La politique monétaire de Louis IX

Question :

Bonjour,

Je cherche des informations concernant la politique monétaire de Louis IX. Je crois qu’il a beaucoup fait pour une politique monétaire stable en désignant une monnaie officielle.

Merci d’avance

Réponse :

Bonjour,

Vous recherchez des documents sur la politique monétaire de Louis IX.

Je vous conseille dans un premier temps d’interroger le Sudoc. Ce catalogue collectif vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.

Vous pourrez utiliser la recherche par mots du sujet avec les termes suivants :
– France louis IX finances
et pour élargir votre recherche :
– France moyen-âge finances publiques

Voici les références les plus pertinentes et par ordre alphabétique des auteurs :

– Causse, Bernard. Eglise, finance et royauté : la floraison des décimes dans la France du Moyen Age. Lille : ANRT, 1988

– Contamine, Philippe. Commerce, finances et société, XIe-XVIe siècles : recueil de travaux d’histoire médiévale offert à M. le Prof. Henri Dubois. Paris : Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, DL 1993

– Cormier, Jean-Philippe. Monnaies médiévales: reflets des pouvoirs / REMPART : Desclée de Brouwer / 1996

– Dupont-Ferrier, Gustave. Études sur les institutions financières de la France à la fin du Moyen Age. Genève : Slatkine-Megariotis Reprints, 1976

– FAVIER, Jean. Finance et fiscalité au bas Moyen âge. Paris : Société d’édition d’enseignement supérieur, 1971

– Guillot, Olivier. Aux sources de la gestion publique. Tome 3, Hommes de pouvoir, ressources et lieux du pouvoir, Ve-XIIIe siècles [Texte imprimé] : actes du colloque des 26 et 27 janvier 1997. Villeneuve-d’Ascq (Nord) : Presses universitaires de Lille, 1997

– Heers, Jacques, De Saint Louis à Louis XI, (Histoire) (Paris: Bartillat, 1998)

– Kerhervé, Jean. Finances, pouvoirs et mémoire [Texte imprimé] : mélanges offerts à Jean Favier. [Paris] : Fayard, impr. 1999

– Sivéry, Gérard. Les capétiens et l’argent au siècle de Saint Louis : essai sur l’administration et les finances royales au XIIIe siècle. [Villeneuve d’Ascq] : Presses universitaires du Septentrion, DL 1995

Pour localiser un document dans une bibliothèque, cliquez sur « Où trouver ce document ? » lorsque vous vous trouvez sur une notice bibliographique.
Si le document que vous désirez consulter ne se trouve pas dans votre bibliothèque, vous pourrez recourir au PEB (Prêt entre bibliothèques) pour le faire venir dans votre établissement. Le PEB fonctionne pour les ouvrages, thèses, articles de périodiques… Renseignez-vous auprès des bibliothécaires de votre institution pour en connaitre les modalités.

Je vous conseille également de consulter la base de données bibliographiques BMB (Brepols Medieval Bibliographies). Elle recense des références d’articles de revues, chapitres d’ouvrages, actes de colloques, etc.
Cette base est consultable à la bibliothèque de la FMSH.

Une référence correspond à votre sujet :

– FAVIER, Jean, ‘Les finances de saint Louis.’, dans Septième centenaire de la mort de Saint Louis. Actes des Colloques de Royaumont et de Paris (21-27 mai 1970). Pp. x, 388. Paris: Société d’édition « Les Belles Lettres », -, 1976, p. 133-140.

Pour trouver ce chapitre, cherchez tout d’abord via le Sudoc, par le titre de l’ouvrage : « Septième centenaire de la mort de Saint Louis » puis appliquez la même démarche que citée ci-dessus pour localiser le document dans une bibliothèque.

N’hésitez pas à reprendre contact avec nous pour toute information.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Les ventes couplées presse/livre

Question :

Bonjour,

Dans le cadre d’un cours sur les structures du métier du livre, je dois traiter le sujet des ventes couplées presse/livre.
J’aurai aimé savoir quelles sont les différentes formules de couplage et les différents types de partenariats existants.

Merci beaucoup.
Cordialement.

Réponse :

Bonjour,

  • Avant de vous répondre voici deux données utiles :

– En 2009, les maisons de la presse, librairies-papeteries vendent 6,4% des livres en France.

– Pourquoi faire des ventes couplées ?

« Les commerciaux peuvent ainsi vendre au client plusieurs produits, réaliser des ventes couplées», déclare Thomas Gaucher, directeur associé dans la banque d’affaires Close Brothers. De même, des économies d’échelle sont obtenues par simplification de l’organigramme, rationalisation des achats et obtention de prix plus avantageux. »

Source : « 1 + 1 = 3? », Le Nouvel Economiste, 14 mai 2009, 3223 mots, (Français)

  • Réponse à votre question proprement dite et quelques exemples de tels partenariats :

– Dans Les 100 mots de l’édition de Serge Eyrolles – Que sais-je?, PUF, 2009 – 125 p. vous avez un chapitre sur les ventes couplées presse/livre :

« VENTES COUPLÉES PRESSE/LIVRE Ces dernières années ont vu se développer, de manière significative, les opérations de ventes de livres couplées à celles d’un titre de presse magazine ou quotidien. Le principe est simple, et en apparence attractif, puisque l’acheteur peut acquérir des éditions spéciales d’ouvrages ou des rééditions de classiques de la littérature, en plus de l’achat de son journal. En s’associant à la diffusion d’un titre de presse, le livre voit sa diffusion animée et élargie auprès d’une population de lecteurs qui ne lit pas forcément des livres de manière habituelle. On retrouve ainsi, en faveur de la vente couplée presse-livre, un argument similaire à celui qui a conduit au développement de kiosques de presse vendeurs de livres. Le principal problème que posent, éventuellement, les ventes couplées presse-livre, est le respect absolu de la loi Lang sur le prix unique* du livre et des dispositions du Code de la consommation propres à la vente liée et aux ventes à prime. »

– Rappel de la loi : Article 5 de la loi Lang

« Certains livres peuvent faire l’objet de réductions plus importantes que la réduction officielle de 5 % selon des critères stricts. Ils doivent avoir été en stock depuis plus de 6 mois et sortis dans le commerce depuis au moins 2 ans. » À ce moment là, le détaillant peut choisir le prix du livre librement.

Les ventes avec prime :

La vente avec primes consiste à remettre au consommateur un cadeau pour tout achat d’un produit déterminé. Cette opération promotionnelle, qui occulte le prix réel du produit et fausse les possibilités de comparaison, est strictement encadrée. L’article L. 121-35 du Code de la consommation pose un principe d’interdiction de toute vente de produits ou de services aux consommateurs s’accompagnant immédiatement ou à terme de la remise gratuite d’une prime, la sanction accompagnant cette disposition étant une amende de cinquième classe.
Toutefois, le Code de la consommation prévoit une série d’exceptions. Il autorise en particulier : les biens, produits ou prestations de service qui sont indispensables à l’utilisation normale de l’objet de la vente (par exemple une souris avec un ordinateur) ; les prestations de service après vente et les facilités de stationnement ; les prestations de service attribuées gratuitement si elles ne font pas ordinairement l’objet d’un contrat à titre onéreux et sont dépourvues de valeur marchande (par exemple la mise en service d’une machine ou d’un produit électrique) ; la remise d’échantillons permettant d’apprécier la qualité d’un produit, s’ils portent la mention “échantillon gratuit, ne peut être vendu” ; les menus services ou menus objets quels qu’ils soient.

– Exemple italien :

« Certes, les critiques se font encore « sottovoce » (à voix basse) car les grandes maisons (Rizzoli, Mondadori, Einaudi…) sont toutes liées aux groupes de presse qui se sont lancés à corps perdu, et à grand renfort de promotion, dans les opérations de vente couplée. »

« C’est un véritable désastre pour l’ensemble du secteur de l’édition. Certes, il s’est vendu 40 millions de livres avec les journaux en 2002 sur une moyenne de ventes annuelle de 250 millions de livres. Mais cela a entraîné une chute de 15 % des ventes de livres de poche dans les librairies. Cela risque de faire couler un secteur sur lequel vivent la plupart des éditeurs traditionnels », résume Ivan Cecchini, directeur de l’Associazione Italiana Editori (AIE).

« Pris en étau entre les craintes des indépendants et la stratégie multimédia des deux grands groupes Rizzoli et Mondadori _ qui figurent parmi les principaux promoteurs des opérations de couplage, à travers leurs journaux respectifs (« Corriere della Sera », « Panorama »…) avec « La Repubblica » (groupe De Benedetti) _, le syndicat national de l’édition italien ne cache pas son embarras. »

Source : « La vente couplée livres-presse alarme les éditeurs italiens », Les Echos n° 18872 du 24 Mars 2003, page 21

– Face à Internet et ce « Depuis plusieurs années, les magazines télé multiplient aussi les ventes couplées avec d’autres titres de leur groupe, ou avec des DVD, des livres ou des encyclopédies, pour doper leur diffusion. »

Source : « La guerre repart de plus belle dans la presse télé », Les Echos, 26 août 2010

– Enfin, je mets à votre disposition la réponse de nos collègues du Guichet du savoir sur une question similaire :
Extrait d’un article du Figaro du 2 mai 2005 :
« Peu à peu le phénomène gagne la France. Associer la vente d’un quotidien avec celle d’un livre est une opération commerciale qui s’est vulgarisée en Europe du Sud (Espagne, Italie, Portugal). En France, ce procédé de vente commence à prendre de l’ampleur. Le Figaro a inauguré une vente du journal avec une collection d’Encyclopédies Universalis. C’est maintenant au tour du Monde de lancer une offre similaire.
A partir du 20 mai, le quotidien proposera une monographie de peintre éditée par Taschen pour un supplément de 4,45 euros. Cette opération « augmentera la diffusion et notre chiffre d’affaires », espère Fabrice Nora, directeur général du Monde. Il compte mettre « 80 000 exemplaires en kiosque ». Répondant aux contestations du Syndicat de la librairie française (SLF), Fabrice Nora a indiqué que « les libraires ne seront pas lésés, car ils bénéficieront de la promotion que nous ferons ».
D’après nos informations, le groupe Amaury, éditeur du Parisien, d’ Aujourd’hui en France et de L’Equipe, a mis au point une cellule de réflexion chargée d’étudier les modalités d’une vente couplée avec des livres. Des contacts auraient déjà été pris avec des éditeurs, dont le Cherche Midi, les Indispensables et des éditeurs de livres de sport. Pour l’heure, la direction du groupe ne veut pas commenter cette information et se contente de préciser que si pareille opération devait voir le jour, elle n’aurait pas vocation à s’installer dans la durée.
Pour le groupe Amaury, il s’agit de réagir à un événement ponctuel (fête de la musique, journée du patrimoine, compétition sportive) et d’apporter pour ce jour précis une offre élargie au lecteur.
Après avoir lancé la vente couplée du journal avec des DVD, les quotidiens français testent le marché du livre espérant des retombées aussi importantes que chez leurs voisins européens. En attendant, les libraires français grondent, arguant que, en Italie, le réseau de la librairie a souffert de ces ventes couplées  avec la presse.  »

Si vous avez besoin de précisions, n’hésitez pas à nous le faire savoir.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

L’aristocratie dans Le Rouge et le noir

Question :

Étude sur le rouge et le noir de Stendhal (l’aristocratie)

Réponse :

Bonjour,

Vous recherchez des études critiques sur le roman de Stendhal : « Le rouge et le noir », plus particulièrement orientées sur le thème de l’aristocratie. Les études sur cette œuvre sont très nombreuses.

Tout d’abord je vous conseille de rechercher des ouvrages dans le catalogue de la bibliothèque dans laquelle vous êtes inscrit.

En effectuant une recherche avancée par mots du sujet « rouge noir » et « stendhal », vous obtenez 17 résultats. Certains ouvrages sont des études générales de l’œuvre, dont je vous invite à consulter les tables des matières (pour le traitement du thème de l’aristocratie). Les titres suivants sont déjà un peu plus orientés sur l’aspect social de l’œuvre et la symbolique du titre :

Stéréotypes et archétypes de l’altérité dans l’oeuvre romanesque de Stendhal / Françoise J. Lenoir Jamelot. Paris ; Torino ; Budapest [etc.] : l’Harmattan, DL

Variations sur le titre  » Le Rouge et le Noir  » : contribution à la titrologie romanesque / Serge Bokobza. Genève : Droz [Paris] : [diffusion Champion], 1986. (Collection stendhalienne; 27)

L’affaire Lafargue et « Le rouge et le noir » / Claude Liprandi. Lausanne : Éd. du Grand Chêne, 1961 (Collection Stendhalienne; 4)

L’ ouvrage ci-dessus traite des source d’inspiration du roman (affaire de meurtre d’un ouvrier sur la fille d’un propriétaire).

Puis vous pouvez chercher dans le catalogue collectif du SUDOC, il vous permet d’effectuer des recherches bibliographiques sur les collections des bibliothèques universitaires françaises et autres établissements de l’enseignement supérieur, ainsi que sur les collections de périodiques d’environ 2400 autres centres documentaires. Il permet également de savoir quelles bibliothèques détiennent ces documents.
Par la recherche avancée par sujet : « rouge noir » et « stendhal », qui vous permet de chercher des études sur l’œuvre et non l’œuvre elle-même, vous obtenez 66 résultats. Pour localiser ces documents, ou tout autre document dans une bibliothèque, cliquez sur « localisation » lorsque vous vous trouvez sur une notice bibliographique. Si le document que vous désirez consulter ne se trouve pas dans votre bibliothèque, vous pourrez recourir au PEB (Prêt entre bibliothèques) pour le faire venir dans votre établissement. Le PEB fonctionne pour les ouvrages, thèses, articles de périodiques… Renseignez-vous auprès des bibliothécaires de votre institution pour en connaître les modalités.

Pour compléter votre recherche, je vous conseille ensuite de rechercher des articles de revues spécialisées en littérature traitant de cette œuvre. Vous poussez accéder gratuitement à la base Persée, base de revues en langue française de Sciences Humaines et Sociales en texte intégral. L’objectif de cette base est la numérisation des revues depuis le début de la publication.

En effectuant une recherche avancée par mot du titre : « rouge noir » et texte « stendhal », vous obtenez plus de 300 résultats dont une référence traitant du symbolisme des couleurs et du rapport entre Julien et Mme de Rénal, insistant sur la différence sociale :

– Picard, Michel. « Le petit chaperon rouge et noir : lecture d’un passage de Stendhal ». Littérature, 1981, volume 43, n° 3, pp. 24-42.

– Ravoux Rallo, Elisabeth. « Les aristocrates italiens dans La Chartreuse de Parme : rôle et fonction d’un rêve, la «délicieuse légèreté de l’être» « . In : Publications de l’École française de Rome. Les noblesses européennes au XIXe siècle. Actes du colloque de Rome, 21-23 novembre 1985. Milano: Università di Milano ; Rome : École française de Rome, 1988, pp. 51-57.
Cet extrait d’ouvrage comporte un passage sur Mathilde de la Mole en tant qu’aristocrate.

Une revue est spécialisée sur Stendhal, L’année Stendhalienne,  et elle est présente à la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, à partir de 2002, n’hésitez pas à la consulter.

Enfin, pour trouver quelques références de sites internet pertinents, vous pouvez vous rendre sur le moteur de recherche Google Scholar : il permet d’effectuer des recherches sur des articles en texte intégral issus de périodiques, validés par les auteurs. En effectuant une recherche avancée avec tous les mots suivants : « rouge noir stendhal aristocratie », vous obtenez de nombreux résultats, dont les liens cliquables suivants :

– « Littérature et idéologie: Le Rouge et le Noir, chronique de 1830 »
Ce lien vous envoie vers la notice bibliographique de la revue en langue française Nineteenth-century French studies.
Le résumé de cet article semble pertinent par rapport à votre sujet : « Stendhal montre
l’affaiblissement de l’aristocratie et le triomphe de la bourgeoisie ».
En recherchant le nom de cette revue dans le SUDOC, et en sélectionnant uniquement le type de publications « périodiques», vous accéderez à la notice de ce périodique. En cliquant sur « où trouver ce document », vous constaterez que la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne possède cette revue à partir de 1972.

– « Les comédies du mérite à l’âge démocratique: Stendhal après Rousseau »
A droite de l’écran vous pouvez accéder directement au texte intégral de cet article tiré de la revue A contrario, 2005/1 (Vol. 3), qui aborde l’œuvre comme une « chronique » sur la France de l’ époque.

Si vous voulez préciser votre recherche, n’hésitez pas à refaire appel à nos services.
En vous souhaitant bonne chance dans vos recherches.

Cordialement,
Le Service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Obsolescence de l’information scientifique et technique

Question :

Jacques Ellul, dans Le bluff technologique, Hachette littérature, 2004, en note de bas de page, p. 262 écrit:
« Les exemples d’obsolescence sont nombreux, cinq ans pour périmer la moitié des connaissances médicales. Dix à douze pour cent de publications techno-scientifiques en plus chaque année. Le savoir humain, estime-t-on, double à peu près tous les cinq ans, et l’on a évalué qu’en 1985 il y aura autant d’informations scientifiques diffusées qu’entre 1550 et 1950. »
Est-ce que ces affirmations sont encore valides aujourd’hui? Quelles sont les sources (en français de préférence) qui permettent de corroborer et de mettre à jour cette citation?

Réponse :

Bonjour,

Il me semble que votre question  porte sur des considérations scientométriques voire bibliométriques qui sont, par ailleurs, liées.

  • Définition de la scientométrie :

Voici une présentation actuelle et critique de la scientométrie qui retrace l’histoire de la discipline, ses principaux auteurs, ses enjeux et controverses mais présente également des outils scientométriques récents, notamment, Google Scholar et Scholarometer.

BANEY Audrey, Introduction à la scientométrie (direction scientifique de Sciences Po), 2011 :

  • Définition de la bibliométrie :

Elle peut être définie comme « l’application des mathématiques et des méthodes statistiques aux livres, articles et autres moyens de communication. »

Source : Pritchard A., « Statistical Bibliography or Bibliometrics », Journal of Documentation, 25, 4, p. 348-349, 1969.

  • Instances de mesure et d’évaluation de la production scientifique :

– Le dernier rapport de l’Observatoire des Sciences et Techniques, l’OST (2010)

Extrait du dossier de presse de ce rapport :

« Le Rapport de l’OST – édition 2010 est une source d’informations quantitatives pour analyser et évaluer en détail la dynamique actuelle de la recherche française, de ses régions, des pays de l’Union européenne, de 25 régions européennes, des grandes zones du monde et des principaux pays de R&D. Cette année, le Rapport propose 250 tableaux d’indicateurs et plus de 100 figures.»

Blog scientifique spécialisé dans l’évaluation de la recherche en SHS, sur la plateforme Hypothèses d’Openedition

– Rubrique du même blog sur les instances d’évaluation de la recherche en SHS

  • Bibliographie sélective :

– voici un site Internet très détaillé et précis, réalisé par la Direction Groupe Infométrique de l’INIST-CNRS de Nancy que vous pourrez retrouver aussi dans « Les sciences de l’information : bibliométrie, scientométrie, infométrie ». In Solaris, nº 2, Presses Universitaires de Rennes, 1995. Ci-dessous la présentation générale du document :
« Cet essai se propose à travers l’analyse du travail fondateur de Derek John de Solla Price (1922-1983), de montrer la constitution de ce champ intitulé postérieurement scientométrie.
Dans l’introduction, on tâche de cerner le domaine de la scientométrie dans ses relations avec la bibliométrie et l’infométrie.
Dans la première partie, on présente d’abord le contexte dans lequel la scientométrie de Price s’est constituée : un réductionnisme bibliométrique ; une vision cumulative de la science ; l’idée d’une science de la science. Ensuite, on analyse les hypothèses de base et les règles méthodologiques de son dispositif scientométrique, ainsi que les cinq hypothèses fondamentales définissant la théorie scientométrique de Price :
• la loi de croissance exponentielle (qui serait à son avis la loi fondamentale de toute analyse de la science) ;
• la nature logistique ultime de la croissance scientifique ;
• la forme hyperbolique des distributions bibliométriques (en particulier les lois de Lotka et de la racine carrée de Price) ;
• le modèle fondamental de la distribution d’avantages cumulatifs (DAC) ;
• la théorie sociométrique des collèges invisibles.
[…]
La seconde partie expose le modèle bibliométrique de Price. […] On montre de quelle manière ce modèle établit la distinction entre « archive » et « front de recherche » (research front) dans un domaine scientifique, et il trace une ligne de démarcation empirique entre la science et les autres formes de connaissance. On montre également que la technique que Price utilise pour relever le réseau constitutif de la science (son structure socio-cognitive), lui permettant de concevoir par ailleurs le projet d’une cartographie de la science, est l’analyse des citations.
Dans les conclusions, cet essai propose une nouvelle orientation, ou si l’on préfère, un changement de paradigme : le projet d’une ingénierie de la connaissance utilisant des méthodes infométriques. […]»

Extraits choisis de cet article :
« [On peut en déduire comme Courtial que ] cet indicateur permet de mettre en évidence des fronts de recherche très actifs ; comparé d’un domaine à un autre, il indique la rapidité d’utilisation des articles publiés [197]. »
« Or, ce taux de vieillissement est conséquence de la croissance exponentielle de la littérature scientifique qui, comme le rappelle Price, double tous les dix ans à peu près [202]. »
« Ce n’est pas que les articles plus anciens perdent de la valeur scientifique. Le fait est que les articles plus récents reçoivent un surplus de citations [203]. »
« [En conclusion] On trouve donc deux populations d’articles dans un fonds documentaire, d’une part l’archive c’est-à-dire l’ensemble de la littérature intéressant un domaine scientifique, et d’autre part le front de recherche qui est la littérature soumise à l’effet d’immédiateté, et par conséquent où un surnombre de citations est observable et mesurable [204]. »
« Encore un mot à propos de l’obsolescence, étant définie en 1974 par Line et Sandison comme le déclin en validité ou utilité de l’information au cours du temps (decline over time in validity or utility of information), elle est un sujet intéressant la bibliothéconomie […] »
« Si le cas était susceptible d’être généralisé, il représenterait un modèle du développement des disciplines scientifiques. Si l’on dispose de références bibliographiques suffisantes de manière à qu’il soit possible de procéder à une analyse de cette espèce, l’hypothèse de Price est que l’on peut démontrer que le développement passe par un certain nombre de phases :
Phase 1 : celle des précurseurs ;
Phase 2 : l’étape de la croissance exponentielle ;
Phase 3 : le passage à une croissance linéaire ;
Phase 4 : le collapsus du domaine, ce qui est indiqué par le fait que l’on publie peu d’articles scientifiques et occasionnellement ; ou bien une alternative se produit et elle relance le domaine redéfinissant son contenu et son mode d’opérer [68].
«la croissance est exponentielle au départ et se maintient à ce rythme jusqu’à presque mi-chemin entre base et plafond, puis elle s’infléchit. Après quoi le taux de croissance diminue, si bien que la courbe continue vers le plafond avec une allure symétrique à celle qu’elle a entre la base et le point médian.» (D. Price, Science et Suprascience, p. 21).

– Je porte aussi à votre connaissance un outil bibliothéconomique construit afin de déterminer l’obsolescence des ouvrages, et ce, en vue de procéder à leur désherbage, la méthode IOUPI :
I : incorrect, fausse information
O : ordinaire, superficiel, médiocre
U : usé, délabré, laid
P : périmé
I : inapproprié, ne correspond pas au fond

– Dans une perspective plus philosophique sur l’évaluation scientifique et la vérité scientifique je vous propose de vous pencher sur l’ouvrage de Georges Canguilhem : Idéologie et rationalité dans l’histoire des sciences de la vie, Vrin, 1988 – 144 pages, p.20 à 24 dont voici quelques extraits :
« Ce que Gaston Bachelard distinguait comme une histoire des sciences périmée et histoire des sciences sanctionnée doit être à la fois séparé et entrelacé. La sanction de vérité ou d’objectivité porte d’elle-même condamnation du périmé. Mais si ce qui doit plus tard être périmé ne s’offre pas d’abord à la sanction, la vérification n’a pas lieu de faire apparaître la vérité. […]
L’historien des sciences doit travailler et présenter son travail sur deux registres. Faute d’être ainsi travaillée et présentée, faute de ne pas reconnaître la spécificité de l’idéologie, au sens cette fois, de fausse conscience de son objet. En ce sens, l’idéologie c’est la connaissance d’autant plus éloignée de son objet donné qu’elle croit lui coller à lui ; c’est la méconnaissance du fait qu’une connaissance critique de son projet et de son problème se sait d’abord à distance de son objet opératoirement construit.
À ne vouloir faire que l’histoire de la vérité on fait une histoire illusoire. »

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr

Aspect théâtral des rituels funéraires

Question :

Bonjour, je suis étudiante en scénographie et j’écris un mémoire sur le rituel mortuaire et sa théâtralité. Je cherche des informations sur :
– la nuit des morts au Mexique, entre autre un documentaire de Julian Pastor qui porte le même nom.
– les indiens Kuarup
– les indiens Xingus
– les rituels malgaches
– la fête d’Obon au Japon

L’idée est de comprendre quelles histoires se racontent les hommes par rapport à la mort, quels signes ils inventent, et ce que cela comporte de théâtral. Par exemple, le banquet, la procession, le cercle, la danse.

Je cherche aussi des informations sur les processions au Moyen Age et plus largement sur l’utilisation des cimetières en France à cette époque. Entre autre à la période de mardi gras , le carnaval, la période où l’on se joue de la mort.

Réponse :

Bonjour,
Votre problématique étant très vaste et vos questions multiples, je ne vous propose ici que le résultat d’une première enquête bibliographique qui pourra être complétée si vous le souhaitez.

Votre sujet porte donc sur l’aspect théâtral des rituels funéraires. Il ne semble pas qu’il y ait de documentation traitant directement de cette question. Néanmoins, la théâtralité étant inhérente à tout rituel (voir, à ce propos les ouvrages généralistes sur la mort, entre autres, de Louis-Vincent Thomas et de Paul Ariès), on peut définir en langage documentaire le sujet de la manière suivante : rites et cérémonies funéraires.

Concernant le Mexique, le film de Julian Pastor, La noche de los muertos, ne semble pas être disponible en France. Attention, il s’agit, contrairement à ce que laisse penser le titre de ce film, du Jour des morts (Día de los muertos) ou de la Fête des morts et non de la nuit des morts. Il existe un autre documentaire sur ce sujet : La fête des morts au Mexique, de Mauricio Peredo (DVD, 1997). Le reste de la documentation est en langue étrangère, en espagnol ou en anglais.

Kuarup n’est pas un nom d’ethnie mais précisément le nom d’un rituel. Il semble qu’il soit le fait des indiens qui vivent dans le Xingu, une région du Brésil. La documentation sur ces indiens est en langue étrangère : Xingu, los indios, sus mitos, de Orlando Villas Bôas (existe également en anglais). Il existe aussi un documentaire en français : Xingu : le corps, les esprits, de Mari Corrêa (DVD, 1996). Voyez aussi le petit catalogue d’exposition : Kuarup : a ultima viagem de Orlando Villas Bôas, de Renato Soares (2010).

Concernant Madagascar, consultez : Mariage et deuil dans l’extrême-sud de Madagascar, Georges Heurtebize, L’Harmattan, 1998 ; Vie et mort chez les Betsimisaraka de Madagascar, Eugène Régis Mangalaza, L’Harmattan, 1999 ; La mort et coutumes funéraires à Madagascar, de Raymond Decary, Maisonneuve et Larose, 1962.

Concernant le Japon, il ne semble pas y avoir de documentation consacrée à la fête d’Obon. Consultez : La mort et les funérailles dans le Japon ancien, de François Macé, Publications orientalises de France, 1986

Concernant la France au Moyen âge, voici quelques références parmi les nombreuses monographies spécialisées : Archéologie du cimetière médiéval au sud-est de l’Oise du VIIème au XVIème siècle : relations avec l’habitat, évolution des rites et des pratiques funéraires, paléodémographie, Marc Durand, 1988 ; La mort et l’au-delà en France méridionale: XIIe-XVe siècle, Colloque de Fanjeaux, 1998 ; L’homme et la mort en Bretagne de l’An mil au XIVème siècle, Le Ven, Catherine, 1994 ; Lieux de pèlerinage et grandes processions: du Moyen âge à nos jours, Dominique Lormier, Ed. Trajectoires, 2007 ; Fêtes des fous et carnavals, Heers, Jacques, Fayard, 1984 ; Carnaval de Binche, sociétés de fantaisie du mardi gras d’antan, conception et réalisation, Guergana Kostadinova, Michel Revelard, Eliane Vanderhaegen, Binche : Musée international du carnaval et du masque, 2006.

Songez aussi à rechercher des articles dans les bases de données, à commencer par JSTOR.

Cordialement,
Le service Rue des facs

http://www.ruedesfacs.fr