Burlesque. MELUS, 21(4), 19–28.
  • Singer, S. (1992). Vaudeville in Los Angeles, 1910-1926: Theaters, Management, and the Orpheum. Pacific Historical Review, 61(1), 103–113.

Cette liste est bien sûr non exhaustive, et je vous invite à explorer d’autres bases de données, notammentInternational Bibliography of Art et Bibliography of the History of Art qui sont des bases de données bibliographiques spécialisées en arts, ainsi que Oxford Journals et Cambridge Journals Online, bases pluridisciplinaires en lettres et sciences humaines d’articles en texte intégral.
En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

Les Poètes-Soldats de 14-18

Question : 

Bonjour,

Je fais mon mémoire sur des poètes-soldats qui a écrit pendant la première guerre mondiale. J’ai facilement trouvé beaucoup des poètes-soldats anglais (Wilfred Owen, Siegfried Sassoon) mais j’ai des problèmes de trouver leurs équivalents français. Je cherche spécifiquement les poètes qui a battu dans la guerre. Il y a Apollinaire, mais il n’a pas beaucoup écrit sur la guerre même. J’ai besoin de poèmes en français, sur les tranchées, les effets de la guerre sur l’esprit humain.

Merci beaucoup.

Réponse : 

Bonjour,

Vous cherchez des poèmes ou des noms de poètes ayant écrit sur leur expérience de la première guerre.

En cherchant dans le catalogue des bibliothèques de Paris 3-Sorbonne Nouvelle, on trouve cette référence :

■ Poètes de la grande guerre : expérience combattante et activité poétique / Laurence Campa

Cet ouvrage n’est pas référencé dans le catalogue de Ste-Barbe, mais vous pouvez le consulter en ligne dans cette bibliothèque en consultant la base de données des Editions Classiques Garnier. Chemin d’accès sur le site de la bsb : Littérature générale et française > Ressources en ligne > Bibliothèque des lettres.
Cet ouvrage est également disponible en version papier à la bibliothèque Ste-Geneviève et dans une bibliothèque de la ville de Paris où vous pourrez l’emprunter, ainsi qu’à la réserve centrale des bibliothèques de la ville de Paris (vous pouvez le demander dans toutes les bibliothèques du réseau, il faut compter 3 jours de délai entre la demande et la réception de l’ouvrage).

■ Pour élargir la recherche, je vous conseille d’interroger le Sudoc. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

En tapant les mots « Poètes guerre mondiale (1914-1918) France » en recherche générale, on obtient ces deux références :

Apollinaire et les poètes de guerre français / Laurence Campa. http://www.sudoc.fr/146556585

Cette thèse se trouve à la bibliothèque de l’Université Paris Ouest.

Cent onze poèmes de poètes tués par la guerre http://www.sudoc.fr/180320343 se trouve à la bibliothèque Ste-Geneviève.

■ Toujours en cherchant dans le Sudoc, mais en remplaçant  le mot « poètes » par « poésie », on obtient 170 réponses parmi lesquelles :

 – Poèmes de poilus : anthologie de poèmes français, anglais, allemands, italiens, russes : 1914-1918 / sous la dir. de Daniel Picon
http://www.sudoc.fr/178086525

J’espère que vous trouverez là matière pour votre mémoire.

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

L’Animalité dans la littérature française et persane

Question :

Bonjour,

Je cherche les documents en ligne sur l’animalité et l’aspect bestiaire dans la littérature française ou persane.

Merci.

Réponse : 

Sultan Muhammad, Miraj (ascension de Mahomet vers le paradis sur son âne burāq) dans un Khamseh de Nizami daté de 1539-43.

Bonjour,

Dans le champ philosophique, l’Histoire des animaux d’Aristote a bien influencé les philosophies romaine et hellénique. Nombreuses sont les références à cet ouvrage. Hormis l’Antiquité, on relève, dans les essais récents de nombreuses références à l’animalité :
– E. de Fontenay, Le Silence des bêtes, 1999 ;
– M. Surya, Humanimalités, 2004 ;
– J. Derrida, L’animal que donc je suis, 2006 ;
– J.-C. Bailly, Le Versant animal, 2007, etc.

■ Dans la base CAIRN, vous trouverez des articles :

– Revue d’histoire littéraire de la France 2013/2 (Vol. 113) Bêtes, bestialité et « Bestiasse ». Traversées d’espèces dans Bestiaire de Jean Giono
– Revue d’histoire littéraire de la France 2011/3 (Vol. 111) Le bestiaire Sadien
– L’information littéraire 2003/2 (Vol. 55) Le Bestiaire d’Aristophane par Cécile Morana-Corbel
– Sociétés & Représentations 2009/1 (n° 27) Figures animales
– L’Homme 2005/2 (n° 174) Du cynégétique à l’abominable

■ À propos du chien comme terme d’injure et d’exclusion en grec moderne :Ce travail reprend le thème des catégories animales en anthropologie et explore la thématique des frontières à travers les usages de la catégorie « chien » en grec moderne. Il explore les lieux où, utilisé comme insulte, « Chien » constitue une métonymie pour « Autre », établissant la différence et légitimant la violence entre groupes sociaux qui se distinguent sur le plan symbolique. On voit ici comment les ennemis sont impurs et réciproquement, à mesure qu’on retrace l’emploi du terme dans un but d’exclusion à la fois par les chrétiens et les musulmans en Méditerranée orientale.

Enfin, on constate que la catégorie reste liminale, ambiguë, ne se séparant jamais définitivement de la nature humaine.

En philosophie, je vous signale cette bibliographie :

– L’animalité: hommes et animaux dans la littérature française Alain Niderst ; Gunter Narr Verlag, 1994.
HUMANITÉ / ANIMALITÉ Revue Lignes n°28, voir ce lien
– La bestialité / Thierry Galibert ; Cabris : Ed. Sulliver, 2008.
– Bestiaire du roman contemporain d’expression française Par Lucile Desblache Presses Univ Blaise Pascal, 2002
– Humanimalités ; précédé de L’idiotie de Bataille / Michel Surya ; Ed. Léo Scheer, 2004.
– L’animal des Lumières/ sous la direction de Jacques Berchtold et Jean-Luc Guichet ; La Découverte, 2010.
– Des animaux et des hommes : anthologie des textes remarquables, écrits sur le sujet, du XVe siècle à nos jours / Luc Ferry, Claudine Germé ; Paris : Librairie générale française, 1994.
– La peau du centaure à la frontière de l’humanité et de l’animalité/ Sébastien Douchet ; Certosa del Galluzzo, 2005.
– Bestiaire fantastique des voyageurs Dominique Lanni Editions Flammarion

■ Il existe 2 thèses de doctorat,

– Les animaux dans le roman d’aujourd’hui [Texte imprimé] : analyse d’une présence contrastée en littératures anglophone et francophone / Lucile Desblache ; sous la direction d’Alain Montandon
– Le vocabulaire de l’animalité dans « Les chants de Maldoror » de Lautréamont [Texte imprimé] / Suzanne Cornand ; sous la direction d’Henri Béhar

■ Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie Universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.

Le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.

Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.

Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).
Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

Aborder l’histoire de l’art en cours de français ?

Question : 

Bonjour,

Je travaille actuellement sur comment aborder l’histoire de l’art en cours de français, quel est l’intérêt pour le français, l’idée de socle commun de culture de l’art, etc…

Merci.

Réponse : 

History of Art Shirt by Duncan Hull https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/ (no change)

Bonjour,

■ J’ai essayé de déblayer votre sujet que je ne connais pas a priori. j’ai trouvé ces textes académiques afin de le préciser :

– http://media.education.gouv.fr/file/46/7/5467.pdf
– http://web.ac-reims.fr/editice/images/stories/histoire-des-arts/hida_intervention-viaux2008.pdf

■ Dans les textes officiels et les programmes vous trouverez des argumentaires sur la question.

■ Vous trouverez en ligne sur le site Cairn, (base de revues francophones) des documents sur l’enseignement des arts et du français dans des revues comme « Français aujourd’hui » . Je vous suggère d’entrer différents mots clés pour enseignement français ou histoire des arts. cette base a certains accès restreints et payants. vous pouvez vous adresser à votre bibliothèque universitaire pour y accéder gratuitement.

Histoire des arts : de la notion à la discipline. Le français aujourd’hui 2013/3 (n°182). 138 pages. Cairn. Consulté le 16/01/2015
Rosenberg Pierre, « Enseigner l’histoire de l’art ? », Le Débat 2/ 2010 (n° 159), p. 71-79
Consulté le 16/01/2015

■ l’IFE et les CRDP ont des bibliothèques spécialisées dans les différents domaines de l’enseignement. Vous pouvez consulter les sites :

Institut français de l’éducation qui publie des travaux de recherche sur les questions de pédagogie et Canope Val de marne et contacter les centres de documentation.

■ sur Google Scholar, vous aurez aussi peut-être accès à certains articles sur le sujet en libre d’accès.

En vous souhaitant de réussir dans votre recherche

Cordialement,

Bibliothèque des Arts plastiques et sciences de l’Art – Université Paris 1
http://www.univ-paris1.fr/bibliotheques/trouver/une-bibliotheque/bibliotheque-des-arts-plastiques-et-sciences-de-lart/
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr

Le Génocide rwandais, quel témoignage pour les Hutu ?

Question :

Bonjour, je sollicite votre aide concernant une problématique que je souhaiterais intégrer dans mon mémoire de m1 littérature, qui porte sur le génocide rwandais de 1994. La question est la suivante: peut-on écrire sur le génocide quand on est Hutu ou fils de Hutu? Le roman de Gilbert Gatore,le passé devant soi s’intègre dans cette problématique (père au passé trouble), mais j’aimerais élargir la question en dépassant le génocide pour aller plus loin (littérature de la Shoah par exemple, Guerres). J’éprouve cependant quelques difficultés à trouver des témoignages de meurtriers (le cheval blême par exemple)ou encore des fictions rédigées par des « fils de » mécréants, des écrivains dont le passé trouble se retrouve dans leurs écrits et posent des problèmes éthiques pour leurs lecteurs. Pourriez-vous m’aider à définir un corpus clair, ou peut être à élargir ma problématique de départ?
En vous remerciant d’avance pour votre réponse

Réponse : 

Nyanza Genocide Memorial Site by Adam Jones, Ph.D.

Bonjour,

■ Pour une connaissance approfondie du génocide, je vous conseille d’aller sur la base CAIRN. Vous y trouverez des dossiers :

– Vingtième Siècle. Revue d’histoire 2014/2 (N° 122) Dossier : Le génocide des Tutsi rwandais, vingt ans après
– Le Débat 2011/5 (n° 167) Le génocide des Tutsi rwandais, 1994 : revenir à l’histoire
– Les Temps Modernes n° 680-681, 2014/4-5 Le génocide des Tutsi, 1994-2014 Quelle histoire ? Quelle mémoire ?
– Afrique contemporaine 2011/2 (n° 238) Espaces de la mémoire du génocide des Tutsis au Rwanda : Trop souvent décrite sous l’angle exclusif de son instrumentalisation politique, la mémoire du génocide des Tutsis relève pourtant d’une histoire complexe. Fondé sur l’exploration d’archives rwandaises et d’entretiens, cet article revisite l’histoire de la mémoire du génocide à travers les lieux dans lesquels elle s’incarne. Marqués par l’hybridité, les mémoriaux rwandais inscrivent dans le paysage des volontés de mémoire diverses. Cet essai de reconstitution de l’archéologie mémorielle rwandaise témoigne de la difficulté à articuler deuil personnel et collectif dans un pays où les politiques de réconciliation nationale tendent aujourd’hui à occulter la violence du passé.

■ Pour l’aspect littéraire des témoignages sur les génocides, il y a cette revue sur CAIRN :
– Revue d’histoire littéraire de la France 2003/2 (Vol. 103)
et un article : Questions de communication 2008/2 (n° 14) Pierre Halen, Jacques Walter, dirs, Les langages de la mémoire. Littérature, médias et génocide au Rwanda.
– Esprit 2010/5 (Mai) Banalisation, révision et négation: la « réécriture » de l’histoire du génocide des Tutsi : Les événements dramatiques ne sont plus que des mots, et même des mots de basse espèce, puisqu’il s’agit de propagande, de rumeurs, de mythes.Pierre Vidal-NaquetQuinze ans après, le génocide des Tutsi rwandais (1994) ne laisse pas de susciter des polémiques de tous ordres : universitaire, judiciaire et médiatique. Au sein de l’abondante littérature consacrée au sujet, on ne compte plus les « révélations »,…
– Questions de communication 2012/2 (n° 22) Catalina Sagarra Martin, dir., Le Génocide des Tutsi. Rwanda, 1994. Lectures et écritures :
– Revue de littérature comparée 2011/4 (n° 340) Scholastique Mukasonga : le « témoignage de l’absent » : Dans ses « Réflexions sur les récits et écrits du génocide rwandais » [1]  In Littérature, fiction, témoignage, vérité, sous la… , Tumba Shango Lokoho, pose la question de « l’esthétique du génocide » et s’interroge plus précisément sur une possible définition de « la littérature de témoignage » du génocide au Rwanda.

■ Vous trouverez des thèses sur le Rwanda dans le SUDOC :
– Un « Nazisme tropical » [Texte imprimé] : le génocide des Rwandais tutsi / John Francis Mbala ; sous la direction de Cao-Huy Thuan et Enzo Traverso :
– « Plus jamais ça » ! Ce slogan qui émerge au lendemain de la Seconde guerre mondiale suite à la Shoah fait-il encore sens eu égard à l’incapacité de la communauté internationale à prévenir une série de drame dont un génocide à la fin du xxème siècle. En effet, en dépit de la Convention du 9 décembre 1948 sur la prévention et la répression du crime de génocide entré le 6 avril et juin 1994 plus de 800 000 Tutsi furent atrocement massacrés du fait d’être né Tutsi lors d’une guerre civile. Cet aspect parmi tant d’autres ouvre une brèche à l’approche comparative dès lors que les Juifs furent victimes du nazisme, Hitler leur reprochant d’être né Juif. Or, peut-on comparer les génocides? Mais déjà qu’est-ce qu’un génocide ? Quelle différence entre crime contre l’humanité et génocide ? En tentant de répondre à la question, dans quel cadre théorique insérer le génocide des Rwandais tutsi par rapport aux précédents génocides les recherches vont au-delà d’un certain « dogme de l’unicité de la Shoah ». Durant plus d’une décennie un déséquilibre régional dans l’Afrique des Grands lacs du fait du génocide au Rwanda participe à une redistribution des cartes sur le plan géopolitique et ce au prix de graves violation de droits de l’homme telle qu’en République démocratique du Congo
– Le pardon à l’épreuve d’un génocide [Texte imprimé] : discours et pratiques du pardon au Rwanda (1994-2006) / Benoît Guillou ; sous la direction d’Elisabeth Claverie :
En introduction, nous sommes parti d’un constat banal, celui de la difficulté de définir la notion de pardon. Cette notion recouvre en effet un ensemble hétérogène de pratiques et peut prendre des acceptions morales, juridiques et religieuses multiples. L’enquête effectuée au Rwanda sur la période comprise entre 1994 et 2006 nous a permis de mettre en lumière des acteurs de plus en plus nombreux à s’emparer constamment du vocabulaire du pardon dans la perspective d’une réconciliation nationale. Après avoir examiné des discours et des pratiques du pardon -en prison, à l’échelle d’une paroisse catholique rurale, sur une cellule (la plus petite entité administrative) et à Detmold en Allemagne -nous avons caractérisé et distingué les formes principales du pardon selon les acteurs en présence et les dispositifs mis en œuvre. La notion de pardon après le génocide donne lieu, au Rwanda, à des configurations radicalement différentes. La pratique du pardon suppose de prendre la parole pour mettre en récit une réalité négative. Si le pardon accordé ou demandé peut devenir un instrument de contrainte et de défense d’intérêts particuliers, un acte que l’on cherche à extorquer, il ne se limite pas à la défense de prérogatives individuelles ou collectives. Pardonner offre la possibilité de «faire du neuf », de devenir source d’inspiration et parfois de créer une ressource personnelle et collective pour renoncer à la surenchère dans la violence
– Fictions, témoignages et autres genres littéraires du génocide dans le champ littéraire rwandais après 1994 [Texte imprimé] / Augustin Rudacogora ; sous la dir. de Xavier Garnier : Fictions, témoignages et autres genres littéraires du génocide dans le champ littéraire rwandais après 1994 » est une étude diachronique du champ littéraire rwandais sur un période de 10 ans (1994-2004). Elle se penche essentiellement sur les ouvrages littéraires de fiction et les témoignages traitant du génocide perpétré d’avril à juillet 1994 contre les Tutsi du Rwanda. Elle se subdivise en trois parties. La première partie est une description du champ littéraire et une approche anthologique de la période cible. La seconde est une analyse du rapport entre la fiction et le génocide du point de vue thématique et sociocritique. La dernière partie étudie les témoignages, les poèmes de commémoration et les sites mémoriels du point de vue scriptural et de l’analyse du discours social.

■ Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

► Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
► le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
► Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
► Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
► Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir » http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
►Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).
Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.
►Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.
►La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

La Poétique des ruines

Question :

Madame, Monsieur,

Je suis en Master 1 de lettres modernes et j’ai décidé de faire mon mémoire sur la poétique des ruines (notamment les ruines symboliques). J’ai réussi à réduire mon corpus à deux œuvres : Noces suivi de l’Eté de Camus et Le paysan de Paris d’Aragon. Cependant ma directrice de mémoire pense qu’il serait préférable de prendre une troisième œuvre, si possible faisant le lien entre les deux.
Auriez-vous des œuvres (ou des ouvrages critiques) à me conseiller ?
En vous remerciant d’avance,

Cordialement.

Réponse :

An architectural capriccio with figures among Roman ruins by Giovanni Paolo Pannini (wikicommons)

Bonjour,

Je vous conseille de commencer vos recherches par la consultation d’ouvrage de référence, dont les encyclopédies. Sur Universalis (accessible par Virtuose +), vous trouverez ainsi deux articles évoquant les ruines comme mouvement esthétique, bonne synthèse sur le sujet (plus largement qu’en littérature) :

  • Mario PRAZ, « RUINES, esthétique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 1 décembre 2014.
    URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ruines-esthetique/

ainsi que l’article consacré au mouvement de la Décadence, dont un partie traite de « La contemplation des ruines » :

  • Bernard VALADE, « DÉCADENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 1 décembre 2014.
    URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/decadence/

Ces articles pourront vous donner des pistes bibliographiques, telles que :

  • E. M. Cioran, Précis de décomposition, Gallimard, 1949, rééd. 1978
  • M. Baridon, Gibbon et le mythe de Rome, H. Champion, 1977
  • P. Chaunu, Histoire et décadence, Perrin, 1981

De même, le Sudoc vous indiquera tous les documents disponibles en bibliothèque universitaire concernant ce thème, grâce au mot-sujet « Ruines (esthétique) – Dans la littérature » (lien vers la page de résultats), notamment :

  • Les objets désuets dans l’imagination littéraire : ruines, reliques, raretés, rebuts, lieux inhabités et trésors cachés, Orlando, Francesco (1934-2010) / Classiques Garnier / 2013, empruntable à la BU Censier à la cote, 82.03 ORL
  • La Poétique des ruines en France : ses origines, ses variations de la Renaissance à Victor Hugo / Roland Mortier, 1974, empruntable à la BU Censier à la cote 82.01 MOR
  • Le thème du temps et des ruines dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre / par Bernadette Antier ; sous la direction de Jean-Michel Racault
  • L’ imaginaire de la ruine dans « A la recherche du temps perdu » de Marcel Proust / Marie-Magdeleine Chirol, disponible à Sainte-Geneviève et à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne
  • Ruines et ruine dans l’oeuvre de Victor Hugo [Microforme] / Hiroko Kazumori ; sous la direction de Guy Rosa
  • Ce que nous disent les ruines : la fonction critique des ruines / Sophie Lacroix ; préface d’Eliane Escoubas
  • Le thème des ruines dans la sensibilité et la réflexion philosophique de 1750 à 1830 [Microforme] / par Monique-Sophie Ader-Lacroix
  • La métamorphose des ruines : l’influence des découvertes archéologiques sur les arts et les lettres (1870-1914) : actes du colloque international organisé à l’École française d’Athènes (27-28 avril 2001) / édités par Sophie Basch

Ces ouvrages vous donneront de nouvelles pistes bibliographiques sur lesquelles rebondir.

Ensuite, vous pouvez élargir vos recherches aux bases de données bibliographiques (accès par Virtuose +). La BLF (Bibliographie de la Littérature Française) vous donnera des références bibliographiques telles que :

  • « Claude Simon : la mélancolie ou comment parler de la ruine », Rioux-Watine, Marie-Albane, dans Le « Nouveau Roman » en questions 6 : vers une écriture des ruines ? . 1 – Caen: Lettres modernes Minard, 2008
  • « Ruine, mouvement et pulvérisation : la littérature selon Eric Chevillard », André, Marie-Odile dans Le nouveau roman en questions, 7 : vers une ruine de l’écriture ? 2 / textes réunis et présentés par Johan FAERBER – Caen: Lettres modernes Minard, 2012
  • Les objets désuets dans l’imagination littéraire : ruines, reliques, raretés, rebuts, lieux inhabités et trésors cachés, Orlando, Francesco ; Paris : Classiques Garnier, 2013, empruntable à la BU Censier à la cote 82.03 ORL ou en ligne sur la base Garnier.

La base MLA vous donnera d’autres références d’articles de revues universitaires comme :

  • Favre, F. (1989). Camus et la poétique des ruines. La Revue Des Lettres Modernes: Histoire Des Idees Et Des Litteratures, 904-910, 105-116.
  • Bégin, R., Habib, A., & Gervais, B. (2007). Imaginaire des ruines special issue]. Protée: Théories Et Pratiques Sémiotiques, 35(2), 5-114.

Pour accéder aux articles, il faut soit chercher le texte intégral dans nos bases de données (par le résolveur de liens SFX), soit sous forme imprimée dans le Sudoc (grâce au titre de la revue, comme vu dans votre cours de méthodologie de la recherche documentaire).

Enfin, consultez des bases d’articles universitaires en texte intégral telles que JSTOR et Persée, sur lesquelles vous trouverez des articles comme :

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

L’anglais constitue-t-il un impérialisme linguistique ?

Question : 

L’anglais constitue-t-il un impérialisme linguistique ?

Réponse :

Anglospeak (wikicommons)

Bonjour,

► Je vous conseille de lire l’article « langue anglaise » dans l’Encyclopédie Universalis qui vous apportera des informations sur l’anglais en Amérique.
Vous pourrez également lire l’article « colonialisme et anticolonialisme » dans la même encyclopédie.

► Le Monde diplomatique a consacré plusieurs articles sur votre sujet. Vous pourrez les consulter sur la base CAIRN à la bibliothèque Sainte Barbe ou à la Bibliothèque des Grands Moulins :

– Contre le « tout anglais » août 2007, par Bernard Cassen.
– Le mur de l’anglais mai 1995, par Bernard Cassen.
– Parler français ou la « langue des maîtres » ? avril 1994, par Bernard Cassen.
– Le tout-anglais n’est pas une fatalité mai 1996, par Bernard Cassen.
– Les élites sacrifient la langue française décembre 2010, par Gaston Pellet.
– Un monde polyglotte pour échapper à la dictature de l’anglais janvier 2005, par Bernard Cassen
– Contre la langue unique juin 2013, par Serge Halimi.
– Plusieurs langues pour un autre monde octobre 2013, par Julie Boéri.
Un langage vivant à vocation universelle août 1966.

► Outre Le monde diplomatique, voici une bibliographie que vous pourrez compléter en allant sur le site de la Bibliothèque Nationale de France en tapant « impérialisme »  :

– « La bataille des langues », Manière de voir, n° 97, février-mars 2008.
– Umberto Eco, La Recherche de la langue parfaite dans la culture européenne, Seuil, coll. « Points », Paris, 1997.
– Claude Hagège a su toucher de très larges publics par ses travaux de vulgarisation exigeante : Le Français et les siècles (1987), L’Enfant aux deux langues (1996) et Halte à la mort des langues (2000), tous publiés chez Odile Jacob (Paris).
– Hermès, « Francophonie et mondialisation », n° 40, CNRS éditions, Paris
– Culture et impérialisme Edward W. Said ; traduit de l’anglais par Paul Chemla.
– Commonwealth / Michael Hardt, Antonio Negri ; traduit de l’anglais (États-Unis) par Elsa Boyer.
– Les origines du totalitarisme [2], l’impérialisme [Texte imprimé] / Hannah Arendt ; traduit de l’anglais par Martine Leiris.

► Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :
Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir » http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).
Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Pour le service Rue des facs

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/

Les Peuples des Andes dans la littérature

Question : 

Bonjour,

dans le cadre de notre collaboration avec le festival de cinéma sur les Minorités, cette année la thématique est les Peuples des Andes, je suis à la recherche d’ouvrages sur ce thème. Notre commission littérature lit toute l’année afin de préparer bibliographie et librairie éphémère (env. 900 titres au total). Si vous pouvez m’aider à prospecter, ce serait très intéressant. Je vous remercie d’avance.

Cordialement,

Réponse : 

Photos of a traditional Aymara ceremony in Copacabana, on the border of Lake Titicaca in Bolivia. (wikicommons)

Bonjour,

J’ai commencé par consulter l’Encyclopédie Universalis, dont l’article

  • Carmen BERNAND, « AMÉRINDIENS – – Hauts plateaux andins », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2014. URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/amerindiens-hauts-plateaux-andins/

m’a donné des pistes bibligoraphiques :

  • P. Absi, Les Ministres du diable. Le travail et ses représentations dans les mines de Potosi, Bolivie, L’Harmattan, Paris, 2003
  • C. Allen, The Hold Life Has. Coca and Cultural Identity in an Andean Community, Smithsonian Institution Press, Washington-Londres, 1988
  • C. Bernand, Pindilig, un village des Andes équatoriennes, C.N.R.S., Paris, 1992
  • P. Duviols, La Lutte contre les religions autochtones dans le Pérou colonial, Institut français d’études andines, Lima, 1971
  • A. Flores Galindo, Buscando un inca : Identidad y utopía en los Andes. Instituto de Apoyo Agrario, Lima, 1987
  • J. Galinier & A. Molinie, Les Néo-indiens. Une religion du IIIe millénaire, Odile Jacob, Paris, 2006
  • F. Salomon, The Cord Keepers. Khipus and Cultural Life in a Peruvian Village, Duke University Press, 2004
  • C. Salazar-Soler, Supay Muqui, dios del socavón. Vida y mentalidades mineras, Fondo Editorial del Congreso del Perú, Lima, 2006
  • G. Taylor, Ritos y tradiciones de Huarochiri del siglo XVII, Instituto de Estudios Peruanos & Institut français d’études andines, Lima, 1987
  • V. Vericourt, Rituels et croyances chamaniques dans les Andes boliviennes, Préface de T. Bouysse-Cassagne, L’Harmattan, 2000
  • N. Wachtel, Le Retour des ancêtres. Les indiens Uru de Bolivie. Essai d’histoire régressive, Gallimard, Paris, 1990.

Je vous conseille d’interroger le Sudoc http://www.sudoc.abes.fr/. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Voici quelques titres que vous pouvez y trouver en effectuant une recherche par mots-clés :

  • L’Indigénisme andin : approches, tendances et perspectives : actes du 4e colloque de l’Association Française pour l’Etude et la Recherche sur les Pays Andins (AFERPA), Grenoble, 30 novembre, 1er, 2 et 3 décembre 1979
  • Man in the Andes : a multidisciplinary study of high-altitude quechua Dowden-Hutchinson / cop. 1976
  • Indigenous Intellectuals : knowledge, power, and colonial culture in Mexico and the Andes, Duke University press / 2014
  • Agua y derecho : políticas hídricas, derechos consuetudinarios e identidades locales / IEP Instituto de Estudios Peruanos / 2006
  • Radical democracy in the Andes. Van Cott, Donna Lee / Cambridge University Press / 2008
  • Participación política, democracia y movimientos indígenas en los Andes. Fundación PIEB, Programa de Investigación Estratégica en Bolivia : Embajada de Francia en Bolivia : IFEA, Instituto Francés de Estudios Andinos / cop. 2005
  • Latin America’s struggle for democracy. Johns Hopkins University Press / 2008
  • Indiens d’Amerique du Sud. Peuples de la Cordillere : visages de la Cordillère et Indiens des Andes / P. Allard
  • America : una reflexion antropologica  / Rafael Briones Gomez, [et al.]
  • Las Cortes de Cádiz y la imagen de América : (la visión etnográfica y geográfica del nuevo mundo) / Francisco Castillo Meléndez, Luisa J. Figallo Pérez, Ramón Serrera Contreras
  • La vie quotidienne en Amérique du Sud au temps de Bolivar 1809-1830 / M. D. Demélas, Y. Saint-Geours
  • Un Français au Chili : 1841-1853 : correspondance et notes de voyage / de Joseph Miran ; réunies et présentées par Paul et Philippe Roudié
  • Caravanes des Andes. Patrice Lecoq

 Plus spécifiquement sur les Incas, voici quelques références :

  • Henri Favre, Les Incas, Paris, 8, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2003, 8e éd., 127 p.
  • César Itier, Les Incas, Paris, 1, coll. « Guide Des Civilisations »,‎ 2008, 214 p.
  • Alfred Métraux, Les Incas, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire »,‎ 1983, 190 p.
  • Franklin Pease G. Y., Histoire des Incas, Maisonneuve & Larose,‎ 1995, 187 p.
  • Albert García, La Découverte et la Conquête du Pérou d’après les sources originales, Paris, Libr. C. Klincksieck,‎ 2000, 778 p.
  • William Sullivan, Le secret des Incas. Un peuple en guerre contre le temps : La civilisation inca par le prisme de sa pensée religieuse, Monaco, du Rocher,‎ 2000, 266 p.
  • Philippe Aziz, Les Incas : énigmes et mystères, Courtabeuf, Didro, coll. « Les mystères de l’histoire »,‎ 2001, 220 p.
  • Éric Roulet, La Conquête des Amériques au XVIe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? »,‎ 2000

En espérant avoir pu au mieux vous aider,

Direction des bibliothèque universitaires de Paris 3-Sorbonne Nouvelle 
http://www.dbu.univ-paris3.fr/fr/
Pour le service Rue des facs 
http://www.ruedesfacs.fr/

La maison close dans la littérature française du XIXe siècle

Question : 

Madame, Monsieur, je m’adresse à Rue des facs afin de trouver une aide à mes recherches bibliographiques en vue de mon mémoire. Je travaille sur la mise en place du stéréotype de la maison close par la littérature française du 19e et travaille plus particulièrement sur Maupassant, Lorrain et Caze. Je cherche des critiques de leurs oeuvres notamment La Maison Tellier ou La Maison Philibert, ou de la manière dont est traité le sujet de la maison close et de la prostitution. Merci beaucoup pour votre aide

Réponse :

Au Salon de la rue des Moulins de Toulouse Lautrec

Bonjour,

Votre sujet est riche et vous trouverez beaucoup d’articles dans la presse universitaire.

► En allant sur la base CAIRN, j’ai trouvé :

Un numéro de la revue Clio n° 26 (2007) dont voici le résumé : Clôture et maison close : les mots des écrivains. La consultation informatisée d?un corpus de textes permet de repérer quand et à quel propos les écrivains emploient les mots clôture et maison close. En ce qui concerne les femmes, la religieuse retirée dans un monastère et la prostituée assignée à une maison de tolérance représentent deux figures opposées de l’enfermement. Les formes de ségrégation ainsi (d)écrites, non symétriques pour chaque sexe, interrogent les relations entre hommes et femmes dans les sociétés qui les produisent.

Un article dans la revue d’histoire littéraire de la France (2009/3, vol. 109) : « Littérature publique. L’exemple de Nana » : Au XIXe siècle l’émergence de la presse et les nouvelles médiations de l’œuvre littéraireentraînent une modification profonde du rapport de l’écrivain à la littérature en même tempsque le statut, la forme et le sens de la pratique littéraire se transforment radicalement. La littérature devient publique. La publication en feuilletons de Nana dans Le Voltaire d’octobre1879 à février 1880 permet d’observer les stratégies publicitaires et commerciales du romancier qui met la presse au service de ses visées esthétique et éthique. Les personnages de lafille de joie et du chroniqueur renvoient, à l’intérieur de l’œuvre, à cette « littérature industrielle », autrefois dénoncée par Sainte-Beuve : la « prostitution littéraire », qui hante déjàl’écrivain romantique, trouve ainsi, allégoriquement, des figures dans lesquelles s’incarner.

La revue Clio ((2010 n° 32) aborde un aspect sociologique de votre thème : « Folles et vagabondes  dans les asiles de la Seine-Inférieure (1880-1914) » : L’article étudie le mouvement vers un « grand renfermement » des « folles », notamment des « hystériques », qui culmina au tournant des xixe et xxe siècles. Les mesures de placement étaient de la responsabilité des maires et du préfet qui les confiaient aux aliénistes des asiles rouennais. La psychiatrisation des « vagabondes » contribuait ainsi au maintien de l’ordre à l’intérieur de la ville de Rouen mais aussi à atténuer la « nocivité » des migrations des femmes aliénées indigentes, journalières ou ouvrières du textile, autour de la capitale de la Haute-Normandie. De renommée régionale ou nationale, les aliénistes qui se succédèrent à la tête de ces asiles produisirent des études statistiques et des observations qui confortaient l’hypothèse que les pathologies féminines avaient des causes sociales et ne pouvaient trouver d’autre solution que l’isolement.

Saviez-vous que Guy de Maupassant, comme bien d’autres écrivains, se passionnait pour les affaires criminelles ? Si cela vous intéresse, je vous conseille de lire l’article de Myriam Tsikounas dans Sociétés & Représentations 2004/1 (n° 17) .

► Sur la base Persée vous trouverez un article sur la prostitution vue par Maupassanthttp://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1987_num_17_58_4902

► Sur google, j’ai trouvé cet article http://www.gallia.jp/texte/44/44adachi.pdf

► En 2008, le philosophe Raphaël Enthoven avait consacré son émission « Les nouveaux chemins de la connaissance » à Maupassant. Elle n’est plus podcastable mais, vous pouvez peut-être écrire à France Culture pour en obtenir une copie https://www.franceculture.fr/emission-maupassant-la-b%C3%AAte-humaine-15-une-vie-2008-01-28.html

Enfin, voici une bibliographie :

Filles, prostitutées et courtisanes dans l’oeuvre de Guy de Maupassant: représentation de l’amour vénal, Noëlle Benhamou ; Presses universitaires du Septentrion, 24 févr. 1997 – 531 pages.

Les contes et nouvelles réalistes de Maupassant, apôtre du marché Dieu : lecture sociogénétique, Charles Castella, L’Age d’homme.

G. de Maupassant, Œuvres complètes, 29 vol., Préf. P. Neveux, Paris, 1907-1910

Œuvres complètes, 15 vol., éd. R. Dumesnil et J. Loize, Paris, 1934-1938

Œuvres complètes, 16 vol., éd. G. Sigaux, Lausanne, 1961-1962

Œuvres complètes, 16 vol., éd. P. Pia et G. Sigaux, Paris, 1969-1973

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. A.-M. Schmidt, Paris, 1957

Romans, éd. L. Forestier, coll. La Pléiade, Gallimard, Paris, 1959, rééd. 1991

Contes et Nouvelles, 2 vol., éd. L. Forestier, ibid., 1974-1979

Chroniques, 3 vol., Préf. H. Juin, Paris, 1980.ÉtudesM. Besnard-Coursodon, Le Piège : étude thématique et structurale de l’œuvre de Maupassant, Paris, 1973

C. Castella, Structures romanesques et vision sociale chez Maupassant, Lausanne, 1972

G. Delaisement, Guy de Maupassant journaliste et chroniqueur, 2 vol., C.R.D.P., Orléans, 1984

R. Dumesnil, Guy de Maupassant, Paris, 1947, rééd. 1979

A. Fónyi, Maupassant, Kiné, Paris, 1993

A. Lanoux, Maupassant le Bel-Ami, Paris, 1967, rééd. 1983

A. Lumbroso, Souvenirs sur Maupassant, Rome, 1905

A.-M. Schmidt, Maupassant par lui-même, Paris, 1962

Maupassant et l’écriture, colloque, Nathan, Paris, 1993

A. Vial, Guy de Maupassant et l’art du roman, Paris, 1954.

► Je vous suggère une méthodologie :

Pour toutes vos recherches voici les premiers outils à utiliser :

  • Pour toute recherche, je recommande de commencer par la lecture de l’Encyclopédie universalis bien plus fiable que l’Encyclopédie wikipedia (dont les auteurs sont anonymes et les articles trop souvent fondés sur allégations sans références. Ces allégations sont repérables par une note intitulée « réf. Nécessaire »). Au-delà de cinq « réf. Nécessaire », l’article de wikipedia n’est pas fiable et risquerait d’être porteur de confusions.
  • Vérifier si l’établissement que vous fréquentez est abonné à l’Encyclopédie universalis en ligne. Si ce n’est pas le cas, les portes de la Bibliothèque des Grands Moulins vous seront grandes ouvertes.
  • le SUDOC http://www.sudoc.abes.fr vous permet de faire une première recherche sur votre sujet et de trouver rapidement une liste d’ouvrages correspondant à votre demande. Une fonction « où trouver ce document » vous permet de localiser la bibliothèque ou vous pourrez lire les ouvrages qui vous intéressent (et éventuellement les emprunter si vous disposez des droits d’inscription). On peut faire une recherche par titre ou par sujet. Attention, sujet = langage normalisé et non pas langage naturel.
  • Gallica est la bibliothèque numérique de la Bibliothèque Nationale de France. Ce site vous permet de télécharger des ouvrages anciens, des images, des revues, des journaux avec un moteur de recherche simple. On ne trouve sur Gallica que les ouvrages faisant partie du domaine public (c’est-à-dire dont les auteurs sont morts il y a plus de 70 ans). Il existe quelques ouvrages et revues récentes mais il ne s’agit très souvent que d’extraits.
  • Pour une recherche littéraire, je vous conseille de lire les appareils critiques des œuvres complètes de l’auteur sur lequel vous effectuez une recherche dans la collection La Pléiade. Ces appareils critiques sont rédigés par des spécialistes reconnus en France comme les plus sérieux et les plus documentés.
  • Pour élaborer une bibliographie, n’oubliez pas de consulter celles qui se trouvent à la fin des articles de l’Encyclopédie Universalis. De manière générale, vous pouvez utiliser les bibliographies que l’on trouve à la fin des ouvrages, manuels, etc.
  • Enfin, un outil très pratique est le site de la Bibliothèque municipale de Lyon « Le Guichet du savoir »http://www.guichetdusavoir.org/ Toutes les questions posées par les lecteurs sont archivées avec les réponses des bibliothécaires.
  • Vous pouvez également faire des recherches dans Google Scholar, pour trouver des livres ou articles de revues liés à un sujet (avec parfois des extraits en lecture simple, non-téléchargeables).

Tous ces outils, hormis l’Encyclopédie Universalis, sont librement consultables en ligne.

► Pour approfondir votre recherche, la Bibliothèque des Grands Moulins dispose de bases de données permettant de trouver de très nombreux articles en français et dans d’autres langues. Celles-ci sont disponibles pour tous depuis les postes informatiques de la bibliothèque et à distance, uniquement pour les étudiants, enseignants et personnels de l’Université Paris Diderot, après authentification avec les identifiants ENT.

► La base CAIRN vous donne accès à plus de 300 revues en lettres et sciences humaines, en texte intégral ainsi qu’à la collection des « Que sais-je ? » (en lecture simple, non-téléchargeable).

Vous trouverez les archives des revues disponibles sur CAIRN sur la base PERSEE. Cette base est gratuite et accessible librement en ligne. CAIRN est axé sur la presse universitaire tandis que FACTIVA est plutôt une base de presse généraliste.

► La base de presse FACTIVA vous donne accès à plus de 10000 sources d’actualité (journaux, quotidiens, hebdomadaires, blogs etc.). Elle est très utile pour réaliser des revues de presse, sur des sujets d’actualité. Il est possible que votre établissement ne soit pas abonné à FACTIVA. Pas d’inquiétude ! La Bibliothèque des Grands Moulins propose FACTIVA à tous les lecteurs même s’ils ne sont pas étudiants de l’université Paris Diderot.

Bon courage pour toutes vos recherches.

Université Paris-Diderot Paris 7 – Bibliothèque des Grands Moulins
http://bibliotheque.univ-paris-diderot.fr/bc
Pour le service Rue des facs
http://www.ruedesfacs.fr/